16 mai 2021

hier, il a beaucoup plu, plu, plu

Hier, il a vraiment beaucoup plu, plu, plu. Ça n’a pas vraiment arrêté de la journée, née, née. Si, peut-être un peu dans l’après-midi, di, di. Mais je m’en suis foutu, tu, tu car je ne suis pas ressorti, après le déjeuner et après avoir descendu la poubelle, belle, belle. J’ai pas mal zoné sur le canapé, pé, pé et j’ai préparé mes affaires pour partir aujourd’hui chez mes parents, à Saint-Maixent, sans, sans. Comment, ment, ment ? Je bégaie, gaie, gaie ? Mais non, je bafouille juste un peu, c’est tout, tout, tout. En réalité,... [Lire la suite]

17 novembre 2020

te voir en cachette

Si je voulais te voir en cachette, que dirais-je ? Quel alibi prendrais-je ? Je crois que je dirais que je descends la poubelle. Et tant pis si je reste une heure ou deux avec toi. Après tout, aucune loi, n’interdit de mettre une heure à descendre ses déchets dans le local approprié, quand on habite dans une résidence comme moi. Mais deux heures, pour l’instant, mon cœur, on va éviter, car nous n’en avons pas le droit. Déjà que nous n’avons pas le droit de nous voir mais si nous dépassons une heure, nous risquons de prendre... [Lire la suite]
28 octobre 2020

fait comme un rat

Hier, après avoir cuisiné comme un forcené pendant plus d’une heure trente, histoire de prendre un peu d’avance sur les jours à venir (surtout, ne jamais être en retard, hein, Stéphane ?), j’ai décidé de descendre ma poubelle parce qu’elle était pleine. Et je n’aime pas quand ça traîne, un sac poubelle. Et déjà que ça sentait les lasagnes de pommes de terre dans tout l’appartement, je ne voulais pas que ça sente les détritus en plus. Et voilà que j’enfile mes sandales du genre Birkenstock (faux et usage de faux mais j’assume) et... [Lire la suite]
30 septembre 2020

septembre moribond

Septembre se meurt et ça me fait de la peine. Surtout cette année. Mais je ne suis pas sûr que quand 2020 sera au bord de rendre l’âme pour laisser la place à ce jeune 2021 qui n’attend que ça, je suis sûr que là, je serai nettement moins ému dans le sens triste du terme. Parce que, quand je me retourne sur ces neuf derniers mois, je prends un coup de vieux terrible. Et je me rends compte que je n’aurais jamais dû accepter les vœux de bonne année au mois de janvier. Cette année ne sera pas à marquer d’une pierre blanche mais plutôt de... [Lire la suite]
09 septembre 2020

tu n'es pas là : les sacs poubelles s’entassent

J’ai fait le vœu de ne plus descendre mes poubelles tant que tu ne seras pas là. Depuis ton départ, je me morfonds, je m’alanguis, je m’étiole. Moralement parlant parce que sinon, je continue de m’alimenter et de m’hydrater et de dormir. C’est une question de survie. Parce qu’on ne meurt pas d’une absence de l’autre. On s’ennuie, jour et nuit et on s’ennuie, nuit et jour. Mais on ne meurt pas.  On s’impatiente et on trépigne. On compte les heures et les minutes et les secondes et on se dit que décidément, c’est un supplice cruel... [Lire la suite]
31 mai 2020

non, les moucherons ne dansent pas non plus

Je n’ai toujours pas compris d’où viennent tous ces moucherons (j’en ai exterminé une douzaine en deux jours et demi, dans ma cuisine) car comme je ne laisse aucune nourriture traîner, pas même des fruits, pas même des pas mûrs. Non, rien de rien : même mes déchets sont enfermés dans la poubelle qui est elle-même sous l’évier, cachée derrière une porte secrète. Et quand j’épluche des fruits ou des légumes, je mets mes pelures dans un sachet  pour le descendre presque aussitôt dans un conteneur, en bas, dans le local ad hoc.... [Lire la suite]

11 mai 2020

c’est quoi, ce masque, par terre ? (billet partiellement déconfiné)

Hep, oui, hep ! Vous, là, devant, vous avez fait tomber votre masque par terre ! Je l’ai pas fait tomber, je l’ai jeté, j’en ai plus besoin ! Vous l’avez jeté par terre ! Mais pourquoi vous l’avez jeté  par terre ? Parce qu’il est dégueulasse et que j’en ai plus besoin, tiens ! Mais pourquoi vous ne l’avez pas jeté dans une poubelle ? Parce que je voulais plus y toucher, c’est trop dégueulasse ! Mais vous auriez pu attendre d’être chez vous pour le jeter, vous en aurez peut-être encore... [Lire la suite]
27 septembre 2019

la poubelle pour aller danser

Oui, j’ai adopté une poubelle. Oh, pas une grosse, une que je peux emporter avec moi, pas trop lourde, pas trop grande, pas odorante. Une qui passe partout ou presque. Ce matin, quand j’ai pris le tram avec elle, pour la première fois, je l’ai cachée dans un autre grand sac avec tous les disques que je devais rendre à la bibliothèque, avant le 30 septembre ; un pain boule et le reste des tomates de Claire et Richard pour le patron mais aussi, des revues que je devais rendre à ce dernier : « Mieux vivre son... [Lire la suite]
19 septembre 2019

si c’est moi qui salis, c’est moi qui nettoie

Ça y est, il est midi cinquante, la cuisine est propre, la femme de ménage peut arriver. Normalement, elle vient pour 13h, le mercredi. Et là, hier, j’ai eu le temps de terminer de faire la vaisselle, de tout ranger afin que rien ne traîne, afin que rien ne dépasse (sauf les lettres) et j’ai même eu le temps de ficeler une poubelle et tout était fin prêt quand elle a sonné pour venir faire ses 3 heures. Je n’aime pas du tout que la cuisine soit en désordre ni sale quand elle arrive. Ce n’est pas ma bonne, elle ne vient pas pour ça.... [Lire la suite]
30 juillet 2018

descendre la poubelle

Ah vraiment, elle m’énerve, cette poubelle qui tient à peine debout. On dirait qu’elle est ivre d’en avoir trop bouffé. Il faut dire qu’elle s’est goinfrée, littéralement goinfrée. Au fur et à mesure que je cuisinais, hier, elle avalait tout ce que j’ai eu la bêtise de lui jeter dans la gueule, qu’elle avait grande ouverte. Irrassasiable. Et qu’est-ce que ça aurait été si, en plus de lui donner à manger, j’avais étanché sa soif car je suis sûr qu’elle devait avoir envie de boire après avoir ingurgité tout ça. J’ai failli lui balancer... [Lire la suite]