13 juin 2019

moi, finalement, j’en suis revenu

Finalement, on en parle, on en parle mais moi, j’en suis revenu et même assez vite revenu. Il n’y avait aucune raison que j’y passe plus de temps que ça. Et finalement, une fois rentré chez moi, je me suis dit que j’étais le champion du monde du voyage éclair. Parti très tôt le matin, 6h25 pour poser mes chaussures chez moi à 17h20, ça fait un road trip de 11h. Ce n’était donc pas la peine de que je fasse une valise pour si peu. Pour si peu de temps, principalement. Je n’ai pas eu besoin de me changer entre hier matin et hier... [Lire la suite]

11 mai 2019

pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ?

Pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ? Non, je ne boude pas. Je n’ai rien à dire. C’est tout. Ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’on ne doit rien dire, on peut quand même parler de plein de choses même si ce ne sont pas que des choses amusantes. Ou légères. On peut dire des bêtises et pour ça, il me semble que tu n’es jamais le dernier. Je n’ai pas envie de dire des choses drôles, aujourd’hui. Si on m’oblige à l’ouvrir, ça risque de ne pas être gentil pour plein de gens, alors, non, je ne boude pas... [Lire la suite]
30 novembre 2018

c'est ce qu'on appelle faire un flop

C’est ça, qu’on appelle faire un flop. Avec mes deux rébus du 22 novembre, je n’ai eu aucune réponse, ni proposition de réponse, même mauvaise. Je suis donc le roi du flop. Je devrais sans doute postuler pour le blog qui a le moins de lecteurs et le seul qui est capable de proposer des jeux intellectuels dont le niveau de retour frôle le zéro négatif. Moins zéro, faut le faire, non. Au moins, ça me distingue de certains autres. Et je préfère être dans ma peau, en tout petit, que dans celle de… que dans celle de Jacline Mouraud.... [Lire la suite]
11 août 2018

questions sans réponse ou sans fondement ?

Il y a des questions auxquelles on ne trouve, je ne trouve aucune réponse. Mais je ne sais pas si c’est parce qu’elles n’en ont pas ou si c’est parce qu’elles sont sans fondement. Fondamentalement sans fondement. Et sans fondement, il n’y a pas grand-chose qui puisse être construit. Pas même la plus basique de toutes les interrogations. Et il n’y a pas que Spinoza, Kant ou Jean-Jacques Rousseau qui sont capables de se demander ceci ou cela et faire en sorte que ça devienne des sujets pour le bac philo. Sophie, pas Dendron, bien sûr.... [Lire la suite]
24 avril 2018

mise en examen

Une heure avant. Stéphane ? Oui ! Il y a deux policiers pour toi. Ah bon ? On a encore un problème avec les douanes  ou la répression des fraudes ? Non, ils disent qu’ils veulent te voir toi, ça n’a aucun rapport avec le travail. Ah bon. J’espère qu’il n’y a rien de grave. Je viens. J’arrive. Bonjour messieurs. Bonjour, vous êtes Stéphane ? Oui. Veuillez nous suivre, s’il vous plaît ? On va où ? Veuillez nous suivre, s’il vous plaît. Prenez vos papiers, vous en aurez besoin. Ah... [Lire la suite]
18 octobre 2017

les journalistes et eux-mêmes

Pour moi, ce n’est pas le président Macron qui a coupé la parole à madame Coudray mais bel et bien l’inverse. Et même si c’était pour la bonne cause du respect du timing, quand on a posé une question à quelqu’un, on attend qu’il ait fini de répondre avant de continuer. Mais ça, les journalistes, ils ne savent plus faire. Le plus important, pour eux, c’est d’avoir la bonne personne en interview, poser des questions politiciennes, parler des petites phrases, balancer un ou deux sujets qui créent de la polémique et surtout, surtout,... [Lire la suite]

01 octobre 2017

un indice ?

Quel jour sommes-nous ? Ma foi, en me levant, je ne me suis pas posé la question mais un peu après, je me suis dit que nous devions être un jour différent de celui, passé, hier et de celui, à venir, de demain. Et cette fois, je suis sûr que ce n’est pas l’inverse… C’est aujourd’hui, dimanche… tiens, ma jolie Maman, ce sont des roses blanches, toi qui les aimes tant… Oui mais non, ça n’est pas le jour de la semaine dont il est question, ici. Dimanche, oui, dimanche, d’accord mais c’est toutes les semaines que dimanche revient... [Lire la suite]
16 juillet 2017

écrit vendredi pour dimanche

Dimanche, à l’heure ou s’assombrira la campagne, nous reprendrons la route du retour. Revenir à Bordeaux, ça n’est pas vraiment revenir à ses origines même si j’ai comme l’impression plutôt agréable d’y avoir toujours vécu. C’est ce qu’on appelle une intégration réussie. Ou alors, je ne m’y connais pas. Et donc, normalement, afin de me préserver mon lundi pour vaquer à mes corvées hebdomadaires de mon dernier jour de chaque week-end, nous pourrions donc rentrer dimanche soir après dîner. Il suffira de ne pas trop de charger l’estomac... [Lire la suite]
17 novembre 2016

ou alors, faire l'autruche

Et passer à autre chose. Sauf qu’il ne faut pas se voiler la face, non plus. Surtout en ces temps, ces temps derniers, où il n’est pas bien vu de porter quelque chose sur la tête. Quelque chose qui masque peu ou prou son propre visage, surtout pour les autres car pour soi-même, ça peut avoir un certain intérêt, parfois. Et parfois, ce sont les jours où on se dit : y a des jours comme ça. Parce que oui, bien sûr, qu’il y a des jours comme ça, des jours où on se dit que bof. On est dans son meilleur rôle, celui de l’aquoiboniste.... [Lire la suite]
16 novembre 2016

à perdre haleine

Je commence à être un peu essoufflé. Ça fait un moment que je cours. Un moment que je ne sais pas estimer. Je vais regarder l’heure à ma montre mais ça ne sert pas à grand-chose puisque je n’ai pas regardé l’heure à laquelle j’ai commencé à courir. C’est idiot mais dans la panique, on ne pense pas à tout. Je commence à être essoufflé parce que courir comme ça, à mon âge, ça n’est pas très raisonnable mais quand on a besoin de fuir, le plus vite possible, il n’y a plus de raison qui tienne, c’est juste l’instinct de survie. Il ne faut... [Lire la suite]