22 mars 2019

presque libérééééé, presque délivrééééé

Ce matin, ma remplaçante, arrêtée jusqu’au 21 avril, est venue passer la matinée avec moi avec son poignet cassé (je l’appelle la veuve Poignet, pour la peine) afin de se remémorer ce qu’elle n’a pas eu le temps d’apprendre. Ma pauvre dame, comment voulez-vous vous remémorer des choses que vous ignorez ? C’est vrai, j’aurais pu lui dire ça mais j’ai préféré ne pas être désagréable car j’étais dans un jour avec. J’étais comme sur un petit nuage car je me suis couché tard à cause de Juliette et si j’ai bien entendu le réveil, à... [Lire la suite]

29 mars 2018

pas très bonne mine

Le lendemain de la veille, c’est-à-dire aujourd’hui, je suis retourné voir le requin d’hier, dans la resserre. Et ça m’a fait un peu mal. Au point d’avoir même eu quelques regrets de m’être moqué de son physique, pas vraiment ingrat mais pas loin. Parce que je peux vous dire que là, ce matin, il n’a vraiment pas l’air d’avoir bonne mine. Je dirais même plus, il n’a pas bonne mine du tout. S’il était un peu mort, hier, ce matin, j’ai comme la vague impression qu’il l’est totalement. Il n’y a plus aucun espoir pour lui. Sans être... [Lire la suite]
28 mars 2018

71.8 kilos

C’est le poids que je pèse, à quelques centaines de grammes près. Ça dépend du moment de la journée, de mon niveau d’énervement, de mes endormissements et donc de mes relâchements et de tout un tas de paramètres plus ou moins indépendants de ma volonté. Qu’y puis-je ? Rien. Pourquoi diable est-ce que je raconte tout ça ? Pourquoi diantre suis-je en train de donner mon poids comme ça, sans pudeur, à toutes celles et à tous ceux, pas nombreux, je l’admets, qui me lisent ? Parce qu’il me semble bien que ça n’engage à rien.... [Lire la suite]
01 février 2014

cinq par jour

Pourtant, la journée m’avait semblé bien commencer. Il n’y avait pas de raison. Sauf qu’en arrivant au boulot, je me suis senti fatigué comme jamais. Un coup de mou, un coup de rien, un coup pour rien. Alors, je me suis dépêché de me faire un café pour me fouetter l’envie et repartir comme en quarante. Le temps qu’il coule, je suis allé saluer Kiki, Manu et deux autres gars nettement plus insignifiants. Donner leur prénom ne donnerait aucune plus-value à ce billet. Et je n’ai pas osé trop ramené ma fraise alors qu’ils étaient en... [Lire la suite]