08 avril 2019

en léger différé

J’ai écrit ce billet hier, à Bordeaux, juste après le précédent, qui était celui du jour-même jusqu’à aujourd’hui ou c’est celui du lendemain mais aussi celui de la veille. C’est juste pour vérifier que la fonction « léger différé » de mon blog fonctionne. Parce qu’il y a longtemps que je ne l’avais pas utilisée. J’écris à un moment T, je programme la publication à un jour M et les lecteurs le découvrent dans un temps H et ainsi, tout le monde est (plus ou moins) satisfait et moi, ça m’a libéré d’un stress inutile quand je... [Lire la suite]

28 mars 2019

mon grand frisé intérieur

L’autre soir, quand on m’a mis à la porte de la réception pour laquelle j’ai accompagné le président, je n’ai rien dit mais je n’en ai pas pensé moins. Je suis parti la tête haute même si j’ai énormément haussé les épaules. Oui, parce que je suis comme ça, moi. Baraqué comme un flan, peut-être mais capable des pires représailles mentalement. La notion même de courage n’a aucune limite pour moi, dans ma tête et c’est déjà beaucoup et ça compense largement le fait que je n’en ai aucun dans la vraie vie. On s’arrange comme on peut avec... [Lire la suite]
23 septembre 2016

l'homme en rouge et l'homme en vert

Deux rendez-vous dans l’après-midi. L’un à treize heures et l’autre à seize. L’un avec Pamplemousse, l’entreprise qui s’appelait France Télécom autrefois, mais je ne me permettrais pas de donner son vrai nom ici, j’aurais trop peur de représailles, d’une part et de je n’ai pas envie de leur faire de la pub gratuite, d’autre part. Et l’autre avec le papa de Lisa. Lisa, c’est un des deux artisanes venues installer tous les plafonniers et les appliques dans l’appartement et faire tous les trous pour y accrocher cadres, miroir et autres... [Lire la suite]
04 août 2015

spierdalaj

Quand j’ai reçu ce SMS avec uniquement ce mot là-dedans, j’avoue ne pas avoir été sûr de bien comprendre ou alors, si, je pense que j’ai compris mais je n’en croyais pas mes yeux, ni mes oreilles ni mon égo. Et comme je n’aime pas ne pas avoir le dernier mot, j’ai cherché ce que ça voulait dire précisément et j’ai imaginé ce que j’allais pouvoir répondre sans attendre que ça refroidisse dans ma colère contenue. À ce que je pensais être une grossièreté, je ne pouvais qu’en retourner une à son expéditeur mais je n’ai pas voulu tomber... [Lire la suite]