30 avril 2020

bonne année, mon cul ! (billet totalement contaminé au Covid 19)

Quand je pense qu’il y a exactement 121 jours commença la longue litanie des vœux pour 2020 et ce, pendant un mois (sans compter tous les gens qui vous la souhaitent bonne et heureuse et surtout la santé, hein ? Surtout la santé parce que sans la santé, franchement, hein ? Sans compter tous ces gens qui vous la souhaitent dès le mois de décembre, sans doute pour être les premiers et se débarrasser d’une telle corvée. Non, moi, je dis que les vœux, ce n’est jamais avant la date. Comme les anniversaires. Avant l’heure, ce... [Lire la suite]

21 mars 2020

ça se bouscule aux postillons

Ce qui est extraordinaire, avec ce confinement dû au coronavirus, c’est toutes ces modifications dans notre quotidien, des modifications qu’on n’aurait jamais soupçonnées, il y a encore un mois et qui perdureront peut-être dans le temps, allez savoir. J’en veux pour preuve le nombre de plexiglas installés devant les caisses des magasins et même des pharmacies. Et les marquages au sol pour indiquer qu’il faut laisser de la distanciation physique entre les gens qui font la queue, qui attendent. J’en veux pour preuve aussi ces petits... [Lire la suite]
11 mars 2019

la veuve poignet

N’allez surtout pas imaginer que je vais parler de masturbation parce que le titre de ce billet est « La veuve poignet », ça n’a absolument rien à voir. Je n’y avais pas pensé une seconde. Ça ne m’avait même pas effleuré l’esprit. Loin de moi toutes ces idées salaces et ces pensées fallacieuses. Je ne pense pas qu’à ça. Au sexe, je veux dire. Je ne pense pas qu’au sexe. Je pense au cul, aussi. Mais pas que. Pas que. Et comme je ne suis pas un branleur patenté… Mais que m’arrive-t-il aujourd’hui ? Pourquoi tout ce... [Lire la suite]
10 novembre 2018

fonds de tiroirs

En tout cas, je te remercie, Chouchou, tu as été très efficace et ton aide m’a été précieuse, ce matin, pour ce qu’on avait prévu de faire à mon travail. J’ai pu terminer mon boulot pendant que tu chargeais les documents que je voulais qu’on emporte et je n’en reviens pas comme ça a été facile, on ne s’est pas gênés l’un l’autre, pourtant, une chaise pour deux, ça n’est pas toujours l’idéal. Là, on va tout de suite séparer les choses pour que je puisse m’y retrouver, quand j’aurais besoin de les consulter. Quand j’aurai envie de... [Lire la suite]
30 septembre 2018

je confirme : les homards n’ont pas le sens de l’humour

Je confirme : les homards n’ont pas le sens de l’humour. Je vous démontre la chose : le patron n’ayant pas pu bien en profiter pendant notre folle semaine biscarrossaise, il m’a demandé s’il pouvait en avoir un autre. « Un seul ou un deuxième pour Claude ? » Il n’en voulait qu’un seul. J’ai précisé que comme à chaque fois, Claude lui mangerait les deux pinces et il ne lui resterait que le corps à farfouiller comme un médecin légiste. Alors, je lui ai proposé de lui en prendre un gros pour lui et un plus petit... [Lire la suite]
07 mai 2018

le coup du lapin

Finalement, ça ne doit pas être si facile que ça, d’être un lapin. Si on y regarde de plus près voire de très près, c’est un animal qui n’est pas spécialement protégé contre ses prédateurs. C’est vrai, prenez le fait qu’il ait surtout deux ou trois dents bien acérées mais qui ne lui permettent pas de mordre réellement son adversaire au point de le tuer. Prenez aussi le fait qu’il a des griffes mais pas au point de blesser mortellement ses assaillants. Et puis, il a beau avoir deux grandes oreilles et une petite queue en boule, on ne... [Lire la suite]

10 mars 2018

leur truc en plumes

On n’a pas pu récupérer Kali en temps et en heure, hier. Seul Chouka était prêt. Le toiletteur avait appelé pour dire qu’il aurait au moins trois quarts d’heure de retard pour ne pas dire quarante-cinq minutes et bon, ça n’était pas si grave que ça, avec le patron, nous en avons profité pour faire deux ou trois courses qu’on repoussait toujours. Comme ça, les stylos sont rechargés et le courrier en recommandé, posté. Après, nous avons pris le chemin de la rue Fondaudège en passant par les allées de Tourny et là, alors qu’un SDF nous... [Lire la suite]
18 décembre 2017

trop volumineux

De deux choses l’une : soit mon facteur est un imbécile intégral, soit mon facteur est incapable d’exprimer clairement et honnêtement une chose pourtant toute simple, soit mon facteur est un gros feignant*, qu’à côté, les rois du même nom (comme Aga), c’est de la roupie de sansonnet. Vous voulez savoir pourquoi j’en ai contre la Poste, aujourd’hui ? Je suis dans une colère, vous ne pouvez pas imaginer ô combien. Parce que, avec la Poste, c’est comme avec la SNCF, tout est possible, même le pire. Samedi matin, un avis de non... [Lire la suite]
06 mai 2015

se laver les poêles

Bien sûr, il y a aura toujours des esprits pervers pour voir malice et obsession de la chose de ma part. Alors que par du tout. Et quand j’écris « pas du tout », c’est profondément « pas du tout », pas juste au bord. Parce que le titre ne veut rien dire d’autre que laver les poêles quand on en a sali plusieurs après avoir dîné. Ni plus, ni moins. Il  n’y a pas la queue d’une seule arrière-pensée dans mes propos. Il y a des queues de poêles et des queues de casseroles, certes, mais pas plus. Et des casseroles,... [Lire la suite]
15 décembre 2014

c'est reparti mon Kiki

On n’a qu’à dire ça, oui. C’est reparti mon  Kiki. C’est reparti comme chaque lundi matin sauf peut-être les deux prochains à venir. Oui, parce qu’il est probable, même si je ne le sais pas encore, si je ne le sais toujours pas, il est probable que je doive travailler dimanche et lundi prochain tout en ne sachant pas quel sera, quels seront mes jours de repos pour compenser. Je n’aime pas être dans l’expectative comme ça, je considère que c’est se moquer du monde. De la part de mon directeur, c’est considérer les employés comme... [Lire la suite]