14 janvier 2016

non, je n'ai pas envie

Non, je vous dis, je n’ai pas envie. Ce n’est pas un jour pour me demander quoique ce soit. C’est un jour sans. Un jour qui a préféré pleuvoir qu’ensoleiller. Même si on a eu droit à quelques rayons à plusieurs reprises, dans la matinée et au moment du déjeuner. C’est un peu comme mon propre état d’esprit, un peu chagrin, un peu tourmenté, à peine entrecoupé de quelques moments un peu plus calmes, un peu plus doux, un peu plus chaleureux. Quelques instants volés à la migraine. Au mal de cou. À cette sensation de lourdeur. Cette... [Lire la suite]

03 novembre 2015

ma plus mauvaise amie

Je n’ai pas envie et pourtant, je n’ai pas le choix, je dois bien faire avec. Il y a des jours où on a envie de rien. Le ciel est triste, la vie est grise, un seul être vous manque et tout est dépeuplé. On s’est levé avec l’envie de ne surtout pas le faire mais on l’a fait quand même. Et la seule chose qu’on puisse dire pour tenter de s’en sortir la tête haute, sans aucune fierté, pourtant, c’est « pas aujourd’hui, j’ai la migraine » en espérant que le monde entier vous fiche la paix. Une paix durable. Avec des faux airs... [Lire la suite]
06 octobre 2015

mes auvergnats

Elle est à toi, cette chanson, toi l’aveugle, qui sans façon, ne m’a pas vu faire quand j’ai fait des grimaces derrière ton dos et que je t’ai tiré la langue (de bœuf) alors que ça ne m’a rien apporté de plus qu’une toute petite satisfaction éphémère pour ne pas dire futile. Mais j’aime bien joindre le futile à l’agréable. Et ma foi (de veau), comme au royaume des aveugles, les borgnes sont rois, dorénavant, je promets d’essayer de ne plus jamais dépasser les borgnes. Elle est à toi, cette chanson, toi le tétraplégique qui sans... [Lire la suite]
29 septembre 2015

osmophobie

Ça y est, je crois que je sais ce que je suis. Je l’ai appris ce matin. Et j’en remercie mon nouveau directeur, celui qui sent trop fort le parfum. Si fort que j’en arrive à regretter les odeurs de poissons morts que nous avions ici, avant son arrivée. Même quand il n’est pas là, comme le samedi matin, ça sent encore son eau de toilette de la veille. De la semaine passée. Un truc à vous soulever le cœur et à vous faire vomir. Mais je suis un cas isolé car les autres, même s’ils ont plus ou moins remarqué qu’il mettait beaucoup de... [Lire la suite]
22 juillet 2015

suçoter en dormant

On m’en avait déjà fait la remarque, il paraît que je tête ma langue en dormant. Je ne me rends pas compte de l’effet que cela peut produire, tout ce que je sais, c’est que je dois faire avec et faire comme si de rien n’était. En tout cas, c’est toujours mieux que de ronfler comme une locomotive à vapeur. Téter sa langue en dormant, tu parles, Charles si ça fait viril quand on approche la soixantaine et qu’on dort avec quelqu’un. Surtout avec quelqu’un qu’on aurait pu ne rencontrer que la veille. Parce que ça, ça ne peut pas se dire... [Lire la suite]
25 mai 2015

la meilleure disposition

Il en est de la vie comme de l’agencement des appartements surtout s’ils sont petits, les appartements. Même si on dit qu’il n’y a pas de petite vie. Tout comme il n’y aurait pas de petits clients. Mais des petits appartements, oui. Et ce n’est pas toujours évident de trouver la bonne place pour chaque meuble et de ne pas tomber dans le trop surchargé ni dans le trop minimaliste. Parce qu’il faut quand même pouvoir s’y sentir bien et pouvoir évoluer correctement dedans. Eh bien moi, un coup de vent, un orage, un coup de fatigue, une... [Lire la suite]

24 mai 2015

pied au beurre noir

Ça m’apprendra à vouloir faire le malin avec le nom des orteils. Souvenez-vous, dans mon billet du 18 mai dernier, celui qui s’intitulait « sur le bout des doigts » Oui, parce que je suis comme ça, moi, je fais le kéké et ensuite, je suis tout surpris parce que je viens de me prendre un pied dans le tapis. Alors qu’il aurait tellement mieux valu que je me contente de prendre mon pied sur le tapis, ce qui aurait été nettement plus agréable. Surtout si ça avait été un tapis en peau de bête. Je ne peux pas dire que ça fait... [Lire la suite]
24 mars 2015

de trois à cinq

Le mardi, c’est le jour où Isabelle, la femme de ménage, vient l’après-midi. À partir de 14h et pour deux heures mais qui peuvent facilement durer jusqu’à 16h30. Alors, pour lui permettre de ne faire que du ménage, dimanche, en fin de journée, j’ai fait le repassage pour gagner du temps. Comme si j’avais eu un pressentiment que ce mardi, ça ne serait pas forcément une journée de bonne fortune pour moi. En effet, je me suis levé à l’envers, la tête ailleurs, là où ça lui fait mal et là où je n’allais plus beaucoup, ces temps derniers.... [Lire la suite]
16 mars 2015

rater la séance

Samedi, je ne suis pas allé au cinéma, comme je le fais souvent, histoire de décompresser de ma semaine, comme une récompense pour le bon petit soldat que je suis. Je n’y suis pas allé pour plusieurs raisons : j’avais une putain de migraine de derrière les fagots, j’avais le blues et je n’avais aucun film à voir qui m’intéressait suffisamment pour que je fasse l’effort d’y aller. Mais hier, dimanche, en bon assassin que je suis, histoire de tuer le temps, j’ai décidé de reprendre mes vieilles habitudes et de m’y rendre juste... [Lire la suite]
11 mars 2015

agressions multiples

En choisissant ce spectacle, en juin dernier, au Pin Galant et en y allant, hier soir, avec Isabelle, ma cousine préférée, je ne pensais pas subir autant d’agressions. Au point que j’aurais volontiers écrit agrrrrresssssions avec plein de R et plein de S. En tout cas, la soirée a mieux commencé qu’elle ne s’est terminée mais jamais, au grand jamais, je n’ai autant subi un spectacle sans pouvoir m’en échapper. Je n’ai pas voulu planter Isabelle, pensant qu’elle, elle y trouvait son compte et en plus, en m’asseyant à la place que... [Lire la suite]