06 mars 2019

floc, floc, je m’ennuie, floc… floc, oui, je m’ennuie

Floc, floc… Floc… Floc… Floc, je m’ennuie, floc… Floc… Alors, je compte les gouttes qui tombent du robinet dans l’évier de la cuisine. C’est un évier en inox et donc, chaque goutte qui tombe de haut dedans fait plus de bruit que si ça avait été un évier avec la moquette. Ce qui n’arrive pas souvent. Des éviers avec de la moquette. Parce que, même si c’est plus pratique quand on fait tomber un verre ou une assiette dedans, ça ne casse pas, ça ne peut pas casser en chutant sur de la moquette, même en synthétique mais ce n’est surtout... [Lire la suite]

20 décembre 2017

compter sur soi

Je me souviens d’un mauvais début de nuit, je devais être jeune adolescent et dans ma chambre de garçon boutonneux, il m’était venu à l’idée de compter jusqu’au maximum qu’il m’était possible de faire sans m’endormir. Je veux dire que je voulais arriver à un nombre que je voulais mémoriser avant de sombrer dans le sommeil pour pouvoir reprendre à ce niveau-là une autre fois, si j’en avais soit besoin, soit juste envie. Et je me revois encore en train de me dire : mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf et deux mille. Et m’arrêter... [Lire la suite]
29 août 2015

impair et passe

Je suppose qu’il doit s’agir d’un toc. J’ai pour habitude de compter beaucoup de choses. Le nombre de pas que je suis censé faire de ci à de là. Cahin-caha. Et le nombre de pas que je fais réellement. Si possible en multiple de nombre impair. Le nombre de morceaux de légumes que je coupe quand je les ai épluchés, avant de les faire revenir. Comme s’ils étaient déjà partis. Et s’il en manque un morceau, d’après la table de mes lois, j’en reprends un et je le sectionne en deux pour arriver à mes fins. Toujours en nombre impair,... [Lire la suite]
25 août 2015

J moins quelque chose

Les paradoxes du temps conjugués à ceux de l’être humain. Difficile à gérer. Nos impatiences et notre envie que le temps ne passe pas trop vite. Tout dépend du contexte, en réalité. Quand ça nous arrange, on a envie d’être rapidement trois semaines plus tard parce que c’est vachement long d’attendre encore plus de vingt jours pour avoir ce qu’on désire. Mais en revanche, quand on est en vacances, on trouve que le temps passe bien plus vite que lorsqu’on est au boulot. Pour ne prendre que ces deux exemples. Tiens, moi, par exemple, je... [Lire la suite]