07 mai 2020

je préfère qu’on reste amis (billet non contaminé au Covid 19)

Quand le professeur de français (n’était-ce pas plutôt une femme ?) nous avait demandé de le lire, par esprit de contradiction, j’avais tout fait pour ne pas l’ouvrir, ce bouquin. Je venais de découvrir le théâtre et la poésie du vingtième siècle alors vous pensez bien que tous ces auteurs classiques et en particulier ceux des 18ème et 19ème siècles, j’en faisais un rejet systématique. Je ne me souviens plus de quelles pirouettes j’ai été capable pour ne pas me faire mettre de mauvaises notes, sans doute de la chance. Mais... [Lire la suite]

18 novembre 2019

je confirme : j’ai envie de poésie, en ce moment

Comme je l’ai déjà dit dans un précédent billet (voir le 12 novembre dernier – « c’est peut-être l’automne qui me rend comme je suis en ce moment »), en ce moment, j’ai envie de poésie. J’ai envie de lyrisme. J’ai envie que les violons giclent comme jamais. J’ai envie de chamades. J’ai envie d’étoiles dans tes yeux et de papillons dans mon ventre, comme disent les filles parce que les filles, c’est plus romantiques que les garçons, sauf certains que je connais – à moins que je ne me trompe mais je ne pense pas. J’ai envie de... [Lire la suite]
20 octobre 2019

sensation

Dans les toilettes du centre commercial de Bordeaux Lac, samedi matin : je suis parti faire quelques courses et une envie de faire pipi se fait de plus en plus pressante. J’ai la sensation que ma vessie ne tiendra pas le temps qui me reste à arpenter les rayons de l’hypermarché et à passer en caisse. Alors, je laisse mon caddie dans une allée et je vais là où je me dois (où je me doigt ?) d’aller : me vider. Discrètement. Mais les urinoirs sont hors d’usage. Il me faut donc me rabattre dans une cabine. Et là, une fois... [Lire la suite]
28 septembre 2019

« la poésie est un courant d’air pour l’esprit »

J’avoue que quand j’ai entendu cette phrase à la radio, ce matin, dans une émission en hommage à Jacques Chirac, je me la suis répétée plusieurs dizaines de fois pour ne pas prendre le risque de l’oublier. Comme je partais faire des courses et que j’en avais pour au moins une heure et demi à deux heures avant de rentrer chez moi… Que dire sur la disparition de ce grand homme d’état, peut-être le dernier président de cette catégorie-là. Peu m’importe qu’il ait pu être un magouilleur, je pense que c’était un homme qui aimait les gens... [Lire la suite]
01 juillet 2019

solitude

Je marche sans arrêt Dans cette énorme ville Où gronde le murmure Immense de la mer, Où l’on perçoit à peine Le signe d’une étoile, Le galop d’un cheval Dans la rue, le matin, L’agile des oiseaux Sur les arbres de neige, Le cri vert des bateaux Dans les vagues de marbre. Je marche sans arrêt Perclus de solitude, Dans ces déserts mortels Tout luisants de regards. J’entends autour de moi Des plaintes étouffées, Des soupirs de bonheur Fragiles roses mortes. Heureusement ma lampe, Phare de mes automnes Brille là-bas au loin Dans le fond... [Lire la suite]
29 juin 2019

il y a longtemps, la poésie et moi…

Il y a longtemps que je n’ai pas publié de poème dans ce blog. J’aimais bien ça, parfois, même si ça pouvait faire penser que j’étais en manque d’inspiration. De temps en temps, ça a pu m’arriver, par faiblesse, par fainéantise ou par fumisterie. Oui, ce sont mes 3 F principaux. Mais quand ça me prenait, quand l’envie me prenait (souvent par derrière puisque je ne la voyais jamais venir) et me surprenait, je cherchais quel texte je pourrais avoir l’honneur de présenter à mes rares lecteurs et trices (ou à mes rares lectrices et teurs,... [Lire la suite]

12 septembre 2018

dans l'eau de la claire fontaine

Dans l’eau de la claire fontaine, elle se baignait toute nue… Non, d’abord, ce n’est pas dans une claire fontaine que ma mère se baigne depuis qu’on est à Biscarrosse mais dans la piscine de la maison du patron. Et en plus, elle met toujours un maillot une pièce, maman, pour aller à l’eau. Je ne l’imagine pas du tout se baigner toute nue. C’est évidemment très beau, la poésie mais il faut savoir garder la tête sur les épaules et ne pas dire n’importe quoi dès qu’on parle de ma mère. Une saute de vent soudaine, jeta ses habits dans... [Lire la suite]
04 juin 2018

ce n’est pas qu’une question de Stéphane

Absolument pas. Ce n’est pas du tout une question de Stéphane, une question de prénom. Ce n’est pas parce que je m’appelle Stéphane, que j’aime tous les autres Stéphane, surtout, les célèbres. Bon, je reconnais qu’il y en a certains pour qui j’ai un vrai sentiment d’attachement, de respect et d’admiration mais ils ne sont pas légion. J’aime beaucoup l’écriture de Stéphane De Groodt, j’aime la personnalité ambigüe de Stéphane Bern, j’aime bien et j’aimais beaucoup Stéphane Audran, qui avait une putain de classe. En revanche, je suis... [Lire la suite]
23 octobre 2017

à n'importe quel prix

J’ai un peu réfléchi à ce que j’ai dit à propos de quoi j’allais réfléchir, avant-hier, au sujet des prix littéraires drôles et marginaux, histoire de ne pas tomber dans le piège de la consommation des Goncourt et autres marronniers. Et j’en suis venu à la conclusion suivante : c’est très difficile d’imaginer des prix encore plus originaux et encore plus amusants que ceux qui existent déjà et pourtant, et pourtant… Et pourtant, j’ai eu quelques idées que je voudrais brièvement exposer ici avant qu’elles ne partent en fuyant vers... [Lire la suite]
04 septembre 2017

l'heure de la sorti-ie

Pour beaucoup d’enfants et d’adolescents, aujourd’hui, c’est le jour R. Le jour de la rentrée. Il fait gris, il pleut, il automne et ça tombe pile poil pour coller avec le sentiment que les vacances sont bel et bien finies. Pour ma part, c’est ma dernière semaine avant quinze jours de congés mérités comme jamais. Il n’empêche que moi, le jour de la rentrée des classes, j’aimais bien ça quand j’étais scolarisé. Que ce fut en primaire, au collège ou au lycée. Pourquoi j’aimais ça le premier jour d’école ? Parce que j’adorais... [Lire la suite]