10 août 2019

un samedi matin ordinaire

Ça aurait pu être un samedi matin ordinaire mais je ne suis pas sûr que ça le soit ou que ça le reste. D’abord, je me suis levé un peu trop tôt pour quelqu’un qui ne travaille pas, qui ne travaille plus et pourtant, Dieu (s’il existe) sait que je fais partie de ceux à qui appartiennent le monde, en règle générale et matinale. Mais là, quelque chose m’a poussé hors de mon lit, comme une envie pressante de savoir quelque chose que j’ignorais encore. Comme un pressentiment. Mais aussi, comme si j’entendais la pluie tomber parce qu’elle... [Lire la suite]

26 juillet 2019

il paraît que demain, vendredi, il va pleuvoir

On nous annonce de la pluie pour demain. À l’heure où j’écris ce billet, nous sommes jeudi et à l’heure où il sera publié, nous serons vendredi. Et il devrait donc pleuvoir. Si seulement ça pouvait être vrai. Même ne serait-ce qu’un tout petit peu vrai. Je ne demande pas une totale vérité mais une partielle. Même avec un faible pourcentage. Comme les matières grasses des produits allégés. Parce que moi, je peux le dire haut et fort, j’en ai un peu assez de ne plus pouvoir respirer autrement qu’en transpirant. Je suis tellement en... [Lire la suite]
21 juillet 2019

Nora va aux camions (le lancement)

Ça, c’est ce qu’on appelle un lancement. C’est la première phrase du texte écrit uniquement avec des lettres qui ne dépassent pas les frontières des lignes d’un cahier à carreaux. Avec des lettres qui ne dépassent pas les bornes. La syntaxe n’est pas extraordinaire car on ne doit surtout pas dire qu’on va aux camions mais qu’on va chez les camions. C’est comme pour quand on va au docteur. Ça dépend si on y va pour une consultation médicale (on va alors chez le docteur) ou pour un plan cul (on va au docteur) mais moi, mardi après-midi,... [Lire la suite]
18 mai 2019

sans y toucher, comme elle a dit

Alors voilà, si on doit se revoir, il faut savoir que je n’aime pas qu’on me balance un seau d’eau sur la figure pour me réveiller alors que je suis en train de dormir à points, c’est tout. Et à poings fermés, oui, aussi. Je n’aime pas prendre le petit déjeuner au lit. Même tout seul. Et que le matin, je n’ai pas forcément besoin de boire un café pour être opérationnel mais je n’aime pas qu’on me parle de choses trop sérieuses dès le réveil. Des choses trop sérieuses comme l’évolution du prix de l’immobilier, la faim dans le monde... [Lire la suite]
06 avril 2019

soutien-cou ou soutien-gorge ?

Maman, sort tes nouvelles palmes, même si elles ne sont pas académiques, car il a tant plu, la terrasse est tellement mouillée que tu vas pouvoir aller faire quelques mouvements sur les dalles, un peu comme une tortue qui se serait retournée et qui n’arriverait pas à se remettre d’aplomb ! C’est fou, ça, quand on pense au temps extrêmement beau qu’on a eu jusqu’à il y a une semaine, où je pouvais faire des siestes de deux heures sur la terrasse et en sortir avec l’impression d’être bronzé même de l’intérieur, là, on est presque... [Lire la suite]
07 mars 2019

et, avec lui, une lueur d’espoir

Le soleil est revenu après une nuit non seulement bien noire mais des bourrasques de pluie et des vents diluviens. Heureusement, au plus fort de ce qu’on pourrait appeler une tempête, j’étais au boulot, vers 4h et j’entendais le roulement des grosses averses sur le toit du bâtiment et je me suis dit : « Tiens, il pleut et pas qu’un peu ! » et ce n’était pas utile que j’aille mettre le nez dehors pour m’en assurer, je savais très bien ce que je disais, ce que j’affirmais. Oui, je peux être très affirmatif même en... [Lire la suite]

28 janvier 2019

complètement piqué

S’il y a une chose que je n’aime pas mais vraiment pas du tout, ce sont les piqûres. D’ailleurs, je me demande ce que j’aime le moins entre le mouvement des gilets jaunes et des casseurs réunis et les piqûres. Peut-être que pour cette dernière, on peut parler de phobie car c’est totalement irrationnel, je le reconnais alors que pour les premiers, c’est complètement sous contrôle, ma détestation. Entre les deux, mon cœur ne balance pas. Et jusqu’à présent, j’ai eu la chance de ne pas avoir d’insomnies à cause des premiers alors que... [Lire la suite]
19 janvier 2019

Gilles et John (2)

Gilles ? C’est John ! Salut John, tu vas bien, Gilles ? Oui, ça va. Fait un peu chier, il pleut mais ça ne va pas m’empêcher d’aller à la manif, ce soir et toi ? Moi ? Bien sûr que j’y vais, je ne vais pas rater une occasion de faire la fête, tu penses bien ? Tu as prévu tout ce qu’il faut pour te protéger et pas te protéger que de la pluie ? T’inquiète, à force, on sait ce qu’on doit prendre, on est des mecs prévoyants, on va devenir des pros de la castagne. J’aime bien ça, moi, tous les... [Lire la suite]
13 décembre 2018

écrire pour ne rien dire

Essayer d’écrire quelque chose entre 1h10 et 11h ou alors, entre 11h40 et 13h. Je sens que ça va être chaud, pour le billet du jour car déjà, dans le premier créneau qui commence dans quelques petites minutes (pourquoi ne commence-t-il pas dans quelques grosses minutes ?), je sais que je vais avoir du mal à trouver une idée de départ. Et je sais aussi que même si j’avais quelques grosses minutes devant moi, j’aurais beau me retourner, hormis voir le parking de l’entreprise et la pluie qui tombe en faisant des claquettes dans... [Lire la suite]
02 décembre 2018

une pause dans la pause : une re-pause ?

Je viens de somnoler un peu pour ne pas dire que je viens de dormir un bout. Après le déjeuner de ce dimanche, après une soirée où je me suis couché tard, pour une fois, j’avais envie de me relaxer et au lieu de ça, je me suis fait avoir par un endormissement inattendu ou presque. Comme si j’avais été assoupi par un hypnotiseur et sa baguette magique. Un enchanteur qui m’aurait rendu un peu de ce calme que j’ai dû perdre il y a bien longtemps. Ce calme perdu et cette sérénité tout aussi  abandonnée en cours de toute. Et parfois,... [Lire la suite]