02 octobre 2019

rien, non, rien de rien

Alors, réfléchissons un instant : si je n’organise rien pour mon anniversaire, il va bien falloir que je n’envoie pas d’invitation à personne. Ou que je n’envoie pas d’invitation à tout le monde. Dans quel sens ça marche, ce truc ? Et puis si je n’envoie rien à personne, comment sauront-ils qu’il ne se passera rien. Que je ne les attendrai pas tel jour de tel mois à telle heure et à tel endroit. Parce que, pour moi qui aime (un peu trop) la ponctualité, je ne voudrais pas que personne ne se perde et n’arrive en retard à une... [Lire la suite]

16 décembre 2018

en repensant à la séance d’hier, chez l’hypnopsy

Je suis rentré chez moi et j’ai repensé à la séance d’hier, chez le psychiatre-hypnotiseur afin de tenter de me réconcilier avec Noël et son cortège de festivités qui me laissent froid. Je ne vois pas pourquoi il s’obstine à vouloir me redonner le goût pour cette fête puisque c’est acquis que je peux très bien vivre sans même si je la subis à mon corps et à mon esprit défendants et puisque, heureusement, tout le monde n’est pas fait dans le même moule. Je revendique ma différence. Je revendique le fait que je ne veux pas entrer dans... [Lire la suite]
01 octobre 2017

un indice ?

Quel jour sommes-nous ? Ma foi, en me levant, je ne me suis pas posé la question mais un peu après, je me suis dit que nous devions être un jour différent de celui, passé, hier et de celui, à venir, de demain. Et cette fois, je suis sûr que ce n’est pas l’inverse… C’est aujourd’hui, dimanche… tiens, ma jolie Maman, ce sont des roses blanches, toi qui les aimes tant… Oui mais non, ça n’est pas le jour de la semaine dont il est question, ici. Dimanche, oui, dimanche, d’accord mais c’est toutes les semaines que dimanche revient... [Lire la suite]
27 décembre 2016

suites royales mais logiques (ou l'inverse ?)

Profitons de cette semaine d’entre deux fêtes pour nous amuser comme des grands enfants attardés que nous sommes. En tout cas, vous je ne sais pas mais moi, oui. Et ce n’est pas parce que je suis toujours en avance car névrosé de la ponctualité que je ne peux pas être un peu attardé en même temps. D’ailleurs, un attardé mental peut-il être éjaculateur précoce ? Vous avez trois heures… Non, je plaisante, je voulais juste détendre un peu l’atmosphère, l’alléger de tous nos ballonnements avec des suites royales mais logiques. À... [Lire la suite]
20 juillet 2016

avant l'heure, ça n'est pas l'heure, normalement

Deux heures quinze, le matin, c’est vraiment très dur quand c’est le moment de se lever, chaque jour, chaque nuit et depuis que c’est mon nouveau rythme de travail, je l’ai subi une semaine avant de prendre quinze jours de congés et là, c’est mon deuxième jour de reprise. Un peu dans la souffrance psychologique et beaucoup dans la difficulté, l’insoutenable lourdeur de l’être qui est coupé dans ce qu’il a de plus équilibrant : son sommeil. Et quand on a vécu deux semaines intenses à faire des cartons, à courir après les fonds... [Lire la suite]
26 octobre 2015

avant l'heure

Avant l’heure, c’est pas l’heure, dit-on dans ce qui ressemble à un dicton. Après l’heure, c’est plus l’heure. Idem et dito. Mais alors, pourquoi les gens ne sont-ils pas plus ponctuels que ça ? Parce que moi, je suis un vrai névrosé de la ponctualité. Un mec qui préfère être en avance plutôt que prendre le risque d’être en retard. Parce que si ça ne me dérange pas d’attendre les autres parce que je suis en avance, je déteste les attendre parce qu’ils sont en retard. Et comme je suis toujours en avance et eux, toujours en... [Lire la suite]
29 juillet 2015

interdit d'heure

Je suis un malade de l’heure et un psychopathe de la ponctualité. Je déteste être en retard et je déteste que les autres le soient, eux aussi. De ce fait, je déteste tout le monde parce que globalement, comme je préfère être en avance pour ne pas être en retard (être pile à l’heure, c’est déjà être en retard pour moi), du coup, j’attends toujours les autres qui eux, s’en foutent un peu, à vrai dire, d’avoir dix ou quinze minutes de retard. Quand ce n’est pas plus. Et il en est de même avec mes horaires d’embauche. J’ai toujours... [Lire la suite]
18 novembre 2014

je dix quatre heures vingt

Je suis un véritable névrosé de la ponctualité et un névropathe incurable (et incorrigible) de l’horaire. Et je pense que de tous les psys du monde, aucun ne sera jamais capable de remettre les pendules à l’heure, en ce qui me concerne. Déjà parce que je suis un mec speedé en permanence (d’où le besoin qu’on respecte le fait que j’aille plusieurs fois au cinéma par semaine car là, au moins, je suis assis, je ne cours pas), une vraie cocotte-minute en version petit mâle vieillissant, toujours sous pression, toujours avec la soupape... [Lire la suite]