02 août 2019

je vais tellement vite que je

Je viens de me rendre compte que je vais tellement vite que je me prends moi-même les pieds dans le tapis de ma vie. Je m’en suis aperçu avant-hier alors que j’étais sur les quais, en rentrant du centre-ville, histoire de m’aérer un peu et de marcher, marcher, marcher et soudain, après avoir pris une pause près de la nouvelle statue, inaugurée en mai dernier, celle de Modeste Testas, pendant un bon moment, je suis reparti pour rentrer chez moi et j’étais déjà fatigué avant même de mettre un pas devant l’autre. Donc, je pense que mon... [Lire la suite]

21 mai 2019

un grand pas pour l’Humanité

Samedi matin, j’ai fait l’ouverture de la piscine Tissot, à Bacalan. Je préfère y aller juste au début de l’horaire car c’est le seul moment où  on peut nager à peu près tranquillement sans être gêné par les autres et inversement. J’avais un seul objectif : faire cinq cent mètres et utiliser les dernières entrées qu’il me reste avant la fin du mois, c’est-à-dire trois. Maintenant, il ne m’en reste plus que deux. Et comme je serai sur la région parisienne, de lundi à mercredi prochains, il faut savoir que je viendrai... [Lire la suite]
02 décembre 2018

une pause dans la pause : une re-pause ?

Je viens de somnoler un peu pour ne pas dire que je viens de dormir un bout. Après le déjeuner de ce dimanche, après une soirée où je me suis couché tard, pour une fois, j’avais envie de me relaxer et au lieu de ça, je me suis fait avoir par un endormissement inattendu ou presque. Comme si j’avais été assoupi par un hypnotiseur et sa baguette magique. Un enchanteur qui m’aurait rendu un peu de ce calme que j’ai dû perdre il y a bien longtemps. Ce calme perdu et cette sérénité tout aussi  abandonnée en cours de toute. Et parfois,... [Lire la suite]
18 avril 2018

sors de mon corps, syndicaliste de mes-deux !

On a aussi le droit d’abuser un peu. Si tant est que ce serait abuser que de prendre une pause. Dans la mesure où en plus, on me décompte 30 minutes par jour, j’ai bien le droit d’en prendre cinq ou dix, incluses dedans, pour écrire le billet du jour à publier tout à l’heure dans mon blog, quand je serai rentré chez moi. Et quand j’aurai déjeuné. Et quand j’aurai rangé la cuisine. Et quand j’aurai l’esprit un peu plus libre. Disponible comme l’air. Et alors, comme ça, j’aurai rempli un creux dans mon emploi du temps, celui de mon... [Lire la suite]
07 janvier 2018

qui a débranché la prise ?

Bon, c’est un dimanche sans voiture, à Bordeaux. Ça ne changera pas ma vie parce que je n’ai pas prévu d’aller en ville, cet après-midi. J’ai choisi de me la couler douce (avec les pluies de ces derniers jours, j’aurais pu me la couler douche, aussi) et je pense que j’ai bien mérité cette journée de repos car j’ai vécu une semaine tellement calme qu’elle m’a encore plus crevé que si ça avait été le tourbillon habituel. Alors, je me fais porter pâle et je reste le plus possible en position allongée depuis que je suis revenu du marché... [Lire la suite]
03 novembre 2017

quand je dis non, c'est non

Quand je dis non, c’est non. Ce n’est pas peut-être, c’est non. Et non, je crois que ça ne peut pas être plus clair que ça. Alors, ça n’est pas la peine d’insister. D’une part, ça témoigne du fait que vous ne comprenez pas quand on vous dit non. Et d’autre part, c’est non. Je viens de vous le dire. Je ne fais même que ça, de le dire depuis environ un peu plus de soixante-dix mots. Je ne sais pas comment exprimer le fait que je n’en ai pas envie autrement qu’en continuant de dire non. Tout simplement non. Non, comme non. Non, comme que... [Lire la suite]

20 juillet 2017

la course contre les aiguilles de la montre du midi

Aujourd’hui, je fais une épreuve digne des courses contre la montre. Je parle au présent car la journée n’est pas finie même s’il est tard pour écrire dans mon blog (ils sont 17h30 très précisément, à cet instant clair, net et précis.) De 3 à 3,5, ce fut le lever, la préparation et la route pour le boulot. De 3,5 à 7, ce fut du travail sans lever la tête, alouette et là, j’ai pu prendre trois minutes pour me faire une boisson chaude, aller faire pipi (à moins que ça n’ait été l’inverse, je ne m’en souviens plus très bien) et j’ai... [Lire la suite]
19 juillet 2016

le plus discrètement du monde

Discrètement, en douce, depuis mon travail alors que je ne sais même plus si j’ai encore un bureau sous l’amoncellement de papiers qui se trouvent devant moi et à mes côtés. Discrètement, car je ne suis pas payé par mon patron pour écrire dans mon blog, même si ça serait quelque chose qui ne serait pas pour me déplaire. Mais j’en profite pour faire une pause, la première depuis que je suis arrivé, ce matin, à 2h50 et là, il est 10h20 au moment précis où j’écris cette phrase. Discrètement, chut, car en plus, je n’aimerais pas plus que... [Lire la suite]
10 juillet 2016

la phase finale

Aujourd’hui, c’est dimanche mais cette fois, pas de rose blanche, juste l’envie de se reposer, comme l’a fait le seigneur, au septième, alors qu’il n’avait eu de cesse de travailler, ce que j’ai fait, moi aussi, pendant toute la semaine. Non pas que je me prenne pour une divinité mais quand même, j’ai donné un sacré coup de collier, pendant plusieurs jours et là, soudain, mon corps me demande d’appuyer sur le bouton pause et d’aller voir ailleurs si j’y suis, si l’herbe est plus verte et le temps plus clément. Surtout que ce dimanche... [Lire la suite]
30 juin 2016

passage à l'heure d'été, d'été

Cette année, j’aurai fait deux passages à l’heure d’été. Soit un (double) passage à l’heure d’été, d’été. Depuis hier, depuis hier soir ou depuis ce matin, j’avoue ne plus très bien savoir quand ça a commencé, mais depuis hier, je suis donc passé en horaire spécial. En décalage horaire. Et je me dis que du coup, soit je suis en avance sur les autres, soit je risque d’être très vite à la traîne. Mais en avance sur les autres, c’est déjà ça d’assuré vu que je me lève avant tout le monde. Exclus tous ceux qui ne sont toujours pas encore... [Lire la suite]