15 mai 2016

perturbations en cuisine

Dimanche. Onze heures. De retour du marché, je ne vais pas tarder à préparer mes asperges pour demain. Les faire cuire un peu à l’eau afin de les préserver au mieux. Et je vais couper les poireaux pour les mettre au réfrigérateur, histoire de bien les conserver eux aussi. Les fraises, je vais les mettre dans une boîte hermétique et le reste, sur le balcon. Même s’il est prévu qu’il fasse vingt degrés dehors, ça sera toujours moins chaud que dans l’appartement et surtout, plus aéré. Les légumes et les fruits aiment bien être à l’air... [Lire la suite]

24 mars 2016

et Lova Moor ?

Bon, le docteur m’a dit que j’étais hypersensible de la sphère O.R.L. et que tous mes problèmes venaient de là. Et cette hypersensibilité, on en a découvert certaines causes ou certains facteurs mais notre liste n’est pas exhaustive. Et je ne vais pas forcément la dévoiler ici parce que, après tout, secret médical obligé, je n’ai pas à tout étaler sur la voie publique même si ce blog est plutôt du genre voie privée. Un peu comme une impasse, quoi. Je suis donc hypersensible de la gorge et quand on le sait, ça veut dire qu’il faut... [Lire la suite]
17 décembre 2015

des heures supplémentaires ?

D’après les données statistiques officielles, je viens d’apprendre qu’au cours de ma vie (qui n’est pas encore terminée à l’instant où j’écris ces lignes), j’aurai passé un certain nombre d’heures pas forcément très productives, pour certaines et d’autres, pas assez nombreuses à mon goût, quand elles sont en rapport avec des choses agréables. Je vous propose de faire le point sur les heures passées de façon plaisante et celles, qu’on subit et qu’on aurait préféré passer dans la première catégorie. Dans toute ma vie, je devrais avoir... [Lire la suite]
06 juillet 2015

les volets clos

Tu me regardes dormir pendant que je fais semblant. Pendant que je suis allongé sur ce transat, mi soleil mi ombre. Pendant que la chaleur ne fait pas semblant de nous accabler, surtout après l’heure du déjeuner. Tu me regardes dormir alors que je n’ai que les yeux clos mais pas l’esprit. Je sens ton regard sur moi sans pouvoir véritablement le définir. En définir l’intensité, la curiosité ni l’envie. Tu ne fais pas semblant de ne pas dormir, toi, je le sens. Même les yeux fermés. Je sens que tu es là, bien éveillé, presque à l’affût.... [Lire la suite]