23 août 2018

et si tu n'existais pas

Et si tu n’existais pas, dis-moi pourquoi j’existerais ?... Peut-être tout simplement parce que si tu n’existais pas, j’aurais peut-être fait la connaissance de quelqu’un d’autre avec qui j’aurais pu aussi vivre une très belle histoire. Va savoir. Après tout, peut-être que si tu existais ailleurs que dans ma vie, ça n’aurait pas changé le monde. En plus, tu existais avant qu’on se rencontre et tu continueras d’exister après qu’on se perde de vue. En tout cas, si tu n’avais pas existé dans ma vie, j’aurais vécu autrement.... [Lire la suite]

09 mai 2018

le secret

Sur le chemin près du bois J’ai trouvé tout un trésor Une coquille de noix Une sauterelle en or Un arc-en-ciel qu’était mort. A personne je n’ai rien dit Dans ma main je les ai pris Et je l’ai tenue fermée Fermée jusqu’à l’étrangler Du lundi au samedi. Le dimanche l’ai rouverte Mais il n’y avait plus rien Et j’ai raconté au chien Couché dans sa niche verte Comme j’avais du chagrin. Il m’a dit sans aboyer : “Cette nuit, tu vas rêver.” La nuit, il faisait si noir Que j’ai cru à une histoire Et que tout était perdu. Mais d’un seul... [Lire la suite]
11 avril 2018

mettre un peu d'os dans son vain

Contre toute attente, alors que la nuit du mardi au mercredi est historiquement une nuit calme, dans mon boulot, elle fut plus dure, plus longue et plus pénible que la première, celle de la reprise après une semaine de vacances. Sans doute parce que, hier encore, j’avais vingt ans (ou presque) et j’étais dans cette euphorie due à l’insouciance de tout jeune âge. Mais depuis hier, j’ai divisé par trois mon capital fraîcheur et là, je me sens un peu, beaucoup, passionnément décrépi. Alors, ce matin, en revenant du boulot, pour une fois,... [Lire la suite]
28 septembre 2017

je ne pensais pas que ça serait si long d’avoir envie de vieillir

Je ne pensais pas que ça serait si long, cette envie de vouloir vieillir un peu plus vite. C’est vrai, je n’en reviens pas comme il me tarde de prendre deux ans dans la gueule. Pour me trouver quelques nouvelles rides et voir les autres se développer. Pour sentir mon arthrose prendre de plus en plus de place, comme un squatter. Pour subir les prochaines canicules avec des risques de plus en plus importants. Vieillir. Vieillir vite mais bien. Vieillir à tout prix. En être sûr. Ne pas stagner à un âge qui n’en vaut pas la peine. Mais y... [Lire la suite]
22 juin 2017

swirling vortex of entropy

Allez savoir où j’ai lu ou entendu ça, ces jours derniers mais j’ai noté ces quatre mots et je me suis dit que j’allais en chercher la signification, pleine de promesses. Je vous jure que ça m’a fait limite rêver. Les yeux grands ouverts. Après l’anesthésie, donc. Sinon, j’aurais été incapable de parler de ça, hier midi. Et aujourd’hui, alors qu’il fait toujours aussi chaud (mais que fait le nouveau gouvernement d’Édouard Philippe, bon sang ? Et que fait Emmanuel Macron ?), je viens de regarder sur Gogol (la version... [Lire la suite]
30 mai 2017

Mad Max et Juliette

Cette nuit, je me suis réveillé plein de fois, sans doute parce que j’avais peur de me rater l’heure de réveil, programmée à 3h pétantes. Un peu aussi parce que j’étais un peu excité par le début de la cérémonie des Molière, hier soir. Pas mal parce que ça m’a frustré d’être obligé d’éteindre vers 23h30 pour tenter de m’endormir. Et parce que j’ai eu trop chaud malgré les 10 degrés perdus en 24 heures. Il était donc écrit que cette dernière nuit avant ma reprise ne serait pas à marquer d’une pierre blanche. Pan dans ma gueule, en... [Lire la suite]

12 janvier 2017

un jour pour rien

Un jour pour rien, c’est toujours un jour de trop et pourtant, c’est un jour de moins. Comme si on avait été volé par rapport à l’emballage. Par rapport à la publicité. Mensongère parmi tant d’autres. Mais encore une fois, je me suis fait avoir par un slogan et par les jolies couleurs. Tant de promesses. Tant de choses qui font envie et qui, finalement, sont à l’opposé de ce qu’on attendait. C’est un abus de faiblesse. C’est comme pour toutes ces nuits. Tous ces rêves qu’on m’a vendus. Et moi qui ai sauté les deux pieds dedans. En... [Lire la suite]
30 octobre 2015

l'inconnue du TGV

C'est bien plus souvent qu'on ne peut le supposer que les choses les plus incroyables arrivent dans la vraie vie comme si c'était dans un film. Il en est de même bien sûr pour les rencontres. Celles qui peuvent aller jusqu'à bouleverser votre vie, vous retourner comme une crêpe et vous laisser pantois le temps de comprendre ce qui vous arrive. Alors, votre cœur bat la chamade, vous avez l'air niais et vous vous demandez si vous n'êtes pas en train de rêver. C'est pour tout cela qu'on dit alors que l'affection dépasse la réalité. ... [Lire la suite]
05 juillet 2015

sieste

Au soleil de midi, (chaque jour est un tour de rôles : pendant que la lune se repose en rêvant, à l’aube qui a chanté pour le petit coq) Je sommeille sous la tonnelle de glycines En pensant amoureusement à vous, mes amis...   Les rayons du soleil flirtent avec la vigne Une légère brise esquisse des caresses sur moi Je sais qu’au crépuscule je vous retrouverai Dont toi, si jeune, silhouette négligemment Allongée sur une branche d’olivier...   Tu sais que j’irai prendre ta main encore chaude Du soleil alors... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
15 juin 2015

sur toute la ligne

Ah ça, on peut dire que je me suis trompé, et pas qu’un peu, sur toute la ligne, hier. Honte sur moi ! J’ai parlé du premier anniversaire de mariage en écrivant une fin de billet sur les noces de papier. Et j’ai eu l’air malin, pendant l’apéritif, à Dorimont, hier midi, quand, devant nos amis, j’ai porté un toast en restant assis et en annonçant que pile un an avant, c’était notre mariage. Et que nous allions boire à nos noces de papier. Mais que comme je ne voulais pas marquer le coup ostensiblement, les seuls témoignages... [Lire la suite]