20 janvier 2020

tu es par-dessus les toits

Il n’y a pas que le ciel qui est par-dessus les toits, si bleu, si calme (pas toujours bleu et pas toujours calme), il y a toi, aussi mais toi, tu es bien au-dessus des toits. Tu es au-dessus de tout. Et même si je monte sur un grand escabeau à sept marches, je n’arrive pas à la bonne hauteur pour te voir. Et même si je monte sur l’échelle des valeurs, je suis encore trop petit. Et d’ailleurs, qui suis-je moi, si petit, si nerveux, pour prétendre t’aimer ? N’y a-t-il pas abus de bien affectif ? N’y a-t-il pas détournement de... [Lire la suite]

13 septembre 2018

faire semblant d'attendre

Il y a pile une semaine, déjà, j’étais au boulot et j’attendais. J’attendais que mes deux collègues en charge de ça viennent m’aider pour résoudre les écarts de stocks de la nuit qui venait de passer. Et je passais mon temps à attendre car ils ont naturellement donné la priorité aux clients qui appelaient. Et moi, pendant un peu plus de deux heures, je n’ai rien eu d’autre à faire qu’attendre. Non pas que ça me fasse plaisir, de rester ainsi, sans rien faire ou presque mais bon… Non, dans ces cas-là, je ne reste jamais à rien faire.... [Lire la suite]
21 juillet 2018

tiens, prends ça dans ta goule !

Il y a des fois où les gens sont vachement nerveux. Et surtout, ils sont nettement plus nerveux que moi. J’en veux pour preuve ce qui s’est passé avant-hier au boulot et qui est une conséquence de ce nid de mouches et d’asticots qu’on a découvert dans un conteneur plein de déchets de poissons pourris depuis samedi dernier (voir mon billet presque excellent du 19 juillet : « les mouches pourraient avoir la complaisance de mourir le mercredi matin ») : finalement, après le passage des éboueurs sympas, une fois le... [Lire la suite]
31 janvier 2014

l'arme blafarde

Ce matin, je me suis levé, encore et toujours. Comme d’habitude. Sauf que moi, je n’ai bousculé personne et c’est bien là mon problème. Non, les autres disent que c’est bien là, mon problème mais ils ne savent pas de quoi ils parlent. Ils parlent, ils parlent, ils parlent. Ils ne savent pas qui je suis vraiment. Non, je ne suis pas fou. Je sais qui je suis. Et je vaux bien mieux que ce qu’ils m’ont reproché, l’autre fois. Mais l’autre fois, c’est un autre jour, un jour passé, un jour qui ne reviendra plus. J’aime quand les choses ne... [Lire la suite]