27 mars 2020

chiffre d’affaires en baisse (billet non garanti en coronavirus)

Wesh, wesh, yoo ! Comment je fais, moi, maintenant ? Y a plus personne dans les rues et moi, je me retrouve avec beaucoup de stock que j’arrive pas à vendre. Je peux même pas faire un hashtag « Qui n’en veut de ma beuh ! » parce que même si les gens se connecteraient dessus, ils pourraient même pas venir en chercher. Pourtant, je suis toujours au même coin de rue, au même bas d’immeuble mais personne vient plus me voir. Et moi, si je la vends pas, mon herbe, je perds des sous, car je l’ai payée cash à mes... [Lire la suite]

21 décembre 2019

avec cette histoire d’anniversaire, c’est bien, pour l’instant, on échappe à Noël

Avec cette histoire d’anniversaire, ce qui est bien, jusqu’à maintenant, en tout cas, c’est qu’on a (presque) échappé à Noël. Enfin, pour moi, j’entends. Parce que ce ne sont pas les décorations installées depuis la deuxième quinzaine d’octobre qui m’ont pourri la vie, c’est surtout au centre-ville, qu’il y en a et dans les vitrines, c’est surtout dans les rues, pas chez moi parce que chez moi, il n’y a pas de vitrine. Et il n’y a guère qu’à la télé où on voit des décors de Noël depuis plus d’un mois, déjà. Je pense qu’on a tort parce... [Lire la suite]
04 octobre 2019

je suis comme Pénélope, j’attends mon tour

Oui, d’accord, je peux être une réincarnation de Pénélope mais je ne suis pas sûr que cette pauvre femme (un peu) délaissée ne soit vraiment celle à qui je ressemble, les jours de permanence du président. Parce que le président a des permanences, assez régulièrement et moi, normalement, ça ne me dérange pas (je peux même dire que je m’en fous un peu, beaucoup, passionnément…) mais là, cette fois, hier, je n’ai pas fait comme d’habitude, je n’ai pas couru dans les rues de la ville toute l’après-midi, non, je suis sagement resté enfermé... [Lire la suite]
22 juin 2019

Caleçons ? Tessons ? Calissons ?

Ce qui me dérange, entre autres, chaque lendemain comme aujourd’hui vis-à-vis d’hier, c’est quand on est envahis de caleçons. Non pas que je n’aime pas les caleçons mais ça dépend du caleçon en lui-même et de la personne qui le porte car bien souvent, surtout quand c’est très moulant, ce n’est pas si avantageux que ça. Mais attention, ça ne veut pas dire que ce n’est réservé qu’aux gens bien foutus sinon, l’industrie du caleçon aurait fait faillite depuis longtemps. Eh bien voilà, chaque année, c’est entre autres ce que je déplore,... [Lire la suite]
01 octobre 2018

l’un au milieu des autres

Ce matin, j’ai repris mes habitudes du lundi, à 7h30, je suis sorti, il faisait à peine plein jour et encore un peu nuit, les rues étaient calmes, surtout les transversales car le cours Édouard  Vaillant, qui mène aux quais, commençait d’être bien occupé par des voitures aux phares allumés. Pour le traverser, il m’a fallu montrer patte blanche et ma carte de résident. Une fois cette espèce d’octroi franchi, je suis allé attendre un tram pour la place des Quinconces et là, je me suis retrouvé au milieu des autres. Parmi eux, il y... [Lire la suite]
27 novembre 2017

mon lundi au soleil

C’est une chose qui est arrivée, en ce lundi 27 novembre 2017. Ce matin, quand j’ai regardé ma montre, il était 8 heures et malgré le ciel encore gris de cette nuit qui semblait ne pas en finir, j’ai compris que ce n’était pas des nuages mais juste une part de ténèbres qui n’allaient pas tarder à filer à l’anglaise. Nous nous sommes à peine embrassés avant que tu ne partes pour ton travail. Le taxi qui est venu te chercher t’emporta loin de moi pour quelques heures. Et là, là, je me suis dit que ça aurait été mieux qu’on reste au lit... [Lire la suite]

14 octobre 2016

ce brave Gustave

Jusqu’à hier, je n’en avais jamais connu un seul. Mais depuis hier, justement, j’en ai vu un pour la première fois et maintenant, je peux même avancer qu’on a fait un peu connaissance. Et je suis même probablement un des rares à pouvoir parler de lui, dire qui il était et à ne pas faire que pouffer quand on entend son nom. Parce qu’il fait partie de ces gens qui ont un patronyme difficile à porter. Ce n’est pas de sa faute et peut-être même qu’à l’époque où il a vécu, ça portait moins à sourire ou à rire qu’aujourd’hui. Et peut-être... [Lire la suite]
04 novembre 2015

si, si, je trouve ça bien, non, non, je ne vais pas critiquer ni râler

Oui, je trouve ça bien, puisque je vous le dis et non, je ne vais pas râler et encore moins critiquer. J’ai décidé que ça ne serait plus mon genre de me mettre en colère à chaque fois que quelqu’un ou quelque chose me dérange, heurte ma sensibilité ou me semble inapproprié à la vie en collectivité. Donc, je le dis et je le redis, oui, je trouve ça bien. Si, si. Je trouve ça très bien, même et il vous faudra vous lever d’encore plus bonne heure que moi pour m’entendre râler contre ça. Et contre tant d’autres choses qui me mettaient... [Lire la suite]
18 avril 2015

pas vraiment dedans

C’est drôle comment on peut percevoir les choses. Ou ne pas les percevoir du tout. Je viens de préparer mes affaires pour mettre dans la valise mais j’avoue que je ne suis pas du tout dedans. Pas dans la valise, non. Pas dedans, ça n’est pas encore dans ma tête que je suis en vacances. Que je pars demain pour aller presque finir le mois d’avril au Portugal. Non, à Lisbonne. Parce que je ne pense pas que j’irai beaucoup ailleurs que dans la capitale et les proches alentours. Nous ne partons que six jours et donc, on ne va pas non plus... [Lire la suite]
28 décembre 2013

je marche dans la ville

Moi, je marche dans les villes / les banlieues, les bidonvilles / sur le pavé des ports / et sur l’asphalte vil / visitant le décor / des amours difficiles Moi, je suis l’amateur d’ombres / l’explorateur des décombres / le croiseur du grand vide / l’amant de la pénombre / le flâneur intrépide / aux fantasmes sans nombre… Tout à l’heure, moi aussi, je marchais dans la ville. Je me le suis même dit, tout bas : je marche dans la ville. Je rentre chez moi et je marche dans les rues de la ville. Je sors d’une séance de cinéma, je ne... [Lire la suite]