23 mai 2018

aimer et s'enfuir vite

C’est un peu ça, le problème. Non, pardon, c’est un peu ça, mon problème. Dans ma vie, je n’ai fait que ça. Aimer et m’enfuir vite. Ou peu s’en faut. Car, si je suis capable d’aimer à la puissance 100 voire 1000, je ne sais pas cultiver ça au point d’en vivre longtemps. Hormis deux ou trois exceptions, évidentes. Mais pour le reste, pour le quotidien, dès que je tombe dans un cycle routinier, j’ai envie d’autre chose. Je ne suis jamais content de ce que j’ai ou de ce que je fais. Et pourtant, le confort apparent du train-train... [Lire la suite]

26 janvier 2018

l'angoisse de la page blanche

Je suis là, depuis un moment, à zoner dans l’appartement et je me dis que bon, il va bien falloir que je m’y mette si je veux publier un billet avant 16h30 / 17h, moment où parfois, j’ai eu du mal à aller au bout car j’avais des problèmes de connexion. Pourtant je suis sur la fibre mais des fois, je me dis que ça n’apporte pas grand-chose de plus que le simple câble. Ou alors, c’est mon ordinateur qui n’en peut plus. Il a déjà dépassé les 10 ans et pour une machine comme celle-ci, qui plus est, portable, c’est sans doute beaucoup. Je... [Lire la suite]
20 septembre 2016

ah non, hein ! Je ne suis vraiment pas d’humeur, aujourd’hui

Ah non, hein ! Je ne suis vraiment pas d’humeur, aujourd’hui. D’abord, ma journée a mal, a très mal commencé. J’avais programmé mon réveil à 3 heures pour ma reprise et je me suis réveillé deux fois avant l’heure et même si avant l’heure, ce n’est pas l’heure, tant pis, au deuxième coup, je me suis levé en me disant que de toute façon, au point (de croix) où j’en étais, c’était ce que j’avais de mieux à faire. Et comme ça, j’aurais moins besoin de courir si tant est que j’avais dans l’idée de faire un cent mètres haies à peine le... [Lire la suite]
28 juillet 2016

ah ! Mais qu’ai-je fait de ma vieillesse ?

Je l’ai crue ennemie et du coup, je l’ai malmenée. Aujourd’hui, je me rends compte que je n’aurais peut-être pas dû. Qu’ai-je fait de ma vieillesse débutante ? On ne traite pas ses ennemis comme des chiens, non, bien au contraire, on les respecte et là, devant toi, aujourd’hui, humblement, ma chère vieille vieillesse débutante, je viens te présenter mes excuses les plus plates. Ou les plus rebondies, c’est selon comme tu le préféreras. Moi, du moment que tu ne m’en veuilles plus de t’avoir bousculée ainsi… Mais sache seulement... [Lire la suite]