11 juin 2019

se concentrer pour ne pas se disperser

Quand je ne suis pas plus inspiré que ça pour écrire et surtout, quand je m’y prends un peu tard dans la journée (aujourd’hui, je commence d’écrire à 16h11, l’heure du goûter, pas celle de noircir des pages blanches !), j’ai un mal fou à me concentrer sur les minimum trois paragraphes que je me dois (que je me doigt ?) de faire par jour. Oui, parce que trois, je ne peux pas faire moins. Sinon, ça fait un peu branleur. Ou fumiste. Même si je préfère être un branleur qu’un fumiste. Et pourtant, on m’a réellement traité de... [Lire la suite]

09 avril 2018

j'ai l'impression que c'est un peu de ma faute

Je ne sais pas pourquoi mais mon petit doigt me dit que je suis probablement le seul responsable de ce qui m’arrive. J’ai comme la vague impression que c’est un peu de ma faute. Un peu. Beaucoup. Passionnément. Et je n’ai plus qu’à m’en mordre les autres. Les autres doigts. Car je vais garder le petit, ça peut toujours servir. C’est mon oreille de Moscou. Sans lui, je perds 50% de mes sources d’information. Et comme il est plein d’arthrose et que je ne peux plus m’en servir pour mettre dans ma narine et mon oreille gauches, au moins,... [Lire la suite]
10 novembre 2017

le petit doigt de l'autre main

C’est vraiment compliqué de se curer le nez ou l’oreille quand on a petit doigt (ce gros rapporteur) douloureusement raide et déformé d’arthrose. À chaque fois que je fais une tentative, j’ai mal alors, j’arrête juste après avoir essayé de commencer. Et je ronge mon frein, ce qui est toujours mieux que se ronger les ongles. Ou plutôt, les petites peaux, autour, ce qui est mon cas, hélas ! Et quand je ronge mon frein, je refoule et quand je refoule, j’accumule du stress négatif et après, on se demande pourquoi je suis à cran,... [Lire la suite]
08 octobre 2015

l'inconscience professionnelle

Je vous jure que tout ce qui va être dans les paragraphes qui suivent est vrai. Non seulement, je l’ai entendu de mes oreilles mais surtout, de la bouche même des intéressé(e)s. Comme quoi, aujourd’hui, il n’y a même plus besoin d’avoir honte de dire des choses pareilles. Plus de pudeur et un je-m’en-foutisme qu’on n’aurait pas soupçonné à un tel niveau ? Eh bien si, justement. D’abord, il y a Vir..nie, ma collègue, mon ex-collègue qui a travaillé dans la même équipe que la mienne pendant quelques années, une fille bavarde, pas... [Lire la suite]
05 octobre 2015

tout est bon dans le cochon

Langue de bœuf sauce piquante : Vous choisissez un bœuf dont vous êtes éprise et vous le séduisez jusqu’à ce qu’il s’apprête à vous embrasser sur la bouche, à ce moment-là, mais vraiment à ce moment précis, vous prenez quelques gouttes de Tabasco dans la bouche et vous vous laissez embrasser.   Cervelle de veau en beignets : Sans vous faire remarquer de la Ligue de la Protection des Génisses et des Veaux, vous enlevez un petit veau et vous lui tapez sur le crâne à toute force et ainsi, quand vous lui aurez bien... [Lire la suite]
29 septembre 2015

osmophobie

Ça y est, je crois que je sais ce que je suis. Je l’ai appris ce matin. Et j’en remercie mon nouveau directeur, celui qui sent trop fort le parfum. Si fort que j’en arrive à regretter les odeurs de poissons morts que nous avions ici, avant son arrivée. Même quand il n’est pas là, comme le samedi matin, ça sent encore son eau de toilette de la veille. De la semaine passée. Un truc à vous soulever le cœur et à vous faire vomir. Mais je suis un cas isolé car les autres, même s’ils ont plus ou moins remarqué qu’il mettait beaucoup de... [Lire la suite]
08 février 2014

aux grands mots, les grands remèdes

Il existe une quantité incroyable de dictons et proverbes pour tous les jours de l’année. Tous les jours et même toutes les nuits, tant il y en a, pour ceux qui préfèrent vivre en noctambules. Parce que c’est reconnu qu’au royaume des nuits sans lune, les aveugles sont rois et les borgnes sont leurs valets. Comment ? Vous ne le saviez pas ? Ben c’est pour ça que ce blog existe, pour vous apprendre des choses que vous ignoriez parce que comme chacun le sait, cerveau affamé n’a point son pareil. Dans le genre de proverbes... [Lire la suite]