05 décembre 2014

si lent silence

Parfois, on se lève du contre-pied gauche, à contrecœur et contraint et forcé et rien ne semble trouver grâce pour soi-même. On doit y aller. Il faut le faire. On a beau ne pas y croire, on se doit d’y adhérer. Et ce matin, c’est exactement ce que j’ai vécu, comme un prisonnier qu’on aurait forcé de se mettre debout avant que l’aube. Et dans ma tête et dans mon corps, j’étais si lent, si lent, silencieux. Une envie de silence pour oublier le reste du monde. Et ses misères. Et les miennes. Bon gré, mal gré et contre mauvaise fortune,... [Lire la suite]