24 mai 2019

l'assiette transparente

Tout à l’heure, alors que j’avais déposé les deux morceaux de saumon prévus pour le déjeuner dans une petite assiette transparente, je ne les ai pas laissés longtemps dessus. Non, parce que très rapidement, j’ai fini par les mettre dans une poêle avec un filet d’huile d’olive et l’assiette est restée sur la table à induction, comme ça, toute seule, toujours aussi transparente et j’ai vu qu’elle essayait de passer inaperçue. Je la connais bien, cette petite assiette, elle me fait toujours ça, elle joue à cache-cache avec moi et moi,... [Lire la suite]

09 janvier 2017

on parle de rideaux de pluie

on parle de rideaux de pluie comme de rideaux de perles que se passe-t-il au-delà la montagne existe-t-elle   on est mouillé de l’intérieur on nage en soi, si l’on se noie peut-être verra-t-on la mer la trouble mer qu’on porte en soi   Jean-Claude Pirotte Plein emploi
Posté par sibal33 à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 mai 2015

deux fois presque trois

Je n’en reviens toujours pas, ça fait déjà deux fois que je ne travaille pas un jour férié en moins de quinze jours. Deux vendredis offerts par mon patron. La première fois en dix ans. Parce que ça fait un peu plus de dix ans que je suis dans cette entreprise et c’est bien la première fois que, outre le 1er mai, on m’offre le 8 mai. Et il n’est pas du tout impossible ni interdit qu’on m’offre aussi l’Ascension. Est-ce pour grimper socialement ? Non, je ne pense pas. Ça restera la fête de quand Jésus est grimpé aux arbres… ce... [Lire la suite]
10 mars 2015

brouillard et nuit

C’était amusant de constater la coïncidence entre les nombreux hommages (et même encore ceux à venir) à Jean Ferrat pour le cinquième anniversaire de sa disparition, à trois jours près. Amusant de constater ça et en même temps, quelque part, un peu rassuré de voir ce signe du destin si tant est qu’on puisse parler de destin quand on n’y croit pas vraiment soi-même. En tout cas, ce matin, je me suis levé à 4h pour voir l’affichage des premiers trams et si le temps n’était pas des plus clairs, il était juste légèrement un peu brumeux... [Lire la suite]
29 mai 2014

moi, je dis : escalade

Moi, je dis : escalade. Parce que c’est le jour ou jamais. Le jour où on peut tout monter. Où toute escalade est de bon ton. Un jour où on a le droit de se lever un peu plus tard que les autres jours. Et pour moi, c’est une matinée à 50% de matières grasses parce que j’ai pu (malgré tout) tenir jusqu’à sept heures pour sortir de mon lit comme une rivière en crue : presque brutalement et avec la tête un peu douloureuse. Parce que j’ai changé mes habitudes et au lieu de me lever à 4h20 pour aller travailler, mes neurones n’ont... [Lire la suite]