23 décembre 2017

bec sucré ou bec salé ?

En ce qui me concerne, je suis plus bec salé que bec sucré mais je ne crache pas sur certains plaisirs de fins de repas, de quatre heures ou de gourmandises, comme ça, au simple gré de mes envies, sur le moment, quand ça me prend. Mais je suis quand même naturellement plus salé. J’aime plus les plats principaux, les salades composées et les bonnes entrées sans parler des soupes ou des amuse-gueules pour les apéritifs. Mais je ne refuse pas un dessert au café, à la vanille ou à la fraise. Mais pas au chocolat ni à la noix de coco.... [Lire la suite]

07 octobre 2017

quatre-vingt-dix-neuf et une qui font cent

Quatre-vingt-dix-neuf ! J’en ai fait quatre-vingt-dix-neuf ! Je ne pensais pas en faire autant. À vrai dire, je ne savais pas combien j’allais en faire. Mais je les ai faites. J’ai fait mes petites bouchées au chocolat pour emporter chez Fanny et Paul, demain midi, vu qu’ils nous invitent pour un déjeuner dominical à la campagne près de Bourg-sur-Gironde. Nous leur offrirons d’autres petites choses mais en plus, je tenais à leur faire moi-même des bouchées au chocolat. Plaisir d’offrir et joie de recevoir, oui mais surtout,... [Lire la suite]
14 avril 2017

je m’emballe ou c’est pour consommer tout de suite ?

Hop là ! Il me semble bien que je me suis laissé emporter dans mon élan, hier. Je me suis peut-être un peu emballé. Parce que j’ai oublié de préciser deux ou trois choses importantes, dans mon annonce de rencontre. Et ce sont justement ces deux ou trois choses-là qui vont faire la différence. D’abord, il faut savoir que si j’ai le choix, je préfère dormir les volets ouverts mais je peux quand même dormir dans le noir. En réalité, je peux m’écrouler n’importe où. Mon problème, c’est quand je me réveille la nuit que ça me coupe... [Lire la suite]
19 novembre 2016

61 en 50 minutes, vaisselle comprise

Certains mettent dix minutes pour faire l’amour et jouir (sans forcément tenir compte du plaisir de l’autre), douche comprise et moi, là, à l’instant, j’en ai fait 61 en cinquante minutes, vaisselle comprise. Et je n’ai pas pris mon pied. Le seul plaisir que je pourrais éventuellement ressentir, c’est celui que je suppose à venir demain midi quand nous irons déjeuner chez Bernard Kayak (bien sûr que non, ça n’est pas son vrai nom, je ne suis pas fou au point de le donner ici sans son accord même si je crois qu’il le serait, d’accord)... [Lire la suite]