15 mars 2020

un éléphant, ça Trump énormément

Le grand guignol américain, le grand mais triste guignol américain avait d’abord minimisé les choses sur le coronavirus. Minimisé mais également ironisé. Et c’est une nouvelle preuve du côté pitoyable, non, pathétique de cet homme qui se prend pour un grand et qui s’est persuadé lui-même qu’il est le patron du monde et même au-delà, sa mégalomanie n’ayant pas de limites à la différence de son cerveau et probablement de sa bite. Pardon ? Ça fait plusieurs fois que j’écris le mot « bite » depuis quelques temps ? Oui,... [Lire la suite]

07 février 2020

un peu de concentration, s’il vous plaît

Avant d’aller assister à l’un des pires spectacles de ma vie, avant-hier soir, avec le président, qui a remplacé le patron qui ne pouvait pas venir, finalement, nous avons mangé un morceau dans une pizzeria et pendant que nous dégustions, lui ses pâtes et moi ma pizza (une espèce de monde à l’envers mais que voulez-vous, rien ne reste vraiment jamais à la même place – il y a quelques années, pas tant que ça, c’est le président qui aurait dévoré une pizza et moi qui me serait délecté de quelques pâtes… Des pâtes, des pâtes, oui mais... [Lire la suite]
23 janvier 2020

obligé de m’expliquer, encore une fois

C’est pendant que j’étais en train de faire cuire des crêpes, chez le patron, que ma mère m’a appelé, hier. Je n’avais pas imaginé un seul instant qu’elle ait pu être surprise de la parution de mon billet d’hier, des confidences que je lui avais faites au vu et au su de tout le monde. Et encore une fois, j’avoue que je me suis pris à mon propre piège, en tentant simplement de faire de l’humour (sur moi, ça a parfaitement bien marché, c’est déjà ça !) mais je n’ai pas pensé un seul instant que ma mère aurait pu croire que j’avais... [Lire la suite]
14 janvier 2020

trois fois plus jeunes, trois fois plus lents

Avant-hier, nous avons commencé à procéder au déménagement de la vie artistique de Claude. Ah bon mais qui est Claude, allez-vous me demander et vous pourriez avoir raison, reste juste à savoir si vous êtes un lecteur (une lectrice) assidu(e) et régulier (régulière) car Claude, c’est Claude. Claude vit avec le patron depuis si longtemps que même moi, j’ai failli être né en même temps que leur histoire !... Sauf que pour eux, ça ne se passait pas le 14 décembre mais le 14 juillet. Enfin, ça, c’est un point de détail de leur... [Lire la suite]
27 novembre 2019

Kali, Shuka et Stéphane, trois nuances de gris

L’autre jour, j’ai eu envie d’une veste d’intérieur polaire mais ça ne me suffisait pas qu’elle soit avec des poils frisés dedans, j’avais surtout envie qu’elle soit avec des poils frisés à l’extérieur. Et j’ai fini par en trouver une à ma taille chez Uniqlo. Mais pas en magasin, uniquement par Internet. Contre mauvaise fortune, j’ai fait bon cœur et je l’ai commandée et je suis allé la chercher hier après-midi, tranquillement et j’ai réussi à attendre jusqu’à hier soir, vers 19h30 pour l’enfiler. Je me demande comment j’ai fait car... [Lire la suite]
13 novembre 2019

vous voulez que je vous tutoie, d’accord, mais il faut que je vous dise d’abord…

Depuis avant-hier, je forme un petit jeune pour la promenade des chiens du soir. Normalement, je n’y allais que le dimanche matin pour accompagner le patron car les autres matins, une jeune fille a l’habitude de venir et le soir, c’est le patron qui s’en occupe. Mais là, depuis une bonne dizaine de jours, le patron (trois fois dans le même paragraphe ! Quand je vous dis que j’ai le sens de la répétition !) est malade et du coup, c’est moi qui m’y colle. Bon, quand il ne pleut pas, ça va, même si je patauge pas mal dans la... [Lire la suite]

11 novembre 2019

il y aurait comme un pépin

Hier, j’ai récolté mes premières olives noires d’une taille normale. En effet, les années précédentes, je n’avais que des avortons d’olives vertes mais cette année, j’en ai qui sont dans la maille règlementaire et elles sont devenues noires, ça tombe bien, ce sont justement celles que je préfère pour mettre sur la pizza du dimanche soir, quand j’en mets, sinon, bien souvent, je n’en mets pas, justement. Parce que je ne peux pas me faire plaisir tout le temps, non plus. Il faut savoir dire non, de temps en temps, ne pas succomber à la... [Lire la suite]
07 novembre 2019

je m’en fous de Michel Platini, moi

Hier soir, j’étais enfin rentré chez moi après une longue journée bien chargée. J’ai atteint les 20 000 pas sur l’écran de ma montre connectée, était-ce d’ailleurs bien raisonnable ? Ce n’était pas à moi de le dire mais je l’ai dit quand même. Parce que, si je ne le dis pas, il n’est pas impossible que personne ne le fasse à ma place. Bref, entre le cours de gym avec mon coach, les différents allers et retours en ville pour aller voir le patron, promener les chiens, faire de vagues courses avec des choses plutôt lourdes à... [Lire la suite]
24 octobre 2019

cours de gym absolument individuel

Hier matin, j’avais rendez-vous avec Carlos, non pas le terroriste des années 70 et 80 ; non pas le chanteur décédé qui aimait faire tirelipimpon sur le chihuahua, tirelipimpon avec la tête avec les bras, tirelipimpon un coup en l’air, un coup en bas, touche mes castagnettes, moi je toucherai tes ananas ; non pas mon coiffeur qui est rue Costedoat, à Bordeaux ; non pas Carlos Ghosn, qui est l’ex patron de chez Renault, en prison au Japon, si je ne m’abuse ; non, j’avais simplement un cours de gym prévu avec mon... [Lire la suite]
21 octobre 2019

Jean-Jacques n’aime pas Offenbach

Jean-Jacques n’aime pas Offenbach et ça me sidère un peu. J’avoue que j’ai du mal à comprendre qu’on puisse ne pas aimer un tel compositeur. Parce qu’à travers sa musique, on trouve du rire et de l’émotion et c’est quand même bien de savoir jouer sur les deux tableaux. Et hier après-midi, à l’Auditorium de Bordeaux, il y avait un récital en hommage à Hortense Schneider, la diva d’Offenbach à l’époque où il a créé ses plus grands succès. Et j’y suis allé avec le patron et nous avons passé un moment délicieux, plein de fantaisie, de... [Lire la suite]