19 octobre 2016

m'en fous, j'aime pas ça

Bon, samedi soir, nous sommes invités par les voisins les plus immédiats puisque pour un peu, nous aurions la même porte d’entrée. Mais heureusement que non. Nos portes se frôlent mais ne se mélangent pas. Et chacun chez soi et les moutons seront bien gardés.  Eux, leur appartement part vers la gauche et le nôtre, vers la droite. Et on ne s’entend jamais de l’un à l’autre. C’est déjà ça. Et donc, nous sommes invités samedi soir pour un apéritif dînatoire convivial et sympathique. C’est elle qui le dit, la voisine. Voisine 40 et... [Lire la suite]

13 avril 2016

pile soixante-quinze kilos

Ah non, je vous en prie, n’allez pas croire que j’étale mon poids en toutes lettres dans le titre de ce billet ! Je sais bien que j’ai pris dix kilos depuis que j’habite à Bordeaux. Sans doute l’âge. Sans doute les odeurs de poisson. Sans doute quelques abus de plages sauf depuis quelques années. Je le sais bien, ça mais bon, de là à dire que je pèse 75 kilos alors que je ne mesure qu’un petit mètre soixante-dix pour ne pas dire soixante-neuf car je sais bien que certains vont en profiter pour se gausser et pour glousser si je... [Lire la suite]
01 novembre 2015

dimanche sans voiture

Nous sommes dimanche. Le premier dimanche du mois. Et comme tous les premiers dimanches de chaque mois, à Bordeaux, c’est journée sans voiture. Une initiative de monsieur Juppé, notre maire à tous. C’est bien parce que du coup, le centre, d’un point de vue assez large, il faut bien le reconnaître, le centre, donc, est interdit aux voitures et la ville est reconquise par sa population et ses visiteurs. En effet, qui à pieds, qui à vélo, qui sur des rollers ou sur une patinette, qui sur ces maudites planches à roulettes extrêmement... [Lire la suite]
23 août 2015

en vacances ?

Avec tout ça, j’avais complètement oublié que j’étais bientôt en vacances, dans deux semaines, ce sera mon premier matin à prendre mon petit déjeuner face à la mer, sur la terrasse (sauf si le temps ne le permet pas) en regardant le jour se lever car je me lève souvent avant lui même quand je ne travaille pas. Nous aurons tout rangé la veille : nos affaires, les courses faites l’après-midi de la veille et nous pourrons commencer deux semaines ailleurs, dans un endroit que nous connaissons bien mais qui reste exotique pour... [Lire la suite]
01 août 2015

se faire passer dessus

Normalement, quand je rentre du boulot, en fin de matinée, le samedi, après une semaine toujours relativement bien chargée, j’aime bien passer sous la douche pour me laver de tout :, me laver de toute odeur de poisson, me laver de toute notion de travail et me laver de tout soupçon. Je mets mes vêtements dans le lave-linge (ah ben non, je ne l’ai pas encore fait aujourd’hui, ça sera pour tout à l’heure, tiens…) et je redeviens un homme neuf. Enfin presque. Plutôt en bon état comme neuf car à mon âge, ce serait pure folie que de... [Lire la suite]
14 février 2015

Ode à Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose  Qui ce matin avait déclose  Sa robe de pourpre au soleil,  A point perdu cette vesprée  Les plis de sa robe pourprée,  Et son teint au vôtre pareil. Las ! Voyez comme en peu d'espace,  Mignonne, elle a dessus la place,  Las, las ses beautés laissé choir !  Ô vraiment marâtre Nature,  Puisqu'une telle fleur ne dure  Que du matin jusques au soir ! Donc, si vous me croyez, mignonne,  Tandis que votre âge fleuronne  En sa plus verte... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 octobre 2014

lueurs matutinales

Ce que j’aime le plus, au petit matin, c’est quand la ville dort mais plus moi. Quand la ville n’est plus polluée de rien. De si peu de véhicules à moteur… de si peu de piétons noctambules imbibés pour la plupart, fatigués pour tous… de si peu de singes hurleurs… de si peu de bruit et de fureur, de bruit et de mouvement, comme si tout avait été débranché. Sauf moi. Ou même si je l’avais été, moi-même, je serais le premier à être sorti de son état léthargique. Combien j’aimerais être et rester le seul, bien souvent. Combien cet état me... [Lire la suite]