24 septembre 2020

les pommes flottent

C’est curieux, non, cette phrase, si on la dit à haute voix : les pommes flottent. Et soyez assurés que pour une fois, ce n’est pas un exercice de style mais bel et bien une vérité scientifique largement prouvée, il suffit pour ça de se pencher dans les pages de certaines revues spécialisées comme « Ergonomie des Sciences Naturelles » daté d’octobre 2020 mais déjà sorti en kiosque. Et il me semble bien qu’on avait déjà parlé de ça dans un ancien numéro de « Scientinaturel » dont je peux retrouver un exemplaire... [Lire la suite]

28 avril 2020

plus tout à fait seul au monde (billet contaminé au Covid 19)

Jusqu’à la mi-mars, soit un peu moins d’un an après avoir arrêté de travailler, j’aimais beaucoup me lever tôt et avoir l’impression d’être seul au monde. Seul dans mon monde. Surtout lors des dernières semaines avant le confinement, peut-être parce que je pressentais que les choses ne seraient plus jamais comme avant, mais quand je sortais de mon lit, vers 6h, c’était systématiquement avant le jour ne se lève lui-même. Je prenais mes granules homéopathiques, je préparais mes compléments alimentaires et je regardais dehors, je... [Lire la suite]
19 juin 2019

impairs, passe et manque

Je te jure, cher confrère contrôleur de blog, que celui que j’ai rencontré hier, pour un entretien de bonne santé mentale, m’a sidéré. Je suis tombé sur un cas pathologique qui pourrait fortement intéresser la science. Un cas unique. Il compte tout. Il compte les paragraphes, il compte les lignes, il compte les lettres (voyelles et consonnes), il compte la ponctuation et il s’arrange toujours pour que chaque total soit un chiffre ou un nombre impair, sinon, il en ajoute jusqu’à ce qu’il soit satisfait. Cent une fois sur le métier, il... [Lire la suite]
09 mars 2019

toute première fois, tou-toute première fois

Ce soir, ce sera ma première fois. Je vous le jure. Même si ça peut paraître faux, je vous jure que c’est absolument, totalement, intégralement vrai. Je n’ai pas à m’en cacher, d’abord, il faut bien une première fois et ensuite, on peut la vivre quand on veut et quand on peut, cette première fois. On n’est pas obligé de faire comme tout le monde. Moi, j’aurai attendu d’être dans ma soixantième année pour que ça arrive et ça m’a pris comme ça, soudainement, avant-hier, alors que je me demandais ce que je pourrais faire samedi pour... [Lire la suite]