13 mai 2021

ni fleurs, ni couronnes

Ben alors, Stéphane, qu’est-ce qui t’arrive ? Ça fait un moment qu’on ne t’a pas entendu ou vu critiquer les gilets jaunes ! Tu boudes ? Non. Et pareil pour les syndicalistes ! Tu as un problème de santé ? Non. Et même les chaînes d’infos ou le RN, tu n’en dis plus rien. Je suis sûr qu’il y a quelque chose. Non, je te dis. Allez, tu peux me le dire, à moi, je suis ton cousin préféré, quand même ! Mon cousin préféré ? Bon, ton cousin, si tu préfères ! Des cousins, j’en ai douze, en tout, alors,... [Lire la suite]

03 octobre 2020

sans poivron

Oui, sur un an, je mange sans poivron. Parce que j’aime ça et parce que… Oh pardon, je me rends compte qu’il y a eu mécompréhension entre ma secrétaire et moi, quand je lui ai dicté le titre et la première phrase de ce billet, je lui ai bien dit « cent poivrons » mais elle, elle a compris « sans poivron », il faut dire qu’avec la langue française, à l’oral, ce n’est pas toujours chose aisée que se faire comprendre sans ambiguïté. Sans risque de quiproquo. Sans mauvaise interprétation comme ça vient d’être le cas.... [Lire la suite]
17 mai 2020

se moucher dans une serviette (billet déconfiné)

Il y a un moment que je n’avais pas regardé l’émission Un dîner presque parfait et là, cette semaine, je me suis tapé les 5 épisodes spéciales « au camping » en replay sur trois jours. Et j’en ai eu plein les yeux et plein les oreilles. Car j’avais oublié combien souvent, le niveau de certains candidats était déplorable et je ne parle pas spécialement de cuisine, quand je dis ça, je parle en général. Ça contient aussi et surtout le langage, le vocabulaire et tout ce qui concerne l’expression orale. Et là, franchement, au... [Lire la suite]
22 janvier 2020

avouer des choses un peu honteuses

Parfois, quand on a des choses à avouer à des gens très proches, comme son meilleur ami ou sa mère, comme c’est mon cas, aujourd’hui, la façon la plus simple, toujours pour moi, c’est de le faire par écrit. Parce que j’ai toujours été plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral. Parce que, sous le coup d’une émotion, je peux bafouiller, quand je parle. Parce que je rougis facilement. Parce que je peux perdre mes mots face à quelqu’un qui va me regarder et qui va peut-être me juger. Et là, comme j’ai quelque chose à lui annoncer, à ma mère,... [Lire la suite]
22 février 2019

orgasme verbal

Mon Dieu que ça fait du bien ! Même si ça n’a aucun rapport avec le billet d’hier, au sujet d’un éventuel prince charmant. Oui, parce que vraiment, ça fait un bien fou. Qu’est-ce qui fait un bien fou ? Juste un bon orgasme de derrière les fagots. Ni plus, ni moins. Qu’est-ce qui me prend de parler d’orgasme aujourd’hui ? Parce que ce matin, au boulot, alors que c’était particulièrement pénible, je m’en suis payé un comme au bon vieux temps de Sonepar, à Massy Palaiseau, à la fin des années 90. Oui, parce que je suis... [Lire la suite]
02 juin 2017

multitâches

Oui, on peut le dire, je suis multitâches et pas seulement quand je cuisine et que j’en mets partout sur le plan de travail ou sur la plaque de cuisson voire encore sur mon tee-shirt ou sur un torchon, non, je suis tout simplement et tout merveilleusement (en toute humilité) multitâches ou multifonctions, si vous préférez. C’est sans doute mon côté féminin qui prend le dessus quand je peux faire deux ou trois choses à la fois, ce que je fais très régulièrement. Et quand je parle de faire deux ou trois choses à la fois, je veux dire... [Lire la suite]
08 mars 2016

fonds de tiroirs

Hier, j’ai expliqué (en long et en large) que j’étais en train de faire du vide et de trier en vue du prochain déménagement (mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, le compromis de vente n’est même pas encore signé) et là, je voudrais juste prendre quelques minutes pour observer de plus près certains trésors que j’ai trouvés au fond de certains tiroirs ou de certaines boîtes à chaussures. Avec des relents de Pandore ? Non, je ne crois pas. D’abord, je me confirme comme un beau babillard. Si ce n’est que moi,... [Lire la suite]
09 août 2015

clindoculaire

Oui, je sais. Ça ne se dit pas mais j’avais envie de le dire quand même. Parce que c’est aussi comme ça qu’une langue évolue. Et quand je parle de langue, je parle du langage et non pas de cette espèce d’organe qui nous sert à plein de choses mais pas à permettre de communiquer que ce soit de façon orale comme écrite. Même si la communication orale pourrait être définie comme buccale, ce qui nous rapprocherait sensiblement de la zone dont il n’est pas question ici. Suis-je clair ? Nonobstant, c’est forcément par la rue qu’une... [Lire la suite]