27 juillet 2014

marcher, marché

J’aime la douceur de ce matin calme, ou presque. De ce dimanche calme. Loin des turbulences de la vie quotidienne des autres jours de la semaine, loin de l’effervescence des samedis, loin de ces aubes alcoolisées de certains noctambules en mal de reconnaissance silencieuse. J’aime ce moment où la ville dort encore, peut-être mais où on sait qu’elle ne sera, de toute façon, pas très remuante, de toute la journée. Et tant pis si je ne m’en rends pas forcément compte car je ne serai pas là tout le temps pour le voir, je le sais. Je le... [Lire la suite]