17 novembre 2019

la chatte sur moi brûlant

Ce fut comme un orage affectif, un déluge d’amour et j’en ai pris plein le cœur. Quand nous nous sommes (enfin) retrouvés ensemble, comme si c’était une première fois. Comme si c’était la première fois. Avec toi, c’est toujours la première fois, comme le chantait Serge Lama : « Ne t’en fais pas, non ne t’en fais, c’est toujours comme ça, la première fois ; d’abord on ne dit rien puis on se dit tout, on a peur des chiens et on a peur du loup… » Mais moi, je n’ai eu peur ni des chiens, ni des loups et encore moins... [Lire la suite]

03 novembre 2019

je suis là, bêtement, devant l’écran de mon ordinateur

Dimanche matin, il pleut. Je ne le vois pas mais je le sais. Il fait encore nuit mais comme il est très tôt, la ville est silencieuse et je peux entendre la pluie qui continue de tomber et le vent qui continue de souffler. On ne lui a pas dit que souffler n’est pas jouer et donc, il fait le malin, là. Il joue un peu au kéké avec ses gros bras et ses grosses joues joufflues car il sait que tout le monde a peur de lui mais en réalité, c’est du vent, tout ça, ce n’est que du vent et si on y regarde de plus près, ça ne tient pas la route.... [Lire la suite]
04 septembre 2019

2019, l'année des retrouvailles

Décidément, cette année 2019 restera une année particulière, celle des retrouvailles avec des amis, copines, ex-collègues pas vues depuis une bonne vingtaine d’années, en moyenne. Ça signifie que pour certaines, si ça ne faisait que quinze ans, pour d’autres, probablement vingt-cinq. Mais que m’a-t-il donc pris ? Quel est cet (impérieux) besoin de nostalgie ? Une crise avant de passer l’arme à soixante ? Une peur et un refus de continuer d’avancer en âge ? La valeur refuge des souvenirs (heureux), un peu comme un... [Lire la suite]
31 mars 2019

plus de peur que de mal, dira-t-on ?

Oui, hier, on peut en conclure qu’il y aura eu plus de peur que de mal, si j’en crois le peu que j’en ai entendu à la radio ou dans les informations télévisées. Il n’empêche que, il n’empêche que ma colère ne faiblit pas, à l’instar de la mobilisation de ces forcenés irrationnels à qui il doit manquer un bouton, celui de la réflexion. Il n’empêche, il n’empêche que ça continue à me rendre triste et à ne plus me sentir à ma place dans ce monde qui me dépasse. Oh, qu’on ne se méprenne pas sur mes pensées les plus intimes, je ne... [Lire la suite]
03 février 2019

deux verbes en creux

J’écoute je me tais Je me tais pour écouter, (pour mieux écouter), Je me tais parce que j’écoute Si je ne me tais pas je n’écoute plus   (Taisez-vous ! Taisez-vous et écoutez ! Écoutez-le se taire Il se tait il se taira ! vous l’écouterez !)   Si j’étais celui qui écoute seulement pour écouter si j’étais celui qui se tait simplement pour se taire vous ne cesseriez d’écouter vous auriez peur que je me taise   Mais je ne me tais pas non je ne me tais pas encore. Je ne pourrai jamais... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
17 février 2018

pas de petit nom ?

On les connaît tous, les Thénardier. Ces méchants parents des Misérables de Victor Hugo. Cette famille d’accueil qui n’aime que ses propres enfants et qui ne respectera jamais Cosette, que Fantine, sa mère, lui a confiée. Devant l’amour dont les parents témoignent à leurs deux filles, c’était très facile de croire que leur laisser un enfant en garde était la garantie que tout se passerait bien. Parce que dès qu’elle a eu le dos tourné, les Thénardier n’ont eu de cesse de jalouser, asservir et maltraiter la petite qui vivra dans la... [Lire la suite]

13 mars 2017

si ça se trouve, j’aurai écrit pour rien

Écrire dans le vide, écrire pour rien. C’est ça. Si ça se trouve, j’aurai écrit pour rien. Tout ça. Tout ce que j’avais envie de dire, aujourd’hui, je l’aurai dit pour des prunes. Comme si j’avais parlé à un violon et pissé contre un mur. Aucune oreille ne m’aura entendu. N’aura entendu mon cri. Pas un cri désespéré, non, juste un cri d’existence après une espèce de sieste qui s’est légèrement éternisée. Pas un cri qui fait peur, à la Munch, non, juste un cri dans le vide, un cri pour rien. Un écrit comme un chuchotement. À peine... [Lire la suite]
06 janvier 2017

s'en sort toujours

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis allongé, attaché, dans cette pièce sombre, à peine éclairée à un seul angle, d’un néon faiblissant mais j’aimerais bien savoir pourquoi je suis ici et pas dans mon vrai lit. Tant qu’à dormir, j’aime mieux l’idée de ma couette que cette espèce de table dure comme tout et ces sangles aux chevilles et aux poignets pour m’empêcher de bouger les jambes et les bras. Mais je suis donc prisonnier ? Je viens de réaliser ça… En plus, j’ai soif. Et je n’ai pas forcément très chaud. Pourtant,... [Lire la suite]
12 avril 2016

ce que je voudrai dire, demain

Quand on écrit tous les jours dans un blog, en tout cas, dans le mien (de cas), on écrit toujours sur ce qui s’est passé, rarement sur des choses qu’on aimerait qui se passent mais jamais, au grand jamais sur ce qui va se passer, je veux dire, ce dont on est sûr que ça va se passer. Je ne parle pas au conditionnel mais bel et bien au futur de l’indicatif. Alors, aujourd’hui, mardi, je vais parler de ce qui va se passer demain, mercredi. Ou pas. Oui, après tout, peut-être que je ne parlerai pas de ce qui va se passer demain si jamais... [Lire la suite]
07 mai 2014

hyperphobique

J’ai peur de tout. J’ai peur d’avoir mal. J’ai peur de ne pas être assez et j’ai peur d’être trop. J’ai peur de certains silences, ceux que je ne peux pas porter sur mes épaules. J’ai peur de me retrouver seul quand je n’en ai pas envie, quand je n’en aurai pas envie et j’ai peur d’être au milieu des autres quand ce n’est pas le bon moment. J’ai peur de ne pas être à la hauteur et ce n’est pas qu’une question de taille. J’ai peur de sortir dans la rue et j’ai peur de rester chez moi. J’ai peur d’ouvrir les fenêtres et de laisser... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 14:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,