08 septembre 2019

une journée de transition

Quand j’étais enfant, j’étais bon élève, surtout en primaire et au collège, après, je me suis un peu laissé aller parce que je trouvais que… bon… ceux du fond de la classe, avec leurs poils, pour les mecs ; leur début de poitrine, pour les filles et leur voix plus grave, pour les garçons, j’ai appris à me détourner de certaines matières et à penser que le plus intéressant n’était pas enseigné par les profs. J’ai quand même décroché mon bac (au buccal de rattrapage) mais bon, j’ai assez vite compris que les études n’étaient pas... [Lire la suite]

05 juin 2019

stationnement gratuit

Tout le monde le sait (ou alors, tout le monde devrait le savoir), j’habite dans une rue qui n’existe pas. Tout du moins, dans les GPS, sur les plans et pour les livreurs de tout poil (pourquoi de tout poil ? Est-ce que je donnerais dans le cliché en imaginant que tous les chauffeurs-livreurs sont très poilus, portent toujours des marcels et auraient du ventre ? Ce n’est pas impossible... Je vais réfléchir à ça…) Comment cela se fait-il que j’habite dans une rue qui n’existe pas ? Parce qu’elle n’est pas encore... [Lire la suite]
11 mars 2019

la veuve poignet

N’allez surtout pas imaginer que je vais parler de masturbation parce que le titre de ce billet est « La veuve poignet », ça n’a absolument rien à voir. Je n’y avais pas pensé une seconde. Ça ne m’avait même pas effleuré l’esprit. Loin de moi toutes ces idées salaces et ces pensées fallacieuses. Je ne pense pas qu’à ça. Au sexe, je veux dire. Je ne pense pas qu’au sexe. Je pense au cul, aussi. Mais pas que. Pas que. Et comme je ne suis pas un branleur patenté… Mais que m’arrive-t-il aujourd’hui ? Pourquoi tout ce... [Lire la suite]
09 mars 2018

ChouKali

Tout à l’heure, je vais aider le patron pour aller chercher les chiens. Seul, il pourrait les tenir tous les deux en laisse mais c’est plus agréable quand on est deux. D’autant que la petite Kali, ce véritable mâle manqué, elle tire, elle tire, elle tire et pas que l’aiguille, ma fille, non, elle tire comme si elle était attirée par un aimant. Et moi, derrière, je cavale. Et ça fait sourire les badauds et les passants qui passent, quand ils voient un mec avec des cheveux blancs se faire mener par le bout du nez pas un petit bout de... [Lire la suite]
10 février 2018

Charlemagne, jusqu'à la garde

Ce billet n’a aucun rapport avec le film qui est sorti cette semaine, Jusqu’à la garde, de Xavier Legrand, qui est plus que certainement un très bon film mais je ne l’ai pas encore vu, je pense y aller lundi, s’il fait beau demain et demain, s’il fait beau lundi. Non, mon propos, aujourd’hui, c’est de parler de Charlemagne, cet homme à femmes en plus d’être un homme un barbe qui parfois, avait des idées folles, 1 200 ans avant le mariage gay mais ne Mélenchon pas tout. Quant à ses idées folles, c’est une autre histoire. On... [Lire la suite]
07 octobre 2016

pas un poil dans la main, non mais dans le nez, oui

Ça m’agace, j’ai un poil dans le nez qui me chatouille. C’est souvent du même côté, à gauche, le côté du cœur que ça m’arrive. Je dois être plus sensible de la narine sénestre. Plus chatouilleux, aurais-je dû dire, d’ailleurs. Je suis également assez chatouilleux sur le bon mot, sur le bon vocabulaire. Mais aussi un peu pointilleux. À la fois sur ce que j’ai envie de dire mais aussi sur les poils qui dépassent. Surtout les miens parce que les poils des autres, soit je m’en contrefiche, soit ça me dégoûte. Et je ne parle que des poils... [Lire la suite]

22 août 2016

héliopolis

Il ne faut pas croire qu’Héliopolis ne soit que le nom de plusieurs villes égyptiennes qui signifie « ville du soleil » et peu importe qu’on parle de celle qui se trouve dans le delta du Nil, en Égypte, anciennement Onou ou de celle qui se trouve dans la province cairote. Parce que, même si on ne peut pas contester l’étymologie de ce nom propre, Hélios venant du grec : relatif au soleil et Polis, signifiant « cité », chez les mêmes grecs. Parce que depuis hier, héliopolis, ça signifie aussi «soleil »... [Lire la suite]
22 août 2015

au-delà de cette limite

On va considérer le fait que cette semaine est terminée, même si nous ne sommes encore que samedi. On va donc valider cette décision et se dire qu’une nouvelle ère commence. Une nouvelle époque, sans lui, certes, mais une nouvelle époque quand même. Un nouvel épisode. Avec un personnage en moins. Et qu’on ne me dise pas que la semaine n’est pas encore finie car j’ai décidé qu’elle l’était et on n’a qu’à faire comme avec les tickets de parking : toute heure commencée est due (jusqu’à ce qu’on applique la loi Macron) et comme pout... [Lire la suite]
01 août 2014

un mec au poil

J’ai un collègue qui s’appelle F… Sans le C. Je l’adore. C’est sans doute un de ceux que j’aime le plus et que je pourrai fréquenter le plus facilement en dehors du boulot. Je connais sa femme dont le prénom commence par I… sans C également mais pour elle, c’est nettement plus normal. J’ai déjà eu l’occasion de parler d’elle dans un billet sur mon voyage de retour en avion Rome-Bordeaux, en juin 2013. Pour la date précise, merci de faire une demande en trois exemplaires et en bonne et due forme. Je l’aime beaucoup aussi et ce n’est... [Lire la suite]
04 mars 2014

encore paumé du petit matin

Je me lève et je me bouscule parce que sinon, je me connais, je crois me connaître, je vais aller me mettre, m’asseoir, me vautrer sur le canapé, histoire de donner le change et je vais laisser filer le temps, tire, tire l’aiguille, ma fille et alors, contre mauvaise fortune, j’aurai bon cœur quoiqu’il arrive. Je vais préparer le café, noir et je vais regarder par la fenêtre. Il fait nuit, noire. Encore nuit. La rue est sèche. Il fait nuit d’un noir encre de seiche. Pas même sympathique. Je vais faire avec. Je vais sortir la salade... [Lire la suite]