11 mai 2021

les faire-part

Pour faire suite à mon billet du 25 avril dernier, « plusieurs façons de mourir » (non, je ne suis pas obsédé par la mort, c’est étrange de penser ça de moi !...), je voudrais revenir sur un point qui est resté inabouti dans mon cheminement intellectuel (j’ai nettement moins de cheminements manuels, je dois bien le reconnaître) car j’aime que les choses (et les écrits) soient bien faits. Et (vous ne trouvez pas ça un peu agaçant, toutes ces parenthèses ? À vrai dire, j’ai trouvé un lot sur une brocante, des... [Lire la suite]

08 janvier 2021

supplique de Jean-Michel

Cher cousin Stéphane, tu sais, je crois que l’été dernier, je t’ai un peu mal jugé, je t’ai trouvé très dur avec moi et pourtant, tu sais que je suis costaud car en tant que prof de sports rectangulaire (tu as vu, j’ai fait attention à l’accord en nombre car ce ne sont pas les sports qui sont rectangulaires mais moi – d’ailleurs, à ce sujet, je voudrais te préciser un point, tu sais, je n’ai pas toujours été aussi fort, j’ai toujours été costaud mais pas toujours aussi fort, je pense que je me suis un peu empâté mais dès que je... [Lire la suite]
22 août 2019

je suis encore absent

Mais t’es pas là, mais t’es où, pas là, pas là… Oui, je ne suis pas là, une nouvelle fois. Je suis encore absent. Mais mon absence ne brille pas par sa présence. En réalité (et même si ça me fait un peu – beaucoup – mal de le constater, quand je ne suis pas là, personne ne s’en rend compte – donc, quand je suis là, ça doit être un peu pareil – je dois faire partie des meubles, on me voit peut-être mais on ne me regarde plus – on m’entend mais on ne m’écoute plus) ((ça, c’est de la parenthèse !)) Mais t’es pas là, mais t’es... [Lire la suite]
17 janvier 2019

Christian, il croyait que tu étais scandinave, Chouchou !

Tu te rends compte, Chouchou, Christian, tu sais, mon pote de Lille, il pensait que tu étais scandinave alors que j’avais bien dit que tu venais plutôt de l’est. Je n’ai d’ailleurs pas compris de quel pays, anciennement soviétique, tu étais originaire et en même temps, ça ne me regarde pas vu que tu n’es qu’une vue de mon esprit toujours en ébullition. Tu es mon aide-mémoire, mon pense-bête, mon porte-faix, mon escort-boy, mon secrétaire particulier, mon nouveau confident, mon image mais en mieux, j’en passe et probablement pas de... [Lire la suite]
26 juin 2018

et la tortue, cette idiote, qui respire par les fesses

On savait déjà que l’oursin n’avait qu’un seul orifice qui lui sert à la fois de bouche et d’anus (c’est pour ça que je n’en ai jamais embrassé un langoureusement car je me suis toujours méfié, si jamais il était en mode anus, je n’aurais pas aimé lui rouler un patin – remarquez, en même temps, comme dit Macron, je n’ai même jamais une simple bise à aucun oursin. Je n’en ai jamais eu dans mon assiette non plus. Je sais juste que ça pique. Et que les amateurs disent que c’est très bon. En dehors de ça, les oursins et moi, ça fait deux.... [Lire la suite]