25 juin 2019

une faute impardonnable (merci à Philippe)

Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa, au féminin, évidemment. Il y a quelques jours de cela, c’était approximativement le 18 juin dernier, à environ 11h15 et trente-quatre secondes, j’ai publié ce que je pense être un bon billet (ils ne le sont pas tous, inutile de chercher à me flatter ni à flatter mon ego, il aime bien ça mais il risque d’y prendre vite goût) intitulé : « on peut savoir pourquoi toujours par 3, 5 ou 7 ? » J’étais presque totalement fier de moi, je m’étais trouvé un certain esprit, comme je peux... [Lire la suite]

04 août 2018

la canicule, pas facile pour certains corps de métiers

Vous comprenez, moi, la canicule, ça n’arrange pas mes affaires. Au printemps, comme il ne faisait que pleuvoir, pleuvoir, pleuvoir et encore pleuvoir et toujours pleuvoir, j’ai eu l’idée, que je trouvais ingénieuse (pour ne pas dire géniale) de me mettre à mon compte et de devenir marchand de soleil. Après tout, il y a bien des marchands de sables, pour ceux qui veulent dormir ; des marchands de sommeil, pour ceux qui veulent tirer profit de ceux qui veulent un toit pour dormir ; des marchands de bonheur pour ceux qui se... [Lire la suite]
01 septembre 2014

pas seul sur le sable

Mon programme d’hier après-midi fut des plus simples. J’ai commencé par descendre à la plage (dix mètres de l’appartement) un peu avant quatorze heures car le temps me semblait plutôt bien pour ça malgré le fait que c’était un peu tôt. Il faut dire qu’il y avait du vent et donc, on ne sentait pas la chaleur. J’en suis remonté quatre après et je peux vous dire que j’avais chaud un peu partout malgré la crème dont je m’étais tartiné. Mais je n’ai pas fait que rester allongé pendant quatre heures, non, parfois, j’étais assis. Et pendant... [Lire la suite]