20 août 2019

encore envie de couper tout ce qui dépasse

En me lançant son défi d’écrire un texte sans aucune lettre qui dépasse, Philippe (l’autre) a créé en moi non seulement un désir de le faire mais surtout, une espèce d’obsession. Même après avoir écrit un premier texte dont je n’étais pas très content, j’ai réécrit l’Ode à Cassandre, de Ronsard, un de mes poèmes préférés et j’avoue que pour ce dernier, j’étais assez content de moi car même si on ne peut pas forcément reconnaître de dont il s’agit à la lecture, si on l’écoute récité par quelqu’un, à voix haute, je pense qu’on y... [Lire la suite]

13 décembre 2018

écrire pour ne rien dire

Essayer d’écrire quelque chose entre 1h10 et 11h ou alors, entre 11h40 et 13h. Je sens que ça va être chaud, pour le billet du jour car déjà, dans le premier créneau qui commence dans quelques petites minutes (pourquoi ne commence-t-il pas dans quelques grosses minutes ?), je sais que je vais avoir du mal à trouver une idée de départ. Et je sais aussi que même si j’avais quelques grosses minutes devant moi, j’aurais beau me retourner, hormis voir le parking de l’entreprise et la pluie qui tombe en faisant des claquettes dans... [Lire la suite]
21 août 2018

au pied-levé et au débotté

Merci, Chouchou, d’avoir pris le relais, pendant mes trois jours d’absence. Et pardon de ne pas t’avoir emmené, cette fois-ci mais je t’expliquerai. Ce n’était pas aussi simple que ça et dans certains cas, mieux vaut se la jouer prudente qu’y aller franco. De port et d’emballage. Alors, je t’avoue que j’ai été d’abord agréablement surpris par le premier épisode mais ensuite, et ne le prends pas mal, j’ai trouvé que tu tournais un peu en rond. Que tu piétinais. Et ça vient surtout de la forme. Peut-être que si tu avais écrit en vers,... [Lire la suite]
07 juillet 2018

ces temps-ci, ces temps derniers

Tu vois, quand tu veux, Chouchou ? Ce matin, cette nuit, c’était presque parfait. Ça ne sera jamais parfait, ça ne peut pas et ne pourra jamais l’être, malgré toute la bonne volonté dont tu pourrais faire preuve mais c’était déjà nettement mieux que ces jours derniers… Ces jours derniers, ces temps derniers… C’est amusant, ça me rappelle quelque chose… Une chanson ? Je n’ai pas vu le temps passer, ces temps-ci, ces temps derniers… Un truc comme ça… Avec une belle répétition du mot « temps »… Ah oui, ça me revient…... [Lire la suite]
03 juin 2018

clin d’œil à Stéphane Mallarmé

À travers la transparence des mots, le vocabulaire D’apparition en apparition soupire en brise marine Je reçois le don du poème, les mots surnuméraires Des vers en placet futile sonnent sonnent la mâtine   Dans une tristesse d’été mon pauvre esprit fait aumône Qui me sait las de l’amer repos où ma paresse offense Quelconque est cette solitude d’une après-midi de faune Je me languis, pitre châtié, guignon ; la désespérance   Cette marchande d’herbes aromatiques aux senteurs De fleurs fanées que seul l’éventail... [Lire la suite]
25 décembre 2017

très cher petit papa Noël

Très cher petit papa Noël J’aimerais si tu le veux bien Que tu laisses au pied du sapin Un bon silence vraiment complet Le vide en mon petit soulier Je voudrais assez un grand rien Enveloppé dans un nuage Valérie Rouzeau (Vrouz) Et moi, très cher petit papa Noël, je te remercie de ne pas être passé chez moi. Je t’aime bien quand je te vois dans des films au cinéma ou quand tu fais partie d’un poème de Valérie Rouzeau mais à part ça, je ne peux pas plus croire en toi qu’en Dieu. Si tu existais, ça se saurait tellement. Tu... [Lire la suite]

14 mars 2017

des mots qui ne riment à rien (ou pas à grand-chose)

Finalement, j’ai pu accéder à mon espace personnel, dans mon blog, hier, vers 17h30. J’avoue que je n’y croyais plus trop car plus de deux heures sans pouvoir me connecter, j’ai vraiment cru que la censure était passée par là. À cause de Pénélope ou à cause de Marine. Mais non, plus de peur que de mal. Quoique… Quoique…  Plus de peur que de mal ? Pas autant que si j’avais remplacé mon billet quotidien par un poème car pour me venger, j’ai failli faire des vers. Des vers pour oublier. Mais j’ai eu des problèmes de rimes. ... [Lire la suite]
26 novembre 2016

mon dernier émoi de lecteur

Il n’est pas très vieux, mon dernier grand émoi de lecteur. Il remonte à une dizaine de jours, si je ne me trompe pas. En parcourant le numéro 3488 de Télérama, je me suis arrêté, comme chaque semaine, aux pages de critiques littéraires, entre autres. Et là, chaque mardi ou mercredi, je prends quelques minutes précieuses pour lire le poème dans l’encart bleu : Rimes riches. Bien souvent, je corne la page pour penser à la récupérer pour la conserver, quand nous serons passés à la semaine suivante, à une autre semaine. Et ainsi, je... [Lire la suite]
02 novembre 2016

vers la rechute

Il y a vingt ans Il y a déjà vingt ans Il y a vingt ans déjà Que je n’ai pas Que je n’ai pas écrit De poème   Il y a bientôt vingt ans J’ai décidé de rompre avec elle J’ai décidé de partir loin d’eux J’ai choisi l’abstinence J’ai choisi l’absence   Plus un vers Plus une rime Plus rien qui ne rime à rien Plus d’envolée lyrique Plus d’embellie fugace Plus rien qui ne rime en rien   Plus de mélancolie au long cours Plus de chagrins isolés Plus d’amours désespérées Plus d’unilatéral Plus rien depuis... [Lire la suite]
02 septembre 2015

inspirer

Pas trop l’inspiration, aujourd’hui. J’ai regardé si je n’avais jamais rien écrit sur début septembre mais je n’ai pas trouvé chaussure à mon pied dans les boîtes cartonnées du même nom : je suis très conservateur, quand j’en achète car je trouve que ça sert bien, pour ranger des tas de petites choses qu’on oublier jusqu’au jour où on tombe dessus, on soulève le couvercle en se demandant ce qu’il peut y avoir dedans et c’est un peu comme une malle qu’on ouvre dans un grenier, certains objets vous reviennent alors en mémoire alors... [Lire la suite]