22 février 2019

orgasme verbal

Mon Dieu que ça fait du bien ! Même si ça n’a aucun rapport avec le billet d’hier, au sujet d’un éventuel prince charmant. Oui, parce que vraiment, ça fait un bien fou. Qu’est-ce qui fait un bien fou ? Juste un bon orgasme de derrière les fagots. Ni plus, ni moins. Qu’est-ce qui me prend de parler d’orgasme aujourd’hui ? Parce que ce matin, au boulot, alors que c’était particulièrement pénible, je m’en suis payé un comme au bon vieux temps de Sonepar, à Massy Palaiseau, à la fin des années 90. Oui, parce que je suis... [Lire la suite]

05 janvier 2018

ennuyeux

En cette semaine calme… Non, en cette semaine très calme… Non, en cette semaine trop calme, au travail, je peux le dire haut et fort mais pas trop pour ne pas réveiller mes collègues qui se sont peut-être endormis : je m’ennuie. Je n’ai que deux à trois heures de boulot à faire et le reste du temps, je m’ennuie. J’attends, j’impatiente et je me languis. Je rêve d’activités plus intenses et plus denses. Je regrette la semaine de Noël où j’en ai eu ras la casquette et où je faisais des journées de 12 ou 13 heures d’affilée. Alors... [Lire la suite]
24 novembre 2016

mes premiers émois de lecteur

Je crois que mes plus vieux souvenirs de lecture, comme pour beaucoup de gamins, en tout cas, ceux de ma génération, ce sont les romans pour enfants des bibliothèques rose et verte. Et j’ai particulièrement vibré et re-vibré aux aventures du Club des Cinq et à celles du Clan des Sept. C’étaient mes préférés. Je me suis souvent identifié à ces bandes de gamins à qui il arrivait tant d’histoires… imaginez un peu, moi qui étais un rêveur… Ensuite, je me souviens surtout de quand j’ai découvert les livres au format de poche, à Fouras,... [Lire la suite]
09 novembre 2016

mal à mon Amérique

Ai-je simplement le droit de dire, d’écrire ça ? Oui, je le pense. J’ai mal à mon Amérique. J’ai mal à mon rêve américain. Toutes proportions gardées, j’ai la désagréable impression de me retrouver comme le matin du 22 avril 2002, chez nous en  France. J’ai mal à la tête, un peu comme si j’avais la gueule de bois. Vox populi, vox dei. Dont acte, alors. Oui, dont acte mais ça n’est pas de gaieté de cœur. Je reste persuadé qu’il ne va pas relever le niveau et que, contrairement à ce qu’il a voulu laisser croire, il ne fera... [Lire la suite]
10 octobre 2016

ça me travaille

Depuis que j’ai vu ce film, hier, Le ciel attendra, j’y pense beaucoup. J’y pense parce que ce fut une découverte pour moi que d’apprendre tout ce qui est démontré : le mécanisme de manipulation des jeunes, que ce soient des garçons ou des filles. Mais pour les filles, je n’en reviens pas comme le coup du prince charmant, sous les traits anonymes et virtuels d’un pseudo prince arabe, ça marche comme si elles avaient encore cinq ans. Il en faut peu pour toucher la corde sensible des jeunes adolescentes en recherche d’absolu et... [Lire la suite]
08 mars 2016

fonds de tiroirs

Hier, j’ai expliqué (en long et en large) que j’étais en train de faire du vide et de trier en vue du prochain déménagement (mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, le compromis de vente n’est même pas encore signé) et là, je voudrais juste prendre quelques minutes pour observer de plus près certains trésors que j’ai trouvés au fond de certains tiroirs ou de certaines boîtes à chaussures. Avec des relents de Pandore ? Non, je ne crois pas. D’abord, je me confirme comme un beau babillard. Si ce n’est que moi,... [Lire la suite]

02 janvier 2016

et s'il n'était pas une fois

On va partir de ce principe. Que pour une fois, s’il n’était pas une fois, y aurait-il alors eu des princesses au bois dormant qui pourraient se faire réveiller d’un simple et chaste baiser (à peine sur leurs lèvres fermées) par un prince charmant. Quand j’étais petit, j’aimais les contes mais ça n’était pas ce que je préférais. Je n’ai pas de souvenir d’histoire que me racontaient mes parents. J’ai des souvenirs de livres pour enfants que je lisais dans mon lit. Et en particulier, un soir, je lisais un roman adapté à mon âge, bien... [Lire la suite]
31 mai 2015

la fête à mémère

Ce n’est pas que parce qu’il est le premier élu de Bordeaux, là où je vis depuis plus de quinze ans, maintenant, que je suis un inconditionnel d’Alain Juppé mais j’avoue que j’ai de la sympathie pour lui. Et même si ça ne saute pas aux yeux qu’il est le prince charmant venu embrasser la belle au bois dormant pour lui faire rouvrir les yeux après des décennies de léthargie, il a fait ce qu’il fallait pour réveiller la belle endormie qu’était devenue Bordeaux, en se piquant un doigt à une aiguille de Chaban-Delmas. Autres temps, autres... [Lire la suite]
28 mars 2015

la fête à la grenouille

Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille. Il fait un temps à ne pas mettre le nez dehors au risque d’en revenir humide voire trempé. Alors, à moins d’être d’une humidité maladive ou d’avoir un caractère bien trempé, ce n’est pas forcément la chose la plus agréable à subir. Surtout après ces quelques jours d’ensoleillement sec. Comme peuvent l’être le champagne et le cidre. Pas de quoi tomber dans les pommes non plus, hein ? Il pleut, il bruine, c’est la fête à la triste mine quand on se promène dans les rues, la tête... [Lire la suite]
08 juillet 2014

me foutre dessus

J’ai envie de tout envoyer promener et de me replier sur moi, me laisser aller aux pa-pattes en rond sur le canapé voire sous la table, sur le tapis, entre les chaises. Qu’on m’oublie le temps que j’en ai besoin et qu’on me laisse seul le temps que j’en ai envie. Je me porte volontaire pour toutes les expériences qui concerneraient les effets de siestes prolongées, très longues, sur l’homme. Sur moi. Je ne veux voir personne et je ne veux parler à personne et je ne veux entendre personne me parler. Qu’on me laisse seul dans mon coin... [Lire la suite]