15 septembre 2020

chacun chez soi et les moutons seront bien gardés

On l’a appris hier après-midi, peu après 15h, de la bouche même de la préfète de Gironde, nous ne sommes pas entrés en reconfinement mais peu s’en est fallu. Ce qu’il faut en retenir (si je n’ai rien oublié car entre temps, une nuit m’est littéralement passée dessus), c’est que la situation est catastrophique, chez nous mais que nous n’allons pas nous mettre en réclusion. C’est déjà ça. Même si certains auraient mérité de l’être mais en même temps, c’est facile pour moi de dire ça car je le sais très bien que l’herbe est toujours plus... [Lire la suite]

03 avril 2020

parfait, en plein confinement (billet presque garanti sans coronavirus)

Il faut bien le reconnaître même si c’est un peu difficile, quand on est humble et modeste comme moi mais je trouve que je respecte parfaitement les règles du confinement et même mieux, je suis parfait, comme toujours voire comme jamais, dans cette réclusion involontaire. Je suis parfait, il faut bien que je le dise bien que ça me coûte car on risque de se méprendre sur mes intentions et sur qui je suis, non pas un mec qui se la pète, non, bien au contraire mais un mec simple. Un mec simplement parfait et parfaitement simple. J’en... [Lire la suite]
07 septembre 2017

la sentence : un jour de réclusion

La sentence est tombée brutalement : au réveil, cette nuit, en allant travailler, j’ai tranché dans le vif du sujet et j’ai donné le verdict de mes délibérations. Ça n’a pas été simple et j’ai dû fermement batailler pour atteindre mon objectif. Finalement, c’est lors d’un vote à main levée que je me suis obtenu tout seul la majorité non seulement relative mais surtout, absolue. Aujourd’hui, je serais donc condamné à un jour de réclusion. À perpétuité. Jusqu’à ce que nuit s’ensuive. Parce que c’était la meilleure peine que je... [Lire la suite]
27 octobre 2016

vous savez quoi ? Je ne suis pas là

Vous savez quoi ? Je ne suis pas là. Je ne serai pas là de toute l’après-midi. Je ne serai ni visible, ni joignable. Je serai aux abonnés absents et j’aurai donc forcément tort mais je m’en fous. Je ne suis là pour personne. Je m’octroie une réclusion de trois à quatre heures. Une retraite qui n’a rien de celle que j’attends mais une retraite spirituelle et organique. Envie de ne parler à personne. Pas même digne de ce nom. Envie de ne voir personne. Pas même un animal, quel qu’il soit. Même pas sûr d’avoir envie de la radio en... [Lire la suite]