28 septembre 2022

peut-être Poutine

Hier, je pense que je faisais fausse route en imaginant qu’un des abonné(e)s de ce blog avait pu provoquer le bug qui a duré trois jours, même en voulant juste blaguer. Non, si ça se trouve, je suis dans le collimateur des Renseignements Généraux et comme parfois, je dis des choses qui peuvent fâcher, surtout sur les complotistes et les antivax, entre autres (et ça n’est pas prêt de s’arrêter, ça, chez moi, de penser ce que je pense et de dire ce que je dis, en général – sauf quand je serai mort et je veux que sur mon urne funéraire,... [Lire la suite]

30 juin 2022

ce cher vieil Émile (6)

J’ai parlé de Zola en début de mois et je vais clôturer ce mois de juin avec lui. Depuis Une page d’amour, qui fut un peu douloureuse pour moi, j’ai relu Nana, Pot-Bouille, Au bonheur des Dames et La joie de vivre. Comme je suis dans les Rougon-Macquart non-stop depuis début avril, je dois dire que le début de La joie de vivre a été un peu laborieux, pour moi. Parce que c’est loin d’être un roman léger vu que contrairement à son titre, il y est surtout question du mal de vivre. Des difficultés à entrer dans ce roman plutôt mal connu,... [Lire la suite]
03 juin 2022

une culotte couleur saumon

Mais, qu’est-ce que c’est que ça ? Mais enfin, c’est une culotte rose ! Qu’est-ce qu’elle fout dans mon bac à sous-vêtements ? Ce n’est pas à moi, ça, je n’ai jamais eu de culotte rose, moi ! En tout cas, elle n’est pas à moi, ça, c’est sûr, il n’y a qu’à regarder la taille, c’est bien trop grand pour moi ! En plus, il y a un peu de dentelle et un petit nœud fuchsia, devant, c’est quand même un peu olé, olé. Je dirais même mieux, c’est extravagant ! Justement, il y a longtemps, des années, que je n’avais... [Lire la suite]
02 juin 2022

ce cher Émile (5) une page d’amour

Il paraît que Zola s’est un peu ennuyé en écrivant le 8ème volume des Rougon-Macquart, situé entre L’assommoir et Nana : Une page d’amour et moi, ce fut tout le contraire car depuis plus de vingt ans après ma dernière lecture de ce roman, j’en avais oublié les principaux tenants et aboutissants même si, au fur et à mesure, beaucoup de choses me revenaient en mémoire car j’ai déjà dû le lire deux ou trois fois, comme tous les autres tomes de cette saga. Je ne me suis pas ennuyé car je redécouvre les personnages et on ne lit pas... [Lire la suite]
09 avril 2022

ce cher vieil Émile (1)

Quand j’étais lycéen, je n’aimais pas trop qu’on m’impose de lire des classiques pourtant indispensables à une bonne culture générale mais dès que j’ai arrêté mes études, juste après le Bac, je me suis jeté sur Zola, Hugo et Maupassant. Et j’ai adoré Colette, nettement plus contemporaine, pour moi. Et d’autres auteurs mais je voudrais surtout parler de Zola. Je l’ai vraiment découvert en 1979 voire 1980 et si j’ai commencé par les plus célèbres des volumes de la saga des Rougon-Macquart (Nana, L’assommoir, Germinal…), je me suis... [Lire la suite]
15 mars 2022

des retraités plus que moi

Ils étaient au moins cinq et c’était déjà une bande à eux tout seuls. Il y avait trois nanas et deux mecs. Je devrais dire trois femmes et deux hommes car vu leur âge, on n’était plus avec des perdreaux de l’année. Ah non, c’étaient vraiment des retraités plus que moi. J’ai envie de dire que malgré leur apparence bien mise, ils devaient avoir au moins soixante-dix ans. Ils étaient tous plus ou moins chic et je peux vous dire qu’aucun d’entre eux ne portaient de jeans et même si les femmes n’étaient pas en robe ou en jupe, elles ne... [Lire la suite]

17 août 2020

splonnnkkk !

Moi aussi, je suis prêt pour être interviewé par TF1 puisque Julien Benedetto, sur France 2, il a fait la sourde oreille, pardon, l’oreille malentendante, parce qu’il paraît qu’il ne faut plus dire « sourd » mais malentendant. Tout comme on ne doit plus dire « aveugle » mais mal voyant. Tout comme on ne doit plus dire « muet » mais mal parlant. Tout comme on ne doit plus dire « crétin » mais mal intelligent. Tout comme on ne doit plus dire « belle » au sujet d’une belle nana mais... [Lire la suite]
10 mars 2020

agressé par une féministe

Avant-hier, je me suis fait agresser par une féministe. Et je peux vous dire que j’ai été d’autant plus surpris que je n’ai rien vu venir. Je passais tranquillement dans la rue, il y avait un graffiti qui dénonçait la récompense faite à Violansky pour son film « Je t’accuse » et j’ai haussé les épaules et là, par derrière (quel courage !), une nana forte comme un mec… Pardon, je retire cette dernière partie de phrase et je reprends : une nana forte comme un turc… Non, une nana, forte comme une enclume (je sais, on... [Lire la suite]
15 août 2018

je ris, j’éternue mais ça n’a aucun rapport avec la ménopause

L’autre jour, je parlais de ces pubs qui m’agacent, dont celle sur cette belle femme aux cheveux gris qui dit, avec un grand sourire : je ris, j’éternue, j’ai des fuites urinaires et tout le toutim. Atchoum ! Bon, une fois, ça va. Atchoum ! Deux fois, passe encore  mais, Atchoum ! Trois fois, bonjour les dégâts. J’imagine l’état de la culotte de cheval ! Vous croyez que ça intéresse une majorité de gens de voir cette femme séduisante (si, si, j’insiste) nous raconter ses petits secrets intimes. Si ça se... [Lire la suite]
13 décembre 2017

absolution, dissolution, résolution, amen

Hier, en écrivant le paragraphe 2 de mon billet, qui en comportait 7 (c’est bien de le dire car personne ne l’avait remarqué, j’en suis sûr), j’ai utilisé le verbe absous au participe passé et je ne me suis posé aucune question car je n’ai eu aucun doute quant à sa forme grammaticale. Idem pour l’orthographe. Moi, Stéphane G., je suis absous avec un « s » à la fin car je suis plusieurs dans ma tête, tout le monde le sait, jusque-là, rien que de très normal. Non, en revanche, dans la soirée, je me suis mis à me demander... [Lire la suite]