02 juillet 2019

tristement abandonnée

Ouais… Comme si on pouvait être joyeusement abandonné !... Mais, juste pour préciser ma pensée et ma volonté de me faire totalement comprendre, si j’ai tant insisté en accolant « tristement » à « abandonnée », j’ai voulu faire le fort en thème avec cet effet de redondance mais je sais, humblement, que j’aurais pu faire mieux en me servant d’anaphore voire d’épiphore car je me considère assez fort en ana et en épi. À mes heures perdues. Qui ne se rattrapent guère, qui ne se rattrapent plus. Mais je crois que je... [Lire la suite]

23 mars 2019

requiem in pace

Stéphane, jusqu’au bout, tu auras lutté pour tenir le coup et tenir bon mais jamais pour un bon coup, quel dommage pour toi ! Aujourd’hui, tu nous quittes, tu nous as quittés et nous allons désormais apprendre à vivre sans toi mais au fond de nous, tu seras toujours un peu là même si, vers la fin, tu étais plutôt las tout en n’étant pas toujours vraiment là alors que là, tu ne seras plus là mais tu es où, pas là, mais tu es où, pas là, tu es où ? Ce matin, nous sommes réunis ensemble pour lui rendre hommage, pour honorer la... [Lire la suite]
25 octobre 2018

ça ne va pas changer le monde de l'entreprise

L’autre jour, c’était même lundi, je crois que j’en suis sûr, mon collègue préféré (un de mes collègues préférés) m’a appelé pour en savoir un peu plus sur ma décision de quitter la société. Je lui ai annoncé la chose jeudi dernier, au boulot et il m’a dit qu’il voulait qu’on en reparle. Je pense que ça l’affecte un peu mais c’est probablement plus que ce que je fais que pour ce que je suis. Après tout, vous comprenez, à mon âge, désormais, on prend ce qui vient et on n’est pas trop regardant. Je l’aime bien, lui et c’est tout. Si... [Lire la suite]
12 avril 2016

ce que je voudrai dire, demain

Quand on écrit tous les jours dans un blog, en tout cas, dans le mien (de cas), on écrit toujours sur ce qui s’est passé, rarement sur des choses qu’on aimerait qui se passent mais jamais, au grand jamais sur ce qui va se passer, je veux dire, ce dont on est sûr que ça va se passer. Je ne parle pas au conditionnel mais bel et bien au futur de l’indicatif. Alors, aujourd’hui, mardi, je vais parler de ce qui va se passer demain, mercredi. Ou pas. Oui, après tout, peut-être que je ne parlerai pas de ce qui va se passer demain si jamais... [Lire la suite]