10 juin 2019

ça ne sentirait pas un peu fort la banane, là ?

Ça ne sentirait pas un peu fort la banane, là ? Bon, d’accord, je sais que malgré l’heure (14h45), je n’ai pas encore pris ma douche mais je porte un slip et un bermuda en jeans par-dessus alors, ça ne peut pas venir de moi. Je sais, c’est de l’humour douteux mais là, j’en ai assez, depuis 11h, ce matin, je suis en cuisine, pour le repas de ce midi (déjà disparu), pour le gâteau au citron que je voulais faire pour le président, le plat avec des boulettes de bœuf maison aux coquillettes que j’ai fait d’avance pour dans la semaine,... [Lire la suite]

08 juin 2019

avant l’heure, ce n’est toujours pas l’heure

Je le sais bien qu’avant l’heure, ce n’est pas encore l’heure mais que voulez-vous que j’y fasse, ce n’est pas ma faute si je me lève tôt voire trop tôt, je suis programmé pour être du matin et je ne comprends pas pourquoi tout le monde n’est pas comme moi. Non pas que j’aime particulièrement l’uniformité mais sur ce point-là, ça serait mieux que tout le monde suive mon exemple. d’une part, ça limiterait le nombre de noctambules alcoolisés qui viennent emmerder les braves gens qui dorment en rentrant chez eux en s’engueulant comme... [Lire la suite]
05 juin 2019

stationnement gratuit

Tout le monde le sait (ou alors, tout le monde devrait le savoir), j’habite dans une rue qui n’existe pas. Tout du moins, dans les GPS, sur les plans et pour les livreurs de tout poil (pourquoi de tout poil ? Est-ce que je donnerais dans le cliché en imaginant que tous les chauffeurs-livreurs sont très poilus, portent toujours des marcels et auraient du ventre ? Ce n’est pas impossible... Je vais réfléchir à ça…) Comment cela se fait-il que j’habite dans une rue qui n’existe pas ? Parce qu’elle n’est pas encore... [Lire la suite]
18 mai 2019

sans y toucher, comme elle a dit

Alors voilà, si on doit se revoir, il faut savoir que je n’aime pas qu’on me balance un seau d’eau sur la figure pour me réveiller alors que je suis en train de dormir à points, c’est tout. Et à poings fermés, oui, aussi. Je n’aime pas prendre le petit déjeuner au lit. Même tout seul. Et que le matin, je n’ai pas forcément besoin de boire un café pour être opérationnel mais je n’aime pas qu’on me parle de choses trop sérieuses dès le réveil. Des choses trop sérieuses comme l’évolution du prix de l’immobilier, la faim dans le monde... [Lire la suite]
03 mai 2019

Godness ! (où l’on reparle d’Aliénor d’Aquitaine)

Il y a des écrits qui ne se perdent pas. Je viens de l’apprendre par le président qui vient de me ressortir un sketch écrit en octobre 2016 pour une soirée « Patrimoine de Bordeaux » qui n’a jamais eu lieu. Comme la troisième guerre mondiale. Du moins, pas encore. Comme mon sketch qui n’a jamais été joué, du moins pas encore. Puisqu’il est de plus en plus question qu’il le soit le 22 ou le 23 juin pour une représentation exceptionnelle, soit en soirée, la veille, soit en matinée, le lendemain. Je suis clair ? Pour moi,... [Lire la suite]
05 avril 2019

dans une heure

Dans une heure, sera-t-il l’heure du retour de celle d’hiver ? Ou serons-nous encore dans celle d’été ? Je pense que rien n’aura changé de ce côté-là, dans les 45 ou 60 minutes qui vont suivre. Rien n’aura changé ? Si, peut-être le fait que j’aurai vieilli d’une heure de plus et ça, c’est vachement insidieux, c’est vachement sournois. Ça n’a l’air de rien mais pif, paf, pouf, prends ça dans ta gueule et ferme-là, de toute façon, tu n’as pas le choix, encore moins sur ça que sur le reste. Tu n’avais qu’à lire les... [Lire la suite]

29 mars 2019

s'allonger un morceau

Je me souviens de cette chanson d’Ester Galil, Le jour se lève, reprise par Garou, dans les années 70, elle m’avait beaucoup marqué par le texte, la musique et la voix de son interprète, une voix rauque comme on peut facilement rencontrer au moment d’un réveil, après une courte nuit qui fait suite à une longue) soirée pendant laquelle d’aucun(e)s ont pas mal bu et sans doute beaucoup fumé. Et là, au petit matin, on a la voix enrouée et un peu de difficulté à faire la part des choses. Et parfois, aussi, à faire la part des gens. Allez... [Lire la suite]
28 mars 2019

mon grand frisé intérieur

L’autre soir, quand on m’a mis à la porte de la réception pour laquelle j’ai accompagné le président, je n’ai rien dit mais je n’en ai pas pensé moins. Je suis parti la tête haute même si j’ai énormément haussé les épaules. Oui, parce que je suis comme ça, moi. Baraqué comme un flan, peut-être mais capable des pires représailles mentalement. La notion même de courage n’a aucune limite pour moi, dans ma tête et c’est déjà beaucoup et ça compense largement le fait que je n’en ai aucun dans la vraie vie. On s’arrange comme on peut avec... [Lire la suite]
27 mars 2019

et tu fais quoi, toi, Stéphane, dans la vie ?

Je ne connais personne à cette soirée, je n’aime pas spécialement ça mais je n’ai pas pu dire non au président, je ne peux pas faire comme lui, toujours dire non. Je n’aime pas ça car je suis resté un peu sauvage, surtout quand je ne connais pas les gens et parce que je ne sais pas quoi dire et aussi parce que je n’aime pas qu’on me demande ceci ou cela, ce que je fais dans la vie et tout et tout. « Et qu’est-ce que vous faites dans la vie, vous, Stéphane ? » Tiens, justement, qu’est-ce que je disais.... [Lire la suite]
18 mars 2019

mais oui, c'est d'une telle évidence !

Tout ne peut pas s’expliquer, dans la vie. Et encore moins quand il s’agit de sentiments. On aime ou on n’aime pas. On ressent des choses positives ou ce qu’on essaie de ne pas retenir, ce n’est que du négatif. On parle de réaction épidermique surtout quand on n’est dans l’antipathie : lui, je ne l’aime pas, dès que je le vois, je ne peux pas, je n’ai pas envie d’aller vers lui, j’ai juste envie qu’on s’ignore, qu’on échange rien pas même une poignée de mains. C’est ainsi et bien costauds sont ceux qui tenteront de faire revenir... [Lire la suite]