11 mai 2021

les faire-part

Pour faire suite à mon billet du 25 avril dernier, « plusieurs façons de mourir » (non, je ne suis pas obsédé par la mort, c’est étrange de penser ça de moi !...), je voudrais revenir sur un point qui est resté inabouti dans mon cheminement intellectuel (j’ai nettement moins de cheminements manuels, je dois bien le reconnaître) car j’aime que les choses (et les écrits) soient bien faits. Et (vous ne trouvez pas ça un peu agaçant, toutes ces parenthèses ? À vrai dire, j’ai trouvé un lot sur une brocante, des... [Lire la suite]

25 avril 2021

plusieurs façons de mourir

Il y a une chanson qui dit qu’il y a au moins 100 000 façons de tuer un homme. Il y en a une autre, d’Adamo, très émouvante, qui nous raconte qu’il aimerait mourir dans les bras de celle qu’il aime. Moi, j’ai déjà eu l’occasion de dire que j’aimerais bien mourir de rire. Ou, plus classiquement, dans mon sommeil. Un oubli de respiration comme un silence dans une partition de musique. Ça pourrait m’arriver, ça vu que le fait de faire plusieurs choses à la fois, en permanence, ça me fait parfois perdre un peu une partie de ma tête.... [Lire la suite]
08 février 2021

mon nouveau testament

Je vais modifier mon testament en cours afin d’y ajouter une clause importante et impérative, une condition sine qua non : je veux mourir de rire. Je refuse toute autre forme de décès : pas plus d’une longue et terrible maladie que d’une courte et rigolote. Je ne veux pas non plus mourir d’un accident de la route, de train ou d’avion. Je n’ai pas envie de faire partie d’une liste de victimes malheureuses. Non, j’ai envie de mourir d’une façon originale. Non pas spécialement pour que ça soit remarqué par le reste du commun... [Lire la suite]
12 septembre 2020

cette conne

Non, puisque je vous dis que je serais incapable de lui faire du mal. Je vous dis que ce ne sont pas quelques claques sur le cul qui vont la blesser, quand même. Bon, d’accord, quelques torgnoles et pas que sur le cul. Mais c’est tout comme. Non, je vous dis que je ne suis pas un criminel. Je serais incapable de la tuer. Ou alors, si jamais ça devait arriver, j’insiste bien sur le « si jamais », ce serait un accident. Vous comprenez bien que je n’ai aucun intérêt à la tuer, cette conne, moi, quand même ! Il faut... [Lire la suite]
09 septembre 2020

tu n'es pas là : les sacs poubelles s’entassent

J’ai fait le vœu de ne plus descendre mes poubelles tant que tu ne seras pas là. Depuis ton départ, je me morfonds, je m’alanguis, je m’étiole. Moralement parlant parce que sinon, je continue de m’alimenter et de m’hydrater et de dormir. C’est une question de survie. Parce qu’on ne meurt pas d’une absence de l’autre. On s’ennuie, jour et nuit et on s’ennuie, nuit et jour. Mais on ne meurt pas.  On s’impatiente et on trépigne. On compte les heures et les minutes et les secondes et on se dit que décidément, c’est un supplice cruel... [Lire la suite]
22 février 2020

les petites lignes du contrat de ma vie

Je pense que désormais, quand j’aurai terminé de lire un bouquin, au lieu de conserver au cas où j’aurais envie de le relire, plus tard, quand je serai vieux, je vais les donner à Stéphane. Parce que de toute façon, je ne vais pas pouvoir tous les emporter dans mon urne funéraire. Mais tu as prévu de mourir, Stéphane ? Ben, euh, oui, comme tout le monde. En plus, je ne l’avais pas remarqué plus tôt mais en relisant mon contrat de vie, dans les petites lignes, il est bien écrit que je vais mourir. Tout est prévu. Je ne connais pas... [Lire la suite]

16 février 2020

Piotr en a une toute petite

Oui, moi, je trouve que c’est un peu facile de publier des films à caractère sexuel concernant des hommes politiques. Même moi, je peux le faire. Avec tout ce que j’ai récupéré en payant très cher (parfois même de ma personne), je pourrais faire chanter tout le show-business, faire baver toute la classe politique, faire ramper tout le milieu du cinéma, faire mourir de honte toute l’industrie du porno et faire rougir ma famille. Parce que j’ai des images incroyables en ma possession. Des images bien nettes, bien claires, bien... [Lire la suite]
14 février 2020

bonne dernière Saint-Valentin à toi

Mon amour, en cette Saint-Valentin, la première de 2020, je voudrais t’offrir ce bouquet de roses avec plein d’épines car des roses sans épines, c’est comme une histoire d’amour sans passion. Et qui dit passion, dit que parfois, il peut y avoir des moments plus difficiles que d’autres. Comme quand on se pique en cueillant des roses. En les cueillant dès aujourd’hui car demain, si ça se trouve elles seront fanées voire mortes. Tout comme toi, mon amour et tout comme moi, car je ne suis pas au-dessus des lois naturelles. Nous aussi, toi... [Lire la suite]
26 janvier 2020

mourir pour autre chose que des idées

Il paraît, attention, je parle sans avoir vérifié mes sources, je dis bien : il paraît ; il paraît, donc, qu’on a un risque sur 6 de mourir d’une crise cardiaque mais qu’on a zéro risque de mourir d’une cerise cardiaque car les cerises cardiaques n’existent pas. Mais il n’y a qu’un risque sur 28 de mourir d’un accident vasculaire cérébral. En revanche, zéro risque de mourir d’un infractus, contrairement à ce que certains prétendent car l’infractus n’existe pas, à la différence de l’infarctus. Soyons précis, SVP. La deuxième... [Lire la suite]
19 juin 2019

impairs, passe et manque

Je te jure, cher confrère contrôleur de blog, que celui que j’ai rencontré hier, pour un entretien de bonne santé mentale, m’a sidéré. Je suis tombé sur un cas pathologique qui pourrait fortement intéresser la science. Un cas unique. Il compte tout. Il compte les paragraphes, il compte les lignes, il compte les lettres (voyelles et consonnes), il compte la ponctuation et il s’arrange toujours pour que chaque total soit un chiffre ou un nombre impair, sinon, il en ajoute jusqu’à ce qu’il soit satisfait. Cent une fois sur le métier, il... [Lire la suite]