21 juillet 2018

tiens, prends ça dans ta goule !

Il y a des fois où les gens sont vachement nerveux. Et surtout, ils sont nettement plus nerveux que moi. J’en veux pour preuve ce qui s’est passé avant-hier au boulot et qui est une conséquence de ce nid de mouches et d’asticots qu’on a découvert dans un conteneur plein de déchets de poissons pourris depuis samedi dernier (voir mon billet presque excellent du 19 juillet : « les mouches pourraient avoir la complaisance de mourir le mercredi matin ») : finalement, après le passage des éboueurs sympas, une fois le... [Lire la suite]

19 juillet 2018

les mouches pourraient avoir la complaisance de mourir le mercredi matin

C’est vrai, ça, non seulement elles sont dégoûtantes, les mouches (toutes, à mon goût) mais en plus elles ne sont pas du tout coopératives. C’est vrai, regardez, elles viennent toujours vers moi alors que ça doit se savoir, dans leur milieu, que je les déteste, qu’elles me font peur et que je suis le roi de la tapette (attention, je n’ai pas dit le roi des tapettes), donc, que j’en élimine tant et plus dès que j’en ai l’occasion. Je suis l’auteur d’un génocide « muscal » : tout ce que je peux exterminer, mouches et... [Lire la suite]
20 juin 2018

deux heures à tuer

J’ai deux heures à tuer. Je vais encore devoir faire semblant. Je vais encore devoir simuler. Ça va devenir une habitude, si ça continue encore et encore. Et après, je ne serai peut-être plus capable de faire la différence entre mes simulations et une réalité, à défaut de la réalité. Parce que j’aurai perdu pied. Parce que je me serai enlisé dans les sables mouvants de l’ennui au travail. Jusqu’à ce que mort ne s’ensuive pas. Enfin, j’espère. Oui, j’espère vraiment. Encore une heure trois quarts. Un temps qui me paraît être... [Lire la suite]
18 août 2017

en dépression ?

Hier, dans les deux ou trois bulletins météorologiques que j’ai pu voir avant et après dîner, on a annoncé du beau temps pour cet après-midi. Alors que là, il est 15h30 et on vient encore d’essuyer une espèce de bruinasse, une pluie qui ne veut pas dire son nom, qui ne veut pas avouer ce qu’elle est vraiment ni reconnaître ses torts. Et moi, ce matin, pendant que je travaillais, parfois mon esprit dérivait vers ce qui m’attendait dans l’après-midi, une fois le déjeuner avalé, une fois les courses faites : une sieste dans un... [Lire la suite]
01 juin 2017

dis, papa, comment on fait les bébés ?

Heu, tu vois, fiston, le papa, il va mettre la petite graine dans le ventre de la maman en la serrant très, très fort, parce qu’il l’aime vraiment beaucoup, oui, c’est comme ça qu’on fait les bébés… Eh bien moi, aujourd’hui, je viens d’en mettre très beaucoup, des petites graines. Sauf que ce n’est pas dans le ventre d’une maman mais dans de la terre. Parce que je voulais des petits godets de sarriette pour en mettre un peu partout dans les grandes jardinières et dans le bac potager mais je n’en ai pas trouvé d’assez petits et je ne... [Lire la suite]
10 juillet 2015

présomption d'asociabilité

Oui, monsieur le président du tribunal, cet homme qui se trouve face à vous, sous ses airs de ne pas y toucher, sous son aspect d’homme banal, d’homme ordinaire, de personnage lambda qui passe inaperçu partout où il se trouve, c’est justement pour ces raisons-là qu’il faut s’en méfier. Car il faut toujours être prudent avec celui dont on peut penser qu’il est inoffensif. Avec trois « f » comme dans sauciffon fec, oui, monsieur le président, cet homme-là, quand on creuse un peu, on comprend tout. Et quand je dis : on... [Lire la suite]
09 juin 2015

du cinq au sept

Ce matin, alors que la ville n’était même pas encore tout à fait réveillée, je suis sorti pour prendre le seul quotidien gratuit de ce mardi (où sont les autres ?) et prendre mon pain puisque la boulangerie du coin de la rue, en face de chez moi venait juste d’ouvrir. Il faisait beau et bon. Du soleil mais pas trop chaud. Et j’aime ces moments où la ville est encore calme, à peine encore un peu souillée de certains noctambules et où le bruit semble ne pas encore avoir eu de prise dans les rues. Ceux qui ne se lèvent jamais de... [Lire la suite]
08 octobre 2014

terrorisme phlébotominal (2)

Pour entrer un peu plus dans les détails de mon action anti-terrorisme contre les moucherons, je me dois de vous donner quelques explications car j’ai bien compris, devant vos mines ahuries, que vous vous étiez demandé si je n’étais pas tombé sur la tête. Ou sur un os. Ou sous un choc. Non, non, que nenni, rien de tout cela car je suis bel et bien en croisade tous les jours entre le début du printemps et la fin de l’automne contre ces bestioles qui m’énervent tout autant qu’elles me dégoutent. Et me tapent sur le système nerveux. Je... [Lire la suite]
25 février 2014

tir aux pigeons

Je n’aime pas beaucoup les pigeons, je préfère les chats et c’est sans doute parce que je n’en suis pas un que je suis obligé de m’armer quand ces oiseaux m’approchent de trop près. 1) sur Radio Nostalgie : Et maintenant, de la part de Georges pour Mauricette, en souvenir du bal où ils se sont connus en 1946, "L'hirondelle du Faubourg" par Georgette Plana : « On m'appelle l'hirondelle du faubourg, je ne suis qu'une pauvre fille d'amou... » Pang ! 2) sur Chérie FM : Un vieux succès des années 60, une chanson qui n'a... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 18:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,