10 avril 2016

on n'est pas sérieux quand on a cinquante-sept ans

On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. - Un beau soir, foin des bocks et de la limonade, Des cafés tapageurs aux lustres éclatants ! - On va sous les tilleuls verts de la promenade. Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin ! L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ; Le vent chargé de bruits - la ville n'est pas loin - A des parfums de vigne et des parfums de bière... Est-on plus sérieux quand on en a dix de plus ? J’aimerais revenir à cette époque, bénie et maudite d’entre toutes, où je menais... [Lire la suite]

03 janvier 2016

boulevard St Michel

Est-ce que j’étais fan de toi ? On ne peut pas dire ça mais je t’aimais bien car tu sortais du lot. À une époque où j’étais adolescent, tu as fait partie de ceux qui m’ont ouvert un horizon même si je t’ai considéré comme un peu moins important que d’autres à qui je t’ai comparé. On a beaucoup parlé de toi, depuis quelques années, principalement parce que tu étais malade. Et la chronique de ta mort annoncée m’a un peu sidéré. On dit que c’est la vie. Tu devais partir en septembre, tu es parti en tout début d’année. Peut-être... [Lire la suite]
07 septembre 2015

zéro virgule soixante-quatorze kilomètre carré

Debout depuis un moment, quand j’ai discrètement ouvert un store électrique du séjour, j’ai vu qu’il faisait encore un peu nuit alors que moi, j’avais encore  un peu sommeil mais que je l’avais perdu et donc, il valait mieux me lever pour ne pas perdre mon temps à le chercher dans le lit, toutes lumières éteintes. Et là, je me suis fait un café dosette, une fois n’est pas coutume et j’ai bouquiné, j’ai terminé le roman que j’avais en cours, une trentaine de pages et découvrir un dénouement auquel je ne m’attendais pas et en... [Lire la suite]
30 mai 2015

il n'existe pas de poème sur la douleur

J’ai cherché s’il existait des poèmes sur la douleur autre que celle, plus psychologique d’un deuil, de la rupture amoureuse ou du mal de vivre, qui ne prévient jamais mais qui arrive, toujours l’air de rien mais non, personne n’a jamais écrit de poème post-opératoire. Personne n’a jamais versifié sur le pansement qui cache une cicatrice en cours de formation. Personne n’a jamais chanté le fait de ne savoir dans quelle position se mettre pour avoir moins mal à défaut de ne plus avoir mal du tout car quand on croit que la douleur... [Lire la suite]
23 janvier 2015

la soirée d'un faune

Déjà, je n’ai jamais vraiment ça, « l’après-midi d’un faune », de Nijinski, c’est une pièce de ballet qu’on a peut-être trop vu et revu sans qu’elle soit jamais vraiment modernisée. Déjà, le poème de l’autre Stéphane, là, le Mallarmé, j’ai toujours eu du mal avec alors que j’aime globalement bien cet auteur même s’il est très souvent hermétique mais non, en fait, c’est le sujet même qui me dérange, qui ne me parle pas et qui m’ennuie. Et hier soir, même si on a craint justement de le re-re-revoir, cet Après-midi d’un Faune,... [Lire la suite]
19 janvier 2015

quelques souvenirs

On a tendance à dénigrer (je parle des critiques et de la bienséance intellectuelle parisienne) une certaine catégorie de films (français, en particulier) qui sont jugés mineurs car sans doute moins ambitieux que ceux qu’on qualifie de chefs-d’œuvre mais peu importe, je n’ai pas envie de n’aller voir que des chefs-d’œuvre au cinéma. J’ai aussi envie d’aller m’y détendre, d’aller y passer un bon moment, de m’y sentir bien. Parfois, je me trompe et je n’aime pas le film, il m’arrive aussi de partir avant la fin quand ça me semble... [Lire la suite]

24 septembre 2014

hier, c'était l'équinoxe

Hier, c’était le premier jour de l’automne et je m’en suis allé lent. Comme dans l’évangile de ma propre équinoxe. Je m’en souviens d’autant plus que ce poème-ci reste un de mes préférés et la meilleure preuve, c’est qu’il y a pile un an, je le publiais pour la énième fois. Pour la première fois dans ce blog mais il le fut également dans les deux précédents, d’il y a quelques années, alors que j’en publiais régulièrement. Quand je manquais un peu d’inspiration, à vrai dire. S’il y a un poème que je ne peux pas publier à un autre... [Lire la suite]
20 septembre 2014

journée de mon patrimoine

Puisque c’en est la journée, je vais vous faire portes ouvertes dans mon patrimoine. Même dans mon appartement alors que si ça se trouve, vu le peu de lecteurs que j’ai la majorité d’entre eux est déjà venue et le connaît cet environ 100 mètres carrés en plein Bordeaux, à l’angle du cours d’Alsace et Lorraine et de la rue Ste Catherine. Ici, vous pouvez constater que l’appartement est traversant et donc, ça permet une grande luminosité et surtout, de pouvoir faire des courants d’air, exprès ou pas et de faire claquer les portes quand... [Lire la suite]
08 août 2014

autant suspendre son vol

"Ô temps ! Suspends ton vol..." et ainsi de suite. Au temps pour moi, j'ai justement oublié la suite... Les fidèles d'entre vous savent que je suis porté sur la poésie. Même si c'est un peu moins qu'il y a quelques années de cela. Moi-même, je n'écris plus de poèmes depuis 1997 (je sais, je l’ai déjà dit, écrit et redit), année de mes adieux aux vers et à la rime. Parce que, un vers, ça va, trois vers, bonjour les dégâts, et justement, ça ne rime à rien. Un ou deux de mes textes ont été publiés sur ce blog, à diverses... [Lire la suite]
31 juillet 2014

cinq strophes qui ne riment à rien

Quand on perd l’habitude d’écrire des vers, peut-on s’y remettre comme ça, de but en blanc, à brûle pourpoint et illico subito presto ? Je ne sais pas et je ne m’y risquerai pas aujourd’hui, surtout pas après une matinée de travail bien chargée et une heure environ avant d’aller voir mon coach pour une reprise en mains que j’attends tout en la redoutant. Au bout de trois semaines sans cours particulier… vais-je savoir m’y remettre mieux qu’à la poésie ? Ou bien ne serai-je qu’une simple larve ?... Parfois, pour ne pas... [Lire la suite]