18 mars 2016

onze ans

Il y a onze ans aujourd’hui, j’avais onze ans de moins et j’étais loin de me douter que ça allait durer autant d’années. Parce que je suis arrivé dans un endroit très, trop étrange. Je n’imaginais même pas y rester plus de dix minutes et encore moins y revenir le mardi suivant. Parce que le 18 mars 2005, c’était un vendredi, jour du poisson par excellence mais il ne faut plus le dire parce qu’on est dans un état laïc. C’était un vendredi, vive le vent, vive le vent, vive le vendredi… À vrai dire, j’étais venu la veille pour un... [Lire la suite]

17 février 2016

post pénultième

Il faut dire, à ma décharge, que je m’en moque un peu, des soldes, moi. À force d’avoir le dressing plein de vêtements dont la moitié, au moins, n’est jamais portée, les soldes, c’est vraiment pour ceux dont la carte-bleue les démange. C’est de moins en moins mon cas. En plus, pour aller bosser, inutile de faire des frais vestimentaires, même si je ne quitte jamais mon bureau, ça sent le poisson quoiqu’il arrive. Alors, je vais les user jusqu’à la corde, les vêtements que je mets pour le travail. Les user jusqu’à ce qu’ils n’en... [Lire la suite]
26 septembre 2015

le jardinier bricoleur

Il était une fois un petit jardinier bricoleur. Un amateur, à vrai dire. Qui aurait pu être moi. Mais ce n’était pas moi. Il ne faudra donc pas chercher à trouver des similitudes avec moi. Ni théoriques, ni pratiques. Que nenni et re-que nenni ! Je ne suis pas vraiment adroit de mes doigts. Bon, je peux aider quelqu’un qui s’y connaît mais ça s’arrête là. Je ne suis pas du tout bricoleur sauf pour monter les meubles Ikea. Quant au jardinage, je sais planter les choux et manger les framboises à même les framboisiers. Non, je... [Lire la suite]
10 août 2015

le mareyeur monstrueux

Des fois je me dis que c’est une chance qu’on ne devient pas ce qu’on fait. C’est vrai ça, vous vous rendez compte, moi qui travaille chez un mareyeur, dans les bureaux, certes, mais chez un mareyeur quand même. Vous imaginez si je faisais du mimétisme avec les produits que nous avons en stock ? Parce que moi, le stock, je vais facilement le voir au moins une fois par jour, le matin, quand je dois vérifier deux ou trois choses. Je ne touche pas au poisson ni aux coquillages et encore moins aux crustacés mais quand je dois... [Lire la suite]
01 août 2015

se faire passer dessus

Normalement, quand je rentre du boulot, en fin de matinée, le samedi, après une semaine toujours relativement bien chargée, j’aime bien passer sous la douche pour me laver de tout :, me laver de toute odeur de poisson, me laver de toute notion de travail et me laver de tout soupçon. Je mets mes vêtements dans le lave-linge (ah ben non, je ne l’ai pas encore fait aujourd’hui, ça sera pour tout à l’heure, tiens…) et je redeviens un homme neuf. Enfin presque. Plutôt en bon état comme neuf car à mon âge, ce serait pure folie que de... [Lire la suite]
02 juillet 2015

gloutons d'anniversaire

Ma cousine est venue me claquer une bise au bureau mais sans prendre de poisson, cette fois. Donc, elle n’est pas venue aux aurores mais à l’heure du déjeuner et comme je l’avais imaginé, en découvrant à quelle heure elle allait arriver, quand elle m’a proposé que nous déjeunions ensemble, non seulement j’ai dit oui mais en plus, je lui ai ajouté que j’allais moi-même le lui proposer. Le temps de terminer deux ou trois choses avec mon binôme, elle est allée au centre commercial, à quatre stations de tram de là pour faire un peu de... [Lire la suite]

11 décembre 2014

le jour J

Nous sommes le jour J. Comme jeudi. Et comme je dis que c’est le bon jour. Ça tombe super bien que ça soit aujourd’hui jeudi, le jour J. Parce que, pour un peu, à vingt-quatre heures près, on aurait été le jour M (on n’aurait pas été dans la M) ou le jour V, peut-être un jour de victoire mais ça n’est pas garanti sur facture. On ne le sait jamais à l’avance. À l’avance, justement, tiens, puisqu’on en parle, parlons-en. Ce billet est écrit à l’avance car ce jeudi est férié pour moi à plusieurs niveaux. Bien sûr, je suis allé travailler... [Lire la suite]
25 novembre 2014

contrebande de cakes

Il y a des fois où je me dis que j’ai de la chance de vivre à cette époque où personne ne respecte plus rien, où l’incivilité est devenue la règle et où chacun ne vit que pour sa gueule. Car si j’avais vécu au temps de l’occupation, déjà, on peut dire que je n’aurais jamais eu le temps d’écrire un billet par jour dans ce blog vu que, les blogs, ça n’existait pas, d’une part et que j’aurais été bien trop occupé, d’autre part. Quant à savoir si j’aurais eu le cran de faire partie des résistants, la question est bonne mais je n’ai aucune... [Lire la suite]
07 juillet 2014

et ça continue, encore et encore

Et ça continue, encore et encore. Chaque fois la même chose. Les jours qui passent qui remettent sans cesse leur ouvrage sur le métier. Ou quelque chose comme ça. Parce que tout est inéluctable dans le défilement des minutes, des heures, des jours, des semaines, des mois et des années. C’est volontairement que j’ai écrit tout ça, ça me permet d’insister sur leur poids. Leur accumulation. Et on a beau faire, on a beau vouloir, on a beau s’en défendre, parfois, on est obligé de tomber dans la routine imposée du temps qui passe et des... [Lire la suite]
18 juin 2014

avant un plat pays

La veille d’un départ en vacances. En temps normal, je serais très excité. Dans ma tête. Excité comme un époux juste marié. Là, je n’ai même pas conscience de partir demain. De prendre l’avion demain. De toute façon, je n’ai aucune conscience de rien depuis quelques jours. Je suis comme le Costa Concordia. Je n’arrive plus à faire surface et c’est à peine si je tiens debout sur mes jambes. Sur mes nageoires. Vu que j’ai la sensation d’évoluer dans des eaux troubles. Et de me faire des queues de poisson à moi-même. Difficile de se... [Lire la suite]