29 avril 2019

bilan du premier mois

Ça fait un peu plus d’un mois que j’ai quitté mon boulot. C’était le samedi 23 mars, une date qui va devenir historique et dont on parlera encore en 2684. Pourquoi en 2684 ? Pour fêter dignement, comme il se doit (comme il se doigt ?) le six-cent-soixante-sixième anniversaire de ma sortie du mareyage (et sortir du mareyage n’a rien à voir avec un divorce – quoique, quoique…) Non, sans blaguer, j’ai tapé 2 et ensuite, j’ai fermé les yeux et j’ai tapé trois autres chiffres sur mon pavé numérique et c’est ainsi que je suis... [Lire la suite]

23 décembre 2018

jaune, rouge et bleu

Un peu comme les boules et les guirlandes de Noël sur un sapin du même nom. Voilà, c’est ça : de toutes les couleurs. Hier, on a encore eu droit à une manifestation qui a débordé comme une casserole de lait sur le feu quand on ne la surveille pas. Une poignée de merdeux qui ont cherché à foutre le bordel avec, en plus des casseurs patentés, un certain nombre de jeunes dont beaucoup de filles qui ne laissent pas leur part aux autres : la rue du patron encore dépavée et quelques heures de tension avec bombes assourdissantes... [Lire la suite]
14 novembre 2018

elle est partie quand on m’a coupé l’eau pendant que je prenais l’air (versions progressives)

elle est partie quand on m’a coupé l’eau pendant que je prenais l’air (version épuration totale) C’est en vuant écie mn nm que je me suis endu cmpte qu’n m’avait cupé ’eau. Sans péavis. Sans justificatin. Et mi, ça m’a un peu cué e bec. Qui s’est justement etuvé dans ’eau. Et je me suis demandé cmment j’aais puvi faie pu cntinue de gée es stcks de pissns si n n’a pus d’eau. Déjà qu’i ne me estait pus gand-chse, à peine un peu pus que a peau su es s, j’étais sec cmme un cup de tique as, si n me cupe ’eau, ça ne va pas s’aange. J’ai... [Lire la suite]
10 novembre 2017

le petit doigt de l'autre main

C’est vraiment compliqué de se curer le nez ou l’oreille quand on a petit doigt (ce gros rapporteur) douloureusement raide et déformé d’arthrose. À chaque fois que je fais une tentative, j’ai mal alors, j’arrête juste après avoir essayé de commencer. Et je ronge mon frein, ce qui est toujours mieux que se ronger les ongles. Ou plutôt, les petites peaux, autour, ce qui est mon cas, hélas ! Et quand je ronge mon frein, je refoule et quand je refoule, j’accumule du stress négatif et après, on se demande pourquoi je suis à cran,... [Lire la suite]
10 janvier 2017

des menus de circonstances

Peu après ma naissance, pour mon baptême, je me souviens très bien de ce qu’il y avait à manger. Du lait pour moi, évidemment. Et pour la famille, mes parents, mon parrain et ma marraine, mon grand-frère, mes grands-parents et probablement que c’est tout, je n’en ai pas beaucoup de souvenirs, il y avait une jolie table avec les plats suivants : des feuilles d’endives avec un tartare de noix de St Jacques à la truffe blanche ; des quenelles nature à la sauce béchamel ; de la lotte aux salsifis et des meringues avec de la... [Lire la suite]
17 septembre 2015

voyelles (hommage à Arthur)

A noir comme un magicien sur scène qui fait des tours sidérants que le public aime sans comprendre avec un mot qui comprend le plus de A : abracadabrantisera. E blanc comme l’écume des vagues les jours de tempête à Merlevenez en Bretagne là où le nom des habitants est celui de la langue française qui comprend le plus de E : merlevenezienne. I rouge comme les anarchistes qui n’aiment pas la discipline, et qu’on peut caractériser avec un mot rare mais qui comprend le plus de I : indisciplinabilité. O bleu (on échappe... [Lire la suite]