15 mai 2021

moi aussi, je sais faire de la poésie, regarde

Hé, Stéphane, j’ai lu que tu recommençais à parler de poésie et moi, même si ça ne m’a jamais intéressé, tu comprends bien que moi, ce sont surtout les activités physiques, que j’aime, ce qui est normal en tant que prof de sports rectangulaire (le prof, rectangulaire, pas les sports, hein ?) et je me suis dit que j’allais essayer de te faire plaisir sans être un fayot car je sais que tu es exigeant. Alors voilà, j’ai essayé d’en lire mais comme ça ne me disait pas grand-chose, je me suis mis à en écrire. Bon, je sais que tu ne... [Lire la suite]

27 avril 2021

serai-je capable, un jour, de te faire aimer la poésie ?

C’est une vraie question que je me pose, parfois : serai-je capable, un jour, de te faire aimer la poésie. Je ne sais pas pourquoi, mais j’aimerais beaucoup y parvenir. Non pas que je me lance un défi qui serait aussi bizarre qu’improbable (Improbable ! J’ai dit improbable ? Comme c’est improbable !...) mais tout simplement parce que bien souvent, dans ma vie, que ce soit en lisant des vers ou en composant moi-même mes propres strophes, le cinquième des Arts (avec la dramaturgie) m’a beaucoup accompagné dans ma vie... [Lire la suite]
20 février 2021

certains grands auteurs boivent du whisky en écrivant

Certains grands auteurs boivent du whisky en écrivant leur roman, leurs nouvelles ou leur poésie. Et ils peuvent aussi fumer soit des cigarettes, soit des cigares, soit des joints. Je n’en suis pas. Je ne bois pas d’alcool quand j’écris. Je ne fume rien. Et je ne suis pas un grand auteur. Mais j’aimerais bien qu’on me laisse croire que pourquoi pas, pourquoi n’aurais-je pas pu en être un vu que c’était mon objectif, quand j’ai eu 18/20 ans : devenir le plus grand écrivain du monde et passer dans l’émission de Bernard Pivot,... [Lire la suite]
08 décembre 2020

Noël m’a jeté un sort

Je vous jure que je me suis réveillé et levé comme ça, ce matin. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais je me suis retrouvé comme ça. À mon corps et à mon esprit défendants. Parce que vous me connaissez, vous savez que je n’aime pas Noël, que je ne fête jamais Noël et que je voterais pour la suppression de Noël si on nous posait la question lors d’un référendum citoyen. Alors, à force de dire à qui veut l’entendre, d’écrire à qui veut le lire et de le crier par-dessus les toits, si bleu, si calme… Oups, un peu de poésie vient de... [Lire la suite]
02 novembre 2020

concéder mon calamar

Décidément, on a les lecteurs et trices qu’on mérite. Je suis quelqu’un qui se veut exigeant sur la langue française, sur l’orthographe, sur la rhétorique et j’en passe, et pas des moindres et j’ai la chance d’avoir un public tout aussi pointilleux voire intransigeant. Je ne compte plus les erreurs de frappe que je n’ai pas vues alors que j’étais en train de clavarder mon texte pour le publier. Je ne compte plus les lettres oubliées et les lettres en trop. À croire que mon lectorat et mon lectorate surveille avant tout les éventuelles... [Lire la suite]
22 septembre 2020

je voulais juste essayer d’être heureux

Tout a commencé quand j’ai décidé de naître. Et là, non seulement j’ai cru que j’allais être heureux mais en réalité, j’ai vraiment été heureux. J’ai été un enfant particulièrement heureux. On s’est occupé de moi, on m’a choyé, nourri, langé et on m’a aimé. Et j’ai aimé. Mais, les années passant, j’ai commencé à grandir un peu plus sérieusement et là, je me suis rendu compte qu’être un enfant, ça ne serait pas suffisant. Et que j’allais avoir besoin de beaucoup plus pour prétendre au bonheur. Alors, je suis devenu adolescent et je me... [Lire la suite]

01 juillet 2020

trop intellectuel ?

C’est sûr que par rapport à toi, Jean-Michel, je suis moins costaud, moins baraqué et moins gros, on peut le dire, il n’y a pas de honte à être moins gros que toi mais je pense que je suis plus intellectuel. C’est peut-être ça qui nous a toujours différencié. Enfin, je dis ça comme si tu existais mais si tu avais existé, nous aurions été tellement divergents ou discordants (j’ai failli écrire « disproportionnés » !...) que ça n’aurait rien changé à l’affaire. Oui, je sais que mon billet d’hier t’a profondément ennuyé.... [Lire la suite]
07 mai 2020

je préfère qu’on reste amis (billet non contaminé au Covid 19)

Quand le professeur de français (n’était-ce pas plutôt une femme ?) nous avait demandé de le lire, par esprit de contradiction, j’avais tout fait pour ne pas l’ouvrir, ce bouquin. Je venais de découvrir le théâtre et la poésie du vingtième siècle alors vous pensez bien que tous ces auteurs classiques et en particulier ceux des 18ème et 19ème siècles, j’en faisais un rejet systématique. Je ne me souviens plus de quelles pirouettes j’ai été capable pour ne pas me faire mettre de mauvaises notes, sans doute de la chance. Mais... [Lire la suite]
18 novembre 2019

je confirme : j’ai envie de poésie, en ce moment

Comme je l’ai déjà dit dans un précédent billet (voir le 12 novembre dernier – « c’est peut-être l’automne qui me rend comme je suis en ce moment »), en ce moment, j’ai envie de poésie. J’ai envie de lyrisme. J’ai envie que les violons giclent comme jamais. J’ai envie de chamades. J’ai envie d’étoiles dans tes yeux et de papillons dans mon ventre, comme disent les filles parce que les filles, c’est plus romantiques que les garçons, sauf certains que je connais – à moins que je ne me trompe mais je ne pense pas. J’ai envie de... [Lire la suite]
20 octobre 2019

sensation

Dans les toilettes du centre commercial de Bordeaux Lac, samedi matin : je suis parti faire quelques courses et une envie de faire pipi se fait de plus en plus pressante. J’ai la sensation que ma vessie ne tiendra pas le temps qui me reste à arpenter les rayons de l’hypermarché et à passer en caisse. Alors, je laisse mon caddie dans une allée et je vais là où je me dois (où je me doigt ?) d’aller : me vider. Discrètement. Mais les urinoirs sont hors d’usage. Il me faut donc me rabattre dans une cabine. Et là, une fois... [Lire la suite]