02 avril 2021

mes nouveaux testaments

Ceci est mon testament, fait en toute confiance et en pleine profession de mes moyens physiques chimiques. Je l’envoie à mon notaire pour qu’il soit ouvert dès la certification de mon défait et pour que soient respectées mes dernières remontées. Je n’ai pas énormément de chiens mais je veux qu’ils soient répartis à sacoche pour cent auprès de mes deux praires s’ils sont encore enflés. À défaut, je veux que mes chiens aillent à mes deux enfeu et pièce mais que ce ne soit disponible que pour leur grand. Ma renoncule ira à celui ou celle... [Lire la suite]

26 mars 2021

chambre 206 (3)

Où es-tu quand je te prends dans mes bras ? Où es-tu quand nous sommes là et quand nous ne sommes pas là ? Tu es dans la chambre 206, ça, je ne risque pas de l’oublier. Cette chambre si impersonnelle. Je suis venu te voir, nous étions bien le 33, comme je l’avais prédit, la fois précédente et je sais que tu seras d’accord avec moi : si on te demande quel jour on est, tu ne sauras pas répondre mais si je dis « on est le 33 », tu diras que c’est ça, comme moi. Comme il le dit, lui. « Mais vous savez qui... [Lire la suite]
27 décembre 2020

négatif et accusateur

Stéphane, tu n’as pas éteint le dressing, encore une fois ! Quoi ? Tu me parles à l’autre bout de l’appartement, avec la télé qui marche, je suis désolé, mais je n’ai pas compris ce que tu m’as dit. Qu’est-ce que tu dis, tu sais bien que quand tu es trop loin, je n’entends rien, ça ne sert à rien si tu me parles quand je ne suis pas dans la même pièce que toi. Tu n’as qu’à venir à mon bureau si tu as un truc à me dire, moi, je suis en train d’écrire un billet pour mon blog, si je me lève, je vais me déconcentrer et après,... [Lire la suite]
23 mars 2020

mesures pour le confinement (billet non garanti sans coronavirus)

Alors voilà, moi, Stéphane 1er, dictateur à vie, j’ai décidé de prendre certaines mesures au sujet du confinement. En premier lieu, j’ai une pensée pour toutes ces personnes sans domicile fixe à qui on demande de rester chez elles et à qui on reproche de ne pas le faire et pour cause, elles n’ont pas de chez elles vu que chez elles, c’est dans la rue. J’ai d’ailleurs du mal à imaginer comment on peut se confiner dans la rue mais il est vrai que moi, de mon manoir, je n’ai qu’une vue très étriquée des pauvres et des nécessiteux. Alors,... [Lire la suite]
24 octobre 2018

ça aussi, c’est plus cher le dimanche

Je la croise souvent, dans la rue, en allant vers le tram ou en revenant du tram. C’est une femme sans âge mais plutôt dans la deuxième moitié de sa vie. C’est une pauvresse qui est probablement plus jeune que son allure ne laisse paraître. Elle fume, quand elle trouve quelqu’un de compatissant qui accède à sa demande : « Vous auriez une cigarette ? » Je suppose qu’elle ne demande ça qu’à ceux qu’elle voit avec la clope au bec ou au bout des doigts. Elle ne m’a jamais demandé si j’en avais, moi, une cigarette en... [Lire la suite]
23 juin 2015

tous les dix mètres

Hei, hi, hei, ho, je rentre du boulot. C’était ce matin, ma reprise. Et tout à l’heure, je suis rentré en passant par la rue Ste Catherine, histoire de prendre un journal gratuit au passage. Journal que je n’ai pas trouvé, en revanche, j’ai été pas mal sollicité. Est-ce parce que les gens ont senti que j’étais de nouveau un salarié en puissance ? En pleine possession de ses moyens ? Je ne sais pas mais une chose est sûre, la première personne à m’interpeller, c’était une femme qui m’a demandé une petite pièce pour manger.... [Lire la suite]
04 août 2013

s’i’vous plééé (2)

Je suppose qu’elle veut être la première, madame Vamp de l’Est avec sa jupe à motifs dépareillés de son chemiser lui-même dépareillé de son foulard et lui-même de ses collants (des collants en plein été ?) et eux-mêmes de son épilation jamais faite pas même sur le visage. Et je ne parle pas de ses chaussures. Le parfait déguisement de la pauvre vieille bougresse à qui on donnerait bien mais c’est systématique et tellement mis en scène que non, je ne lui donne pas. Jamais. Elle est arrivée avant 7h45 car c’est le moment où j’ai... [Lire la suite]