29 juillet 2019

Nora va aux camions, premier (et dernier ?) épisode

Camions ! Camions ! Camions ! Nora, nous irons aux camions si nous avouons, sinon, non ! Camions ! Camions ! Camions ! Nora ! Non ! Miaou ? Nora, ma cousine roumaine morveuse aux cornes couineuses, aux cornes amenuisées, aime encore aux ciseaux et si nous avons cuvé, Nora, un exorcisme en cours, inverse un manoir mauve à niveau, une oasis morne aux rosaces menues, aux rosaces sacrées. Une œuvre aux oiseaux-racines vire au rance, Nora ricane. Roseaux !... [Lire la suite]

27 septembre 2018

comment faire entrer quatre saisons dans trois parts ?

Il y a quatre saisons et ce n’est malheureusement pas divisible par trois. À quoi ça me servirait ? À rien. C’est juste que je préfère les chiffres et les nombres impairs alors quatre saisons, comment voulez-vous que ça me satisfasse ? Je suis un éternel frustré dès qu’on tombe sur un résultat pair. Autant vous dire que même le fait d’être en couple ne me comble pas puisque l’idéal, pour moi, eût été que je sois seul ou que nous puissions être trois. On ne se refait pas et on ne refait pas ceux qui nous entourent non plus,... [Lire la suite]
14 janvier 2018

janvier

La tempête a cessé. L'éther vif et limpide A jeté sur le fleuve un tapis d'argent clair, Où l'ardent patineur au jarret intrépide Glisse, un reflet de flamme à son soulier de fer. La promeneuse, loin de son boudoir tépide,  Bravant sous les peaux d'ours les morsures de l'air, Au son des grelots d'or de son cheval rapide, À nos yeux éblouis passe comme un éclair. Et puis, pendant les nuits froidement idéales, Quand, au ciel, des milliers d'aurores boréales Battent de l'aile ainsi que d'étranges oiseaux, Dans les salons ambrés,... [Lire la suite]
26 juillet 2017

au pays de Candy

Je me sens bien, là, je me sens super bien. Je me sens bien comme jamais. Je me sens détendu, calme, reposé… Je me sens loin de tout ce qui m’ennuie habituellement. Je n’ai aucune raison de courir partout. De courir dans tous les sens. Je n’ai aucune raison de m’énerver. De m’angoisser. De subir les assauts de mon stress quotidien. Ici, l’air est doux, ni trop chaud, ni froid. Tiède. Caressant. Il fait bon vivre dans cet endroit que je me suis choisi, pour ma séance d’hypnose. On m’a dit : projetez-vous là où vous aimeriez être.... [Lire la suite]
25 mai 2017

je pars, avec le programme de l'opéra

Je pars… Destination Bahia, Buenos-Aires ou Cuba Je m’apprête à faire ma valise. J’attends que le président se lève pour ne pas faire de bruit. Tout comme pour le lave-vaisselle. Je ne vais pas le vider pendant qu’il dort. Alors, je suis sur l’ordinateur, de bon matin, pendant que la porte-fenêtre de la terrasse est grande ouverte, que j’entends les oiseaux chanter et parfois, un avion dans le ciel, par-dessus les toits. Un avion qui vole pour quelque part. Destination Bahia, Buenos-Aires ou Cuba… Non, moi, ce sera destination... [Lire la suite]
10 avril 2017

en allant à l'école

En allant à l’école, je suis passé par le chemin de Traverse et je me suis promené en écoutant les oiseaux chanter et à un moment, j’ai rencontré une marchande d’allumettes et je lui en ai acheté trois : Trois allumettes une à une allumées dans la nuit La première pour voir ton visage tout entier La seconde pour voir tes yeux La dernière pour voir ta bouche Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela En te serrant dans mes bras (Paris at night) La marchande d’allumettes avait un petit étal sur la place du marché,... [Lire la suite]

06 novembre 2016

le silence d’un dimanche de novembre s’est fait entendre

Début novembre ensoleillé  Quand les chrysanthèmes colorent les souvenirs (Quel que soit l’endroit où se posent les regards) Quand tous les messages de nos ombres allongées S’en sont allés   C’est un dimanche qui a commencé lentement Mais le bruit de cette tranquillité Est comme une bousculade Comme un contre-emploi Quand on réalise que tous les mots sont vains   C’est devenu un dimanche commun Un dimanche de verbiage Un dimanche à l’emporte-pièce Un jour finalement comme les autres Un jour à tous les... [Lire la suite]
10 août 2016

pendant que le loup n'y est pas

Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas… En même temps, je n’ai pas souvent l’occasion d’aller dans les bois, à Bordeaux car il me faut prendre la voiture pour ça et je n’ai pas très envie de la sortir, de me farcir des embouteillages juste pour aller m’aérer au milieu d’arbres de toutes sortes, non, je vais dans les bois et dans les forêts quand ça s’y prête, notamment quand je vais en Vendée ou dans les Landes et en particulier à Biscarrosse. D’ailleurs, j’y vais passer le prochain week-end. Nous dormirons... [Lire la suite]
26 juillet 2015

le Paradou

Oh, comme c’est joli, ici. Je n’y étais jamais venu. Et pourtant, je l’ai souvent traversée, cette forêt. Mais là, quand je pense que c’est en suivant les traces de qui doit être une biche que j’ai fini par arriver dans cette merveilleuse clairière… Ici, tout est beau. C’est si beau que c’est même encore mieux que ça, c’est très beau. On se croirait presque dans une publicité à la télévision. Oui, dans une publicité qui montrerait une jolie clairière au cœur d’une magnifique forêt. L’herbe est d’un vert, le plus beau vert qui ne... [Lire la suite]
04 novembre 2014

se lever du pompier

Hier, en écrivant mon blog, j’ai trouvé bon et utile de préciser à trois reprises que j’avais un calendrier mural des pompiers de Bordeaux. Et depuis que j’ai écrit mon billet, j’ai des choses qui me trottent dans la tête et avant qu’elles ne s’échappent en se mettant à fuir au galop comme des chevaux sauvages sur une plage abandonnée, au bord des vagues un soir au moment du soleil couchant, je voudrais les mettre à plat dans ce blog pour pouvoir passer à autre chose. J’ai bien spécifié qu’il s’agissait d’un calendrier mural des... [Lire la suite]