06 mars 2019

floc, floc, je m’ennuie, floc… floc, oui, je m’ennuie

Floc, floc… Floc… Floc… Floc, je m’ennuie, floc… Floc… Alors, je compte les gouttes qui tombent du robinet dans l’évier de la cuisine. C’est un évier en inox et donc, chaque goutte qui tombe de haut dedans fait plus de bruit que si ça avait été un évier avec la moquette. Ce qui n’arrive pas souvent. Des éviers avec de la moquette. Parce que, même si c’est plus pratique quand on fait tomber un verre ou une assiette dedans, ça ne casse pas, ça ne peut pas casser en chutant sur de la moquette, même en synthétique mais ce n’est surtout... [Lire la suite]

01 novembre 2018

de χρυσ-ανθεμον en χρυσ-ανθεμον

De χρυσ-ανθεμον en χρυσ-ανθεμον, nos amitiés sont en partance ; de χρυσ-ανθεμον en χρυσ-ανθεμον, la mort potence nos dulcinées… C’est étrange comme tout le monde confond le 1er et le 2 novembre. Enfin non, personne ne se mélange les pinceaux au niveau des dates en elles-mêmes mais tout le monde se trompe quant à leur symbole. Le 1er, jour férié pour les autres (pas pour moi, j’ai travaillé cette nuit et ce matin), ce n’est pas la fête des morts mais la Toussaint, si je ne m’abuse. Bon, c’est vrai qu’en tant qu’apostat, la fête... [Lire la suite]
25 juin 2016

un peu en vrac

Déjà la fin de la semaine. Seulement la fin de la semaine ? Encore une fin de semaine. Normalement, si nous avions pu signer l’acte authentique chez le notaire, normalement, j’aurais été en vacances pour quinze jours et là, je serai tranquillement à faire des cartons. Quoique… tranquillement ? À faire des cartons ? Je me mets le doigt dans l’œil sans toucher l’autre. Ou un truc comme ça. Des fois, je confonds les expressions. Je me mélange les pinceaux pour retirer l’échelle. Bref, j’aurais pu être en vacances et comme... [Lire la suite]
30 janvier 2015

en voie de disparition

Ce matin, je suis parti de chez moi, de très bonne heure, il faisait encore nuit froide et humide et j’étais quasiment le seul à marcher dans les rues, sauf quand j’ai croisé un groupe de jeunes avinés en manque de faire du bruit, sans doute car ils n’ont pas tardé à shooter dans les poubelles vides pour les renverser. Et pendant ce trajet de moins de dix minutes jusqu’au garage de la rue Ducru, j’ai eu l’occasion de croiser quelques cadavres. Et j’ai alors réalisé, subitement, qu’une espèce était en voie de disparition et je ne le... [Lire la suite]