24 novembre 2019

viens dans ma ville, viens dans ma rue

Quand le cafard tourne en rond dans ta tête, viens dans ma ville, viens dans ma rue ; quand les amis, les amours font la tête, viens dans ma ville, viens dans ma rue… Avec le président, nous avons déménagé il y a trois ans et demi. Comme le temps passe ! Trois ans et demi qu’est dans un quartier en devenir, comme on dit. Un quartier en pleine mutation. Un quartier qu’il nous a fallu apprivoiser. Dans un appartement « contemporain » (l’immeuble a cinq ans) que nous avons meublé également de façon nettement plus... [Lire la suite]

06 novembre 2019

ce que je préfère en toi

L’autre, là, le mec qui est là-bas, tu sais que tout le monde le surnomme Bouton d’Or ? Tu sais pourquoi ? Eh bien tout simplement, il a le teint tout jaunâtre et il a plein de verrues sur la figure. On est loin du sens du compliment, hein ? Non, moi, avec toi, je ne me permettrais jamais de dire de telles choses parce que je n’en ai aucune à dire. Je t’aime comme tu es. Et même si tu étais moche, je ne te le dirais pas et je ne le dirais à personne parce que comme je te verrais avec les yeux de l’amour, je ne verrais... [Lire la suite]
05 juin 2019

stationnement gratuit

Tout le monde le sait (ou alors, tout le monde devrait le savoir), j’habite dans une rue qui n’existe pas. Tout du moins, dans les GPS, sur les plans et pour les livreurs de tout poil (pourquoi de tout poil ? Est-ce que je donnerais dans le cliché en imaginant que tous les chauffeurs-livreurs sont très poilus, portent toujours des marcels et auraient du ventre ? Ce n’est pas impossible... Je vais réfléchir à ça…) Comment cela se fait-il que j’habite dans une rue qui n’existe pas ? Parce qu’elle n’est pas encore... [Lire la suite]
13 octobre 2018

une idée fugueuse

Hier après-midi, dans la rue, j’ai eu une idée pour un éventuel billet. Non, c’était peut-être dans le tram. Quand je suis allé en ville, après déjeuner alors que j’aurais tant aimé rester chez moi mais j’avais deux ou trois obligations que je ne voulais pas reporter une fois de plus. Non, c’était bien dans la rue mais un peu dans le tram, aussi. En réalité, j’étais dans une rame qui était annoncée comme terminus au CAPC (Centre d’Arts Plastiques Contemporains) ((on se demande pourquoi, en pleine journée)) et je suis donc sorti de mon... [Lire la suite]
02 avril 2018

des coquilles vides

Forcément, quand on a mangé des huîtres, on a des coquilles vides et je ne pense pas que ça se recycle aussi facilement que ça ou alors, je suis ignare en la matière. De toute façon, dans la résidence et même dans le quartier, il n’y a pas de conteneurs à coquilles d’huîtres. Cela dit, elles étaient particulièrement bonnes. Savoureuses, même. Et bien meilleures que celles de la veille, à la fête de famille. Où là, elles étaient fades. Probablement trop gorgées d’eau de ces dernières pluies diluviennes. Trop d’eau douce tuent la saveur... [Lire la suite]
26 novembre 2017

surtout, ne pas oublier le vinaigre blanc

Surtout, demain matin, en allant faire mes courses du lundi matin, il ne faut surtout pas que j’oublie de prendre du vinaigre blanc. Parce que sinon, ça va devenir critique, ici, si je tombe en rupture. Voilà, maintenant que je l’ai écrit, je pense que j’ai plus de chances de m’en souvenir. Tant pis si je l’ai écrit dans mon blog, ce qui ne regarde personne et en plus, ce qui n’intéresse personne. Mais après tout, la mode étant de ne plus avoir aucune pudeur nulle part, je ne vois pas pourquoi je ne m’y mettrais pas, moi aussi.... [Lire la suite]
08 mai 2016

encore 48 heures

Je les ai attendus, ces huit à dix jours de vacances. Depuis septembre, lors de mon retour un peu prématuré des Sables pour raison de tempête, je n’avais pas pris un seul jour de congé et j’avoue que plus de six mois sans repos autre que ceux des week-ends, ça fait long. Long comme autant de jours sans pain. Long comme un amour espéré qui n’arrive jamais. Long comme un début d’éternité au purgatoire. Mais heureusement, ces « petites » vacances ont fini par arriver et m’ont permis de faire la coupure dont j’avais plus que... [Lire la suite]
21 octobre 2015

changer de...

Puisqu’il est désormais quasiment acquis que je ne partirai jamais en pré-retraite et que j’ai donc encore bien les cinq à six ans qui me séparent du troisième âge, celui dans lequel on a du temps pour soi, j’ai décidé que j’allais changer d’autre chose à défaut de changer de vie. Peut-être que c’est plus raisonnable et surtout plus facile à réaliser que de partir avant d’avoir atteint l’âge légal et d’avoir respecté ce que les syndicats ont validé sans tenir compte de mon avis. Qui ne doit pas leur importer beaucoup, ce que je peux... [Lire la suite]
21 juillet 2015

mauvais joueur ?

Le patron est décidément trop fort pour moi. Non pas que je sois mauvais joueur mais j’avoue que je ne suis pas de taille à me mesurer à lui. Je crois que je ne jouerai plus jamais au Monopoly avec lui car de toute façon, je pars avec un handicap majeur : je serai le perdant quoiqu’il arrive. Et quel plaisir prendre à une partie quand on sait que celle-ci est perdue d’avance. Ça enlève tout le plaisir du jeu et tout le mystère de celui qui ne sait pas si la chance sera de son côté ou pas. Alors, je crois que je vais revenir à mes... [Lire la suite]