24 mai 2021

je te mange aussi (po-M en prose)

Je te mâche, tu me manges aussi. Je te magnifie, tu me minouches aussi. Je te mignote, tu me manutentionnes aussi. Je te moissonne, tu me maraboutes aussi. Je te mamelonne, tu me métabolises aussi. Je te mentalise, tu me michetonnes aussi. Je te mignarde, tu me mouvementes aussi. Je te mémorise, tu me mitrailles aussi. Je te mesure, tu me maintiens, aussi. Je te mordille, tu me méduses aussi. Je te matérialise, tu me malaxes aussi. Je te mérite, tu me maîtrise aussi. Je te mythifier, tu me matricules aussi. Je te marque, tu me masques... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 03:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

24 août 2020

la beauté « droit dans les yeux »

Si je te disais que tu me manques, me croirais-tu seulement où penserais-tu que je suis encore à chercher à te titiller ? Eh bien non, figure-toi, tu me manques réellement et ce n’est pas parce que je peux te voir tous les jours (ou peu s’en faut) que je suis comblé. Ce ne sont ni la fréquence, ni la régularité, ni la quotidienneté d’une relation (en l’occurrence, la nôtre) qui font que l’on peut se sentir satisfait. C’est l’intensité qui compte. C’est ce qu’il y a dedans. C’est comme pour la beauté. La beauté, la beauté absolue,... [Lire la suite]
07 novembre 2016

en vers et contre tout

Évidemment, j’ai fini par succomber. Et c’est arrivé un dimanche, hier. Je n’ai rien vu venir. Mais là, quand je me suis assis devant mon ordinateur, après déjeuner, histoire de voir si j’avais quelques inspirations (expiration, inspiration, expiration, inspiration, expiration, inspiration… pardon, je viens juste de reprendre mon souffle…), alors que je pensais éventuellement écrire quelque chose de léger, voire de drôle ou, pourquoi pas, un billet d’humeur sur les primaires républicaines ou l’approche des élections présidentielles... [Lire la suite]
31 juillet 2014

cinq strophes qui ne riment à rien

Quand on perd l’habitude d’écrire des vers, peut-on s’y remettre comme ça, de but en blanc, à brûle pourpoint et illico subito presto ? Je ne sais pas et je ne m’y risquerai pas aujourd’hui, surtout pas après une matinée de travail bien chargée et une heure environ avant d’aller voir mon coach pour une reprise en mains que j’attends tout en la redoutant. Au bout de trois semaines sans cours particulier… vais-je savoir m’y remettre mieux qu’à la poésie ? Ou bien ne serai-je qu’une simple larve ?... Parfois, pour ne pas... [Lire la suite]