19 juillet 2017

pour commencer, une commande chez Picard

Oui, pour commencer, j’ai décidé de passer une commande chez Picard surgelés. Et de me la faire livrer chez moi, dans cette rue qui n’existe pas vraiment et avec laquelle j’ai toutes les misères du monde pour qu’un transporteur la trouve et trouve mon immeuble. Mais ça ne fait rien, je vais quand même me faire déposer 300 kilos de gros glaçons pour me construire une espèce d’igloo… Igloo, igloo, igloo… Il est des nôtres, il a bu son verre comme les au-autres !… Et les jours de chaleurs obèses, je m’en irai me reclure dans mon... [Lire la suite]

05 juillet 2017

pas d'abonné au numéro que vous avez demandé

Il n’y a pas d’abonné au numéro de que vous avez demandé. Non, je suis absent. Pour un temps indéterminé. Et donc, c’est inutile de m’appeler ou de m’envoyer un SMS, je ne suis pas sûr que j’y répondrai. Je suis planqué chez moi et je ne veux voir personne. Je ne suis pas forcément d’humeur et je n’ai besoin de rien. Après, vous pouvez toujours tenter de m’envoyer un courrier et on verra bien ce qui arrivera. Mais je doute que… Parce que n’habite plus à l’adresse indiquée non plus. Non, je n’ai pas encore retiré mon nom de la boîte... [Lire la suite]
28 juin 2017

sonnez, sonnez les mâtines

À vrai dire, plus que d’avoir eu mal physiquement, c’est vraiment le choc psychologique qui m’a mis à plat, depuis l’incident d’hier. Je me suis hébété. Je m’hébète tout seul. Je suis abasourdi. Je me sens lent et lourd. Comme si j’étais orageux moi-même. Il faut que ça passe ou que ça casse mais je sais que ça va passer. Il faut juste un peu de temps, un jour ou deux, sans doute. Le temps que ça s’amenuise parce que d’autres choses vont m’arriver. Et prendre la place de ça. Et puis n’y a-t-il pas de contrecoup ? Ne suis-je pas... [Lire la suite]
09 décembre 2015

engourdissement

Je ne sais si c’est parce que j’ai dû prendre un coup au moral ou si c’est parce que je suis fatigué mais je me sens proche d’une langueur morne, monotone, tristounette. Et pourtant, loin de moi les sanglots longs des violons de l’automne, il fait très beau, en plus de cela et je me suis habillé de bleu pour être assorti avec le ciel, par-dessus les toits, si calme. Et moi, trop calme, trop alangui, trop engourdi moralement, je n’ai envie de rien, là, maintenant, tout de suite. Alors, qu’on me laisse ne rien faire, là, maintenant,... [Lire la suite]
16 juillet 2015

zombie Jacob

Il y a des jours où je préfère m’isoler, m’enfermer, me replier sur moi-même. Me reclure comme si j’entrais dans certains ordres, pas les ordres religieux, non, les ordres égocentrés, introspectifs et moraux. Histoire de ne plus avoir aucun rapport, ni de près, ni de loin avec les autres. Avec tous ces étrangers qui sont autour de moi et quand je parle d’étrangers, je ne parle pas de ceux qui ne sont pas du même sol que le mien mais de tous ceux qui m’entourent, quels qu’ils soient. Tous ceux qui me semblent à mille lieues de moi.... [Lire la suite]
09 avril 2015

envie d'humidité

Oui, c’est vrai qu’il y a des jours où même s’il fait beau, dehors, il fait grise mine dans la tête et je ne parle pas du reste du corps car celui-ci revendique aussi son droit à ne pas devoir subir un ciel bleu, du soleil qui brille et une température au-dessus de tout soupçon. Ce beau temps me défrise quand je n’ai qu’une envie, celle qu’il se mette à pleuvoir pour que je reste à l’abri, chez moi. Sous l’aile protectrice des murs de mon appartement, que j’ai fini de payer depuis la semaine dernière. Maintenant qu’il est à moi, je... [Lire la suite]