03 juillet 2019

je n’ai pas eu la place de dire pourquoi, hier

Hier, j’ai beaucoup évoqué ma lâcheté d’avant-hier en me prenant au jeu de l’écriture, en voulant faire des effets de style, en voulant montrer que j’en avais dans la culotte, j’ai voulu faire mon petit mâle histoire de bien noyer le poisson (pour ça également, je suis fort – même si j’ai travaillé pendant quatorze ans et une semaine chez un mareyeur, le spécialiste des poissons morts, je reste un champion du poisson noyé) mais j’ai bien conscience que j’ai laissé tous mes fans sur leur faim. Parce que tout le monde a dû se demander... [Lire la suite]

09 février 2018

rupture à l'amiable

Je te quitte. Je te quitte parce que j’ai perdu le joli foulard que tu m’avais offert et ça, c’est vraiment la goutte d’eau qui fait déborder la Seine amont et la Seine aval. À cause de ça, le zouave a de l’eau jusqu’aux hanches et ça n’est pas normal. Tu n’as aucune pitié. Aucune compassion. Pour rien ni personne si ce ne sont tes parents et ta petite personne. Et encore, quand je dis « ta petite personne », je suis dans la litote parce que si je devais être franc, mais alors, je serai méchant, je serais obligé de parler de... [Lire la suite]
11 octobre 2017

pourquoi pas carrément trente, au moins

Le patron aimerait que je m’occupe de lui passer une commande de confitures sur le site Vekoop, en Allemagne, comme en mai dernier. Cette fois-là, j’en avais pris 21 et il en est arrivé au bout. Alors, comme il ne veut pas spécialement tomber en rupture, je pense que je vais faire ce qu’il faut pour qu’il soit livré le plus vite possible en tenant compte des délais d’acheminement… En gros, je pense qu’en une petite semaine, ça pourrait être dans ses placards. Pourquoi acheter des confitures en Allemagne et pas en France ?... [Lire la suite]
16 juillet 2017

écrit vendredi pour dimanche

Dimanche, à l’heure ou s’assombrira la campagne, nous reprendrons la route du retour. Revenir à Bordeaux, ça n’est pas vraiment revenir à ses origines même si j’ai comme l’impression plutôt agréable d’y avoir toujours vécu. C’est ce qu’on appelle une intégration réussie. Ou alors, je ne m’y connais pas. Et donc, normalement, afin de me préserver mon lundi pour vaquer à mes corvées hebdomadaires de mon dernier jour de chaque week-end, nous pourrions donc rentrer dimanche soir après dîner. Il suffira de ne pas trop de charger l’estomac... [Lire la suite]