07 septembre 2017

la sentence : un jour de réclusion

La sentence est tombée brutalement : au réveil, cette nuit, en allant travailler, j’ai tranché dans le vif du sujet et j’ai donné le verdict de mes délibérations. Ça n’a pas été simple et j’ai dû fermement batailler pour atteindre mon objectif. Finalement, c’est lors d’un vote à main levée que je me suis obtenu tout seul la majorité non seulement relative mais surtout, absolue. Aujourd’hui, je serais donc condamné à un jour de réclusion. À perpétuité. Jusqu’à ce que nuit s’ensuive. Parce que c’était la meilleure peine que je... [Lire la suite]

05 septembre 2017

le gentil dictateur poli

Maintenant, si je devais retourner à l’école, au moment de remplir la fiche de renseignements demandée par les professeurs, déjà, je pourrai indiquer que mes parents n’ont plus de profession et je saurais très précisément et pertinemment ce que je voudrais faire plus tard. Pourquoi plus tard ? Pourquoi attendre ? Parce que je suis bien élevé, c’est tout. Et comme mes parents peuvent encore avoir un droit de regard sur mes faits et gestes, je préfère ne pas les mettre en colère. Nous avons des relations tout à fait normales,... [Lire la suite]
23 janvier 2015

la soirée d'un faune

Déjà, je n’ai jamais vraiment ça, « l’après-midi d’un faune », de Nijinski, c’est une pièce de ballet qu’on a peut-être trop vu et revu sans qu’elle soit jamais vraiment modernisée. Déjà, le poème de l’autre Stéphane, là, le Mallarmé, j’ai toujours eu du mal avec alors que j’aime globalement bien cet auteur même s’il est très souvent hermétique mais non, en fait, c’est le sujet même qui me dérange, qui ne me parle pas et qui m’ennuie. Et hier soir, même si on a craint justement de le re-re-revoir, cet Après-midi d’un Faune,... [Lire la suite]