05 mai 2020

en mai, fais ce qu’il te plaît (billet contaminé par le Covid 19)

On m’a toujours dit : en mai, fais ce qu’il te plaît mais n’oublie jamais de dire s’il te plaît sinon, toute l’éducation qu’on t’aura donnée n’aura servi à rien et tu passeras pour quelqu’un de mal élevé voire de très mal élevé et ça, ce n’était pas leur objectif, à mes parents, qu’on puisse penser ça d’aucun de leurs trois enfants même si tout n’a pas été parfait, on ne peut pas leur reprocher de nous avoir élevé comme il se devait, surtout mon frère aîné et moi, qui avons été enfants dans les années 60 parce que pour mon petit... [Lire la suite]

10 avril 2020

rimes riches (poèmes garantis sans coronavirus)

… Dans l’immobile De ma vie intérieure Solitude tranquille Feutrée par l’épaisseur   Dans le noir lumineux De ma vie intérieure Être à soi pour deux Mesurer la lenteur …   Arielle Burgelin (C’était un peu bruyant) ************************************************* … Je me demande dans quel lit se couche le soleil Je me demande où les nuits passent leurs journées Je me demande pourquoi la nuit tombe pourquoi le soleil se lève. Je me demande aussi s’il y a encore des étoiles derrière les nuages. Je... [Lire la suite]
05 août 2019

nous sommes sur le pont, en attendant de davigner

Nous sommes sur le pont, moi et mon égo, en attendant qu’on nous autorise à davigner. Je suis rentré hier soir, de Biscarrosse et là, je retrouve mes habitudes de bordelais, sans piscine au pied de la terrasse quand je suis dans le séjour et sans chiens pour me permettre de retrouver mes treize ans, comme à chaque fois que je joue avec eux. Je retrouve les corvées inhérentes à mes us et coutumes quotidiens dont les courses du lundi matin. Et tout à l’heure, je retrouverai mon fauteuil relax sur la terrasse pour un moment de... [Lire la suite]
04 juin 2019

c'est ça, je suis un escartruche !

Allez, maintenant, c’est fini, la nostalgie, on revient à la réalité. Il faut savoir regarder de l’avant et affronter l’avenir au lieu de se vautrer dans le passé, de se complaire dans les souvenirs et de s’exciter avec tous les « c’était le bon temps » et les « c’était mieux avant », non ? Je pense que si, dans l’idée, dans l’absolu, c’est exactement ça qu’il faut faire. Si ce n’est que moi, je ne fonctionne pas tout à fait comme ça. Et c’est même tellement l’inverse. Je n’ai jamais trop su me projeter... [Lire la suite]
23 octobre 2018

préavis

Quand on dit qu’on s’en va, dans une entreprise, quelque part, on est un peu un héros. Enfin, dans la plupart des cas, je veux dire. En gros, si on n’est pas licencié, quitter ses collègues vous attribue une espèce de statut très particulier. C’est un savant mélange (au corps défendant de ceux qui restent) de jalousie, d’admiration et d’un peu de tristesse quand on s’aime bien. Même quand d’aucuns peuvent penser que c’est pure folie que de lâcher la proie pour l’ombre, au fond, on en a tous eu envie, un jour ou l’autre, de partir... [Lire la suite]
23 septembre 2018

il y a des endroits où ça ressemble à l’automne

Je sais que l’automne, le début de l’automne, c’est pile poil en ce moment mais compte tenu du niveau global d’ensoleillement, on pourrait encore se croire en été. Sauf que, sauf que, il y a des endroits où ça ressemble à l’automne malgré tout. Juste certains endroits. Pas partout. J’en veux pour preuve l’angle gauche de la terrasse, quand on regarde depuis la porte-fenêtre du séjour, là où il y a le plus d’ombre quelle que soit la saison, eh bien là, depuis quelques jours, depuis mon retour de Biscarrosse, c’est flagrant, c’est très... [Lire la suite]

02 août 2018

il fait trop chaud pour tout

Il fait trop beau pour travailler, ce serait dommage de rester enfermés… Justement si, Chouchou, mieux vaut rester enfermés que d’aller dehors, avec cette chaleur écrasante. Je le sais d’autant plus que je rentre de près de 3 heures en ville pour diverses raisons dont le patron, la Fnac, Orange pour le patron, la Poste pour un colis et tout le tralala tsoin-tsoin, avec des trams, des bus, des temps d’attente interminables parce qu’on est en août, des moyens de transport pas toujours climatisés, de la marche dans des rues pas toujours... [Lire la suite]
23 juillet 2018

et pourquoi je n’y suis pas, moi, sur la photo de 1998 ?

C’est vrai, ça, pourquoi je n’y suis pas, moi, sur la photo de 1998 ? Non, je ne parle pas de celle de l’équipe de France qui a gagné le Mondial de Foot, d’une je n’ai aucune raison d’en faire partie, du cliché et d’autre part, il n’y a pas que le foot qui existe, au monde. Non, ce qui me chagrine, c’est pourquoi je n’y suis pas, moi, sur la photo que Mymy vient de m’envoyer. C’est limite désobligeant. Et ça confirme aussi que je comptais pour du beurre, à l’époque. Il n’y a pas Stéphane ? Ce n’est pas grave, on s’en fout,... [Lire la suite]
19 juin 2018

des larmes d'insatisfaction

Beuh, il fé trô chô ! J’en ai marre de transpirer comme une serpillère… Mais ça ne se dit pas, ça, « transpirer comme une serpillère ». Si, passe qu’en plus, quand je transpire, je sens mauvais. Bon écoute, de quoi te plains-tu, il fait enfin beau, un peu chaud, certes mais on a assez pleuré pour avoir du soleil, on ne va pas se plaindre. Pense à tous ceux qui ont été inondés et tu comprendras combien cet anticyclone est plus que bienvenu. On va enfin pouvoir prendre un repas dehors, je vais enfin pouvoir faire la... [Lire la suite]
19 avril 2018

manifester son mécontentement

Aujourd’hui, c’est un grand jour pour les syndicalistes et consorts. Le jour qu’on sort les syndicalistes. Pour la grande manifestation de la semaine. Malheureusement, pas du quinquennat et encore moins du siècle. C’est vraiment dommage, sinon, on en aurait été enfin débarrassé pour un moment. Ce n’est pas grave, au lieu de me rendre en ville sans être sûr d’avoir un tram pour y aller et peut-être même pour le retour, je suis resté cloîtré chez moi. J’ai failli écrire reclus mais ça n’aurait pas été tout à fait juste, non et ça aurait... [Lire la suite]