11 avril 2018

mettre un peu d'os dans son vain

Contre toute attente, alors que la nuit du mardi au mercredi est historiquement une nuit calme, dans mon boulot, elle fut plus dure, plus longue et plus pénible que la première, celle de la reprise après une semaine de vacances. Sans doute parce que, hier encore, j’avais vingt ans (ou presque) et j’étais dans cette euphorie due à l’insouciance de tout jeune âge. Mais depuis hier, j’ai divisé par trois mon capital fraîcheur et là, je me sens un peu, beaucoup, passionnément décrépi. Alors, ce matin, en revenant du boulot, pour une fois,... [Lire la suite]

03 septembre 2017

le plus dur est fait

Finalement, à force d’attendre quelque chose avec une certaine impatience (mêlée d’une légère anxiété : que tout se passe bien, que tout soit bon, que tout le monde se sente à l’aise…), c’est comme pour les vacances, une fois que c’est arrivé, ça file à toute vitesse et à peine le temps de commencer que c’est déjà l’heure de terminer et alors, on se dit que le plus dur est fait : la préparation. Mais le plus dur de l’après n’est pas encore fait ? Non, le plus dur de l’après, il était déjà terminé à 90% avant que neuf... [Lire la suite]
17 juin 2017

est-ce que « avant », ça compte quand même ?

Je ne sais pas ce qui m’a pris mais ce midi, avant de déjeuner, pendant que je faisais réchauffer les restes du plat de mardi soir dernier, j’ai pris le roman que je suis en train de lire et je suis allé me poser délicatement sur un transat de la terrasse, non, dans un transat, sur la terrasse. J’étais bien, j’avais la tête à l’ombre (et donc, j’avais la tête ailleurs, aussi) et le reste du corps au soleil. Ou plus exactement : sous le soleil. Pas à côté. Pas n’importe où. Et ce qui devait arriver arriva. Et ce qui devait... [Lire la suite]
12 décembre 2015

le premier jour du reste

Oui, à partir d’hier, j’ai commencé sérieusement à consommer les restes. Les restes de ma vie. Les reliefs, comme on dit pour ce qui est du domaine de la table. Parce que même si tous les jours, c’est un peu le premier jour du reste de ma vie, chaque année, à date fixe (un peu comme Noël, le jour de l’An et le 11 mars, journée mondiale de la plomberie…), toujours à la même période. Heureusement que je ne suis pas naïf à ce point-là car pour un peu, j’aurais pu croire que toutes ces guirlandes lumineuses, partout où je vais, à cette... [Lire la suite]